Les additifs sucrés, les IMAO et la dépendance

Les additifs sucrés, les antidépresseurs IMAO et la dépendance

Mis à jour le

Résumé : Les additifs sucrés ajoutés au tabac se transforment lors de leur combustion en antidépresseurs (IMAO) et leur association avec la nicotine crée la dépendance (appelée aussi découplage).

Lors de l’entretien de Jean-Pol Tassin avec Marc Kirch, J.P TASSIN précise que :

« Les industriels du tabac (…) utilisent trois produits importants : le sucrose, le miel et le chocolat. Ces trois produits sont sucrés, or la combustion du sucre entraîne la formation d’acétaldéhyde, qui se trouve être l’un des IMAO les plus puissants qui soient. »

Mais que sont les IMAO ?

  • Wikipedia précise que :

    «Les Inhibiteurs de MonoAmine Oxydase (inhibiteurs MAO ou IMAO) constituent une classe d’antidépresseurs utilisés dans le traitement de la dépression. Comme leur nom l’indique, ils inhibent les monoamine oxydases, un groupe d’enzymes.»

  • Ce magazine précise que :

    «Les IMAO, (…) sont très efficaces, mais dangereux par les effets secondaires qu’ils provoquent. C’est pourquoi ils sont réservés aux traitements des cas graves en milieu hospitalier psychiatrique.»

  • Sur le site de l’Université Pierre et Marie Curie (UPMC), on pouvait lire (avant sa censure) un résumé des recherches de J.P TASSIN qui précise que :

    «Les IMAO permettent (…) à la nicotine de révéler son pouvoir addictif alors que ni la nicotine, ni les IMAO n’ont d’effets addictifs par eux-mêmes.
    En effet, nous avons montré que les effets neurochimiques induit par la nicotine lorsqu’elle est associée à un IMAO chez l’animal, est équivalent à ceux que l’on observe avec les psychostimulants (cocaïne, amphétamines), les opiacés (morphine, héroïne) ou l’alcool.»

    La page précédemment citée a été censurée malgré les dires d’Alexandre Pinedjian de l’UPMC, vous pouvez en consulter une copie du cache de Yahoo ici : cache Yahoo de la page de l’UPMC

    J.P TASSIN conclut l’interview par :

    (…) Autrement dit, pour que la nicotine produise effectivement l’addiction, il faut lui associer soit des inhibiteurs de la monoamine-oxydase (IMAO), soit des produits qui ont la même action.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte et en appuyant sur Ctrl + Enter

45 réflexions au sujet de « Les additifs sucrés, les antidépresseurs IMAO et la dépendance »

    1. D’après le professeur Jean Pol tassin, il n’y a pas de dépendance seule aux IMAO tout comme il n’y en a pas à la nicotine seule. Il est nécessaire d’avoir l’association des 2 (IMAO + nicotine) pour qu’il y ait dépendance, appelée découplage par Jean Pol Tassin.

      1. J’ai repéré ds votre tableau les Benson&Hedges platinium sans additifs & tjours avec très peu de goudrons/nicotine & CO.Pouvez-vous m’indiquer si vous pouvez le trouver la quantité en mg d’additifs sucrés si il y en a dans ces cigarettes,je pense notamment au papier ou autre?
        Vous m’aviez indiqué celui des winston white et c’est bon à savoir.
        Merci encore

        1. Bonsoir,
          Les additifs ajoutés dans les tabacs sont disponibles sur les sites des fabricants que j’ai recensé sur cette page : Des fabricants indiquent les additifs (ingrédients) utilisés dans la composition des tabacs pays par pays!.

          En ce qui concerne les BENSONS & HEDGES Platinum, le fabricant indique (pour la France) :
          Ingredient name Quantity (mg)
          TOBACCO 655
          FILTRATION MATERIAL 120.1667
          CIGARETTE PAPER 43
          TIPPING PAPER AND TIPPING PAPER INKS 30
          FILTER OVERWRAP 13.3333
          FILTER ADHESIVE 10.3333
          SIDESEAM ADHESIVE 2

          Soit en clair, les seuls additifs sont ceux du papier, c’est à dire ceux qui permettent à la cigarette de se consumer toute seule même si on ne tire pas dessus, les colles et les encres.

      2. Et bien je fume depuis 20 ans du tabac sans additif, Fleur de Pays et pourtant je suis totalement dépendante : 1 paquet de 40g /jour soit l’équivalent 2 paquets de cigarettes…
        J’ai arrêté de fumer depuis 3 semaines et je ressens des symptômes de manque évidents. Je prends alors des pastilles de nicotine (2.5 mg) qui calme nettement la sensation. J’alterne avec un inhaleur (qui permet de consommer un café par exemple tout en aspirant de la nicotine). J’ai découvert la e-cig récemment qui est une aide supplémentaire. Tout cet arsenal est complété par 1/2 lexomil si nécessaire car je suis par moment envahie d’une certaine tristesse qui doit ressembler à un début d’état dépressif.
        Bilan depuis 3 semaines : pas une cigarette de tabac, une consommation très modérée de e-liquide, quelques pastilles et cartouches d’inhaleur, 2 comprimés de lexomil en tout.
        Cet outillage semble fonctionner pour l’instant. Je n’ai pas de chapelle à défendre et je suis preneuse de toute information sérieuse sur les facteurs de dépendance au tabac, sur l’état de la recherche en la matière (qui semble bien pauvre en effet).

        1. Avez-vous toujours fumé du tabac sans additifs ?
          N’avez-vous pas auparavant fumé du tabac avec additifs ?
          Quant au manque physique il ne vient pas de la nicotine, mais des additifs, est-ce que vous êtiez sous antidépresseur lorsque vous fumiez du tabac sans additifs , et si oui, lequel ?
          Le tabac sans additifs ne crée aucune dépendance physique, c’est autre chose dans votre alimentation ou dans les traitements médicaux que vous suivez qui expliquent ce manque.

          1. J’ai déjà répondu dans un autre message. Oui bien sûr, à une époque j’ai ÉNORMÉMENT fumé de cigarettes de toutes marques avec additifs y compris du tabac.
            Je n’ai jamais de ma vie été sous antidépresseur (je teste le lexomil pour la 1ère fois depuis mon début de sevrage).
            Les contraceptifs oraux sont-ils addictifs ? (seul médicament de toute ma vie) Concernant l’alimentation, je suis un « Ayatollah » de la diététique (bio chaque fois que c’est possible) mais là encore, je ne parierai pas en effet sur les substances qu’on nous fait avaler à « l’insu de notre plein gré » !

            1. Cher Benny !!
              Attention à vous,car lexomil est un médicament très dangereux à cause de ces effets contraire il peut dans un premier temps calmer puis dans un deuxième temps augmenter la dépression,beaucoup de mortalité par suicide du a la prise de ce médicament.

              Par la suite si vous innale de la vapeur pendant votre café c est que votre cerveau à besoin de voir par vos yeux de la fumé.

              Alors pour vous inutile d insister,reprenez la cigarette,aimez la jusque à ce que votre cerveau, vous i dique que stop j en ai marre et ne prenez que de la nicotine 1 mg si envie et rien d autre .

              Mais par pitié barrettes ,vos mélanges de médicaments dangereux ,,de capotage, ou bien vous allez finir par faire une bêtise regrettable

    1. Glucose : environ 0,056 mM (N.B : 3,6 à 6,1 mM dans le plasma) et alors, qu’est-ce que cela change ?

      C’est lors sa combustion que le glucose se transforme en acétaldéhyde qui est un IMAO (et qui associé avec la nicotine produit la dépendance physique), le fait d’en avoir dans la salive ne change rien du tout à la dépendance…

        1. Ayant roulé mes cigarettes avec du papier non gommé, j’ai collé toutes mes cigarettes avec la salive et cela n’a entraîné aucune dépendance.
          Les quantités présentes sont tellement infimes qu’elles sont négligeables.

    1. Les analyses effectuées par le magazine « 60 millions de consommateurs » de septembre 2013 indiquent que les e-liquides inhalés contiennent de l’acétaldéhyde qui d’après ce magazine serait cancérogène, ce qui a fait débat.
      Cancérogène ou non, il y a de l’acétaldéhyde et c’est l’association nicotine+acétaldéhyde qui crée la dépendance physique.
      Donc, en l’état, on peut constater que le problème se pose aussi avec les e-cigs.

      1. on ne peut absolument pas comparer la dépendance d’un fumeur à celle d’un vapoteur….il suffit d’interroger les vapoteurs. vapoter peut faire sortir de la dépendance….les liquides à 0 nicotine se vendent….un vapoteur sans sa cigarette electronique ne sera pas dans le même état que le fumeur sans son paquet de clopes. c’est du vécu.

        après il y a les pseudo études, presque toujours dirigées contre la icig, les médias qui sont là pour nous désinformer….(ne me demander pas pourquoi)

        A lire cet article et ceux mis en lien dans le texte qui rétablissent un peu la vérité sur cette étude de 60 millions de consommateurs, notamment avec les chiffres de l’étude de Goniewicz :
        http://jlhamzer.over-blog.com/60-millions-de-consommateurs-essaye-de-justifier-son-article

        1. Je n’ai pas comparé les dépendances à la vapote et celles aux additifs du tabac. Je constate simplement qu’elles existent puisque le produit qui les crée (l’acétaldéhyde) est présent dans les e-cigs.

          En matière de santé publique, tout est falsifié par les médias, les médecins et le ministère de la santé qui continuent de dire que la nicotine crée la dépendance ce qui est complètement mensonger. Les liens de ces derniers avec les intérêts financiers des multinationales pharmaceutiques en font de simples lobbyistes corrompus et non pas des acteurs protégeant la santé des français.

          Il se trouve que la e-cig est promue par nombre de médecins qui continuent de prétendre que la nicotine crée la dépendance, ce qui leur enlève de fait toute crédibilité.

    1. La nicotine est naturellement présente dans le tabac.
      Ce sont les additifs qui sont ajoutés pour vous rendre complètement accro, bien sûr !

  1. « Les industriels du tabac (…) utilisent trois produits importants : le sucrose, le miel et le chocolat. Ces trois produits sont sucrés, or la combustion du sucre entraîne la formation d’acétaldéhyde, qui se trouve être l’un des IMAO les plus puissants qui soient. »

    Le tabac blond sans additif contient aussi du sucre, c’est le séchage ou le « curing » qui va en déterminer le taux, plus particulièrement le « flue-curing » technique de séchage à l’air chaud du tabac nord américain (tabac blond)…Pour l’histoire cette technique a été découverte par hasard par un esclave au milieu du XIXè siècles en Caroline du Nord….le résultat, une feuille de tabac qui devient jaune, augmente la quantité de sucre et surtout agit sur la fumabilité ce qui rend ce tabac particulièrement facile à inhaler contrairement au tabac brun.

    1. Bonsoir,

      I hope I will be excused for not speaking french. After 23 years of smoking packaged cigarettes, I started rolling my own with non additive tobacco for the last couple of months. I am « enjoying » it very much and I feel I am more of control of how much I smoke and when I smoke. As I absolutely feel more independent of tobacco, I have to agree with the post of « Magic » as stated : « Le tabac blond sans additif contient aussi du sucre, c’est le séchage ou le « curing » qui va en déterminer le taux, plus particulièrement le « flue-curing » technique de séchage à l’air chaud du tabac nord américain (tabac blond)…Pour l’histoire cette technique a été découverte par hasard par un esclave au milieu du XIXè siècles en Caroline du Nord….le résultat, une feuille de tabac qui devient jaune, augmente la quantité de sucre et surtout agit sur la fumabilité ce qui rend ce tabac particulièrement facile à inhaler contrairement au tabac brun. »

      Non additive tobacco has a very high percentage of sugars and thus the IMAO theory does not stand. I would appreciate any input.

      Merci

      1. « Non additive tobacco has a very high percentage of sugars and thus the IMAO theory does not stand. I would appreciate any input. »

        • Quel est ce pourcentage et quel est celui des autres tabacs ?
        • Combien de mg de sucre est contenu dans une cigarette industrielle sachant que leur masse est en moyenne de 0,7 g ?
        1. J’espère que je ne serai pas perdu dans la traduction:
          Bonjour luciole 135 et je vous remercie pour ce grand site qui est plein d’informations utiles. Je fume Pueblo et NAS, qui sont principalement Virginia Blends. Comme je le disais, je goûte la douceur de ces mélanges après chaque cigarettes car ils sont riches en sucre. et quand ces sucres brûlent et s’inhalées avec la nicotine ne créent pas aussi IMAO?.
          Un autre point que je voulais poser à propos, si une marque de cigarettes À a 1% d’additif et une autre marque B a 5% d’additif, sûrement cela ne devrait pas signifier que la marque À est meilleur parce qu’il a moins additif !! Tout dépend de ce que ces additifs sont et comment ils effectuer le corps lorsqu’il est inhalé, oui?
          Je tiens à vous remercier encore une fois pour ce site riche et mes intentions sont apprendre et aider.
          BB

          1. « Comme je le disais, je goûte la douceur de ces mélanges après chaque cigarettes car ils sont riches en sucre. et quand ces sucres brûlent et s’inhalées avec la nicotine ne créent pas aussi IMAO?. »

            Si, mais tout est une question de quantité. Par exemple, les Marlboro rouge ont environ 50 mg d’additifs sucrés par cigarette, voir : What’s in Our Combustible Tobacco Products?.
            Donc sur les 700 mg (0,7 g) que pèse le tabac d’une seule Marlboro rouge, 50 mg sont du sucre. Soit un peu plus de 7 % de sa masse ! Je vous laisse faire la comparaison avec le sucre contenu naturellement dans le tabac (si vous avez les sources à ce sujet, merci de les donner). Je doute qu’il y en ait autant (sinon, on fabriquerait du sucre avec le tabac et non pas avec la canne à sucre ou la betterave).

            « Tout dépend de ce que ces additifs sont et comment ils effectuer le corps lorsqu’il est inhalé, oui? »

            En effet, je ne recommande pas de fumer. Mes recommandations sont générales, le but est de fumer au final du tabac sans additifs de façon à pouvoir arrêter facilement le tabac.
            Dans la phase de sevrage des additifs, vous pouvez trouver les additifs ajoutés aux tabac (ainsi que leur masse) sur le site des fabricants comme indiqué ici : Des fabricants indiquent les additifs (ingrédients) utilisés dans la composition des tabacs pays par pays !

            1. luciole135,

              Je vous remercie sincèrement pour votre réponse et je ne doute pas que toute information que nous partageons est pour le bénéfice des gens qui suivent ce grand site Web.
              Seriez-vous surpris de savoir que le tabac séché à l’air, à savoir la Virginie, peut avoir 10% -26%, et plus de sucre et beaucoup plus en glucides totaux? avant additifs? Je sais que je fus surpris. Je peux énumérer quelques ressources écrites anglais si vous me le permettez, mais cette information est disponible sur le web. Vous voyez mon point est que les additifs ont d’autres choses que l’inhalation est plus «addictif» que les sucres.
              Maintenant tabacs Burley, Perique et Kentucky ont une teneur en sucre inférieure. Je vais peut-être essayer Pueblo Burley mélange ou NAS Perique et de faire rapport.
              Lorsque je suis passé à la non-additif Pueblo et NAS rouler ma propre, le premier mois était très dur et je fumais plus essayer d’obtenir satisfaction, mais pas de chance, je l’ai fait ma recherche et qui est comment je suis arrivé à ce site Web qui m’a aidé à comprendre ce qui se passait. Maintenant, je fume beaucoup moins, environ 4-5 grammes / jour. Je peux quitter ma maison sans porter mon tabac comme avant. J’ai plus d’énergie, et plus «contrôle» de quand et quoi fumer. Je suis même en appréciant le tabagisme, quelque chose que je ne peux pas dire sur les cigarettes fabriquées que je fumais avant. Comment cela va me aider à arrêter une journée?! Je ne sais pas, mais je pense qu’il est tout au sujet d’être en contrôle.
              Encore une fois, je voulais partager mon expérience et de connaissances pour aider les autres comme vous
              Je vous remercie

              1. « Seriez-vous surpris de savoir que le tabac séché à l’air, à savoir la Virginie, peut avoir 10% -26%, et plus de sucre et beaucoup plus en glucides totaux? avant additifs? Je sais que je fus surpris. Je peux énumérer quelques ressources écrites anglais si vous me le permettez, mais cette information est disponible sur le web. »

                Je ne l’ai pas trouvée sur le web !

                De plus, lorsque j’ai arrêté le tabac de Virginie sans additifs je n’ai ressenti aucun manque contrairement au chemin de croix que j’ai vécu lors du premier arrêt de cigarettes avec additifs (et je ne suis pas seul dans ce cas).

                Alors, franchement, j’ai un gros doute puisque mon vécu confirme la théorie de Jean-Pol Tassin sur la dépendance. De nombreux commentaires sur le site racontent la même vécu que moi…

                1. «  »En conséquence, les feuilles durcies ont Burley très faible (0,2% Leffingwell, 1999) afin de ne pas détectable (Fisher, 1999), une teneur en sucre. En revanche, lors de carneau durcissement de tabac de Virginie utilisé pour les cigarettes Virginia type, le jaunissement est suivie d’une période relativement courte (environ 4 jours), l’étape du séchage sous une humidité contrôlée et à des températures élevées, ce qui stoppe les processus enzymatiques, comme le catabolisme du sucre, due à la dessiccation déshydratation mais permet la dégradation de l’amidon, même pour augmenter la teneur en sucre naturel dans la feuille durcie. taux de sucre résiduel de 8-30% ont été rapportés dans le tabac séché à l’air (Fisher, 1999). Le tabac de Virginie est également faible en composés azotés, en raison de la sélection des cultivars et les valeurs limites pour la fertilisation azotée. Le soleil-durcissement du tabac d’Orient ne comporte pas de contrôle de la température de l’air ou de l’humidité, mais il est assez similaire à carneau durcissant en ce que les processus enzymatiques sont bien arrêtés plus rapidement que dans l’air-durcissement. La teneur en sucre naturel de tabac d’Orient est intermédiaire (10-20%). » »

                  Source: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3296517/

                  Mon point: Il ne serait pas mal de recommander sur ce forum pour les personnes qui veulent cesser de fumer pour passer de Virginia non additif Burley non additif.

                  Je vous remercie.

                  1. Votre lien est en anglais et je ne suis pas certain que sa traduction soit correcte.

                    De plus, mon expérience personnelle d’arrêt du tabac Virginia sans additifs (Fleur du pays) s’est effectuée sans ressentir le moindre manque. Ainsi, je reste dubitatif…

  2. Bonjour,
    Je ne suis pas du tout d’accord quand vous dites qu »il n’y a pas de manque à la nicotine.
    Je fumais des LM et après avoir lu votre site, je suispassée au peter stuyversant bleue puis au grise et maintenant l’american spirit sans additifs. Je tiens à préciser que je ne fume pas la cigarette mais des joints que je roule avec des feuilles non blanchies, mon seul additif est donc le shit. Vous dites qu’on est pas dépendant à la nicotine ni au cannabis. Alors expliquez-moi pourquoi alors que je fume sans additif, je fume une dizaine de joints par jour alors qu’avec un patch de 21 mg, je ne fume pour ainsi plus. Sans additif autre que le canabis je fume fume « comme un turc » sauf si je mets des patch. J’en déduit que la nicotine est addictive puisque avec patch, tout va très bien. Je ne comprends plus. Avez-vous une explication ?

      1. 114mg nicotine.
        Excipients: ethylen/vinilacetas vopolymerum – polyethylenum terephtalas/ethylen vinylavetas – polyethylenum H.D. – polyisobutylenum – pigmentum album (titanii diocidum) (E171).

        1. Bonsoir,
          Il n’y a apparemment pas d’aldéhydes dans ces patchs qui expliqueraient le manque (sauf si le laboratoire ne donne pas la formulation exacte). Pour qu’il y ait dépendance, il faut impérativement une association nicotine + aldéhydes. L’un sans l’autre ne crée aucune dépendance.

          Il y a nécessairement dans votre mode de vie une prise d’aldéhydes (d’une façon ou d’une autre). Si vous êtes sous antidépresseurs, cela expliquerait votre ressenti.

          Êtes-vous actuellement sous antidépresseurs ? Si oui, lesquels ?

          En revanche la présence de dioxyde de titane (E 171) est inquiétante : Dioxyde de titane : Une bombe à retardement ?

          1. Bonjour Luciole,
            Concernant les patchs, ils sont transparents. Le doxyde de titane servirait-il à cela, les rendre transparent?
            Je suis depuis plus de 30 ans sous lexomil 12 mg et loramed 2 mg au soir. Depuis peu 5mg de valium si nécessaire afin de limiter les effets secondaires de la ménopause. Je ne prends pas d’oestrogènes mais un complément alimentaire, le manhaé.
            J’ai une longue liste de médicaments car je suis traitée pour une BPCO, l’HIV et suite à un cancer de l’amygdale, un médicament pour la thiroïde. Ces medicaments-là sont à prendre à vie.
            La liste étant longue, je vous la donnerai si nécessaire.

            1. Bonjour,
              Les antidépresseurs IMAO ont le même effet que les additifs du tabac. Cela explique pourquoi lorsque vous cessez les patchs, vous êtes en manque.

              Dans ce cas, il vous faudra diminuer progressivement la dose de nicotine des patchs. Cette diminution peut se faire toutes les trois semaines environ selon le même principe que le sevrage des additifs : Le sevrage des additifs

              Faites au mieux, bon courage.

              1. Bonjour,
                Je ne comprends pas.
                Vous me dites que les patchs ne contiennent pas d’aldéhydes et que les antidépresseurs IMAO ont le mm effet que les additifs du tabac.
                Ne vaudrait-il pas alors mieux d’arrêter les antidépresseurs en 1er pour ne plus ressentir ce manque?
                Je pose cette question car je ne pense pas que les antidépresseurs que je prends depuis plus de 30 ans me fassent encore d’effet autre psychologique.
                Et si je prends des patchs de 21 mg c’est que je fais 2 jours avec un patch.
                Il me semblerait plus logique de diminuer pour finir par arrêter les antidépresseurs plutôt que de diminuer en 1er la nicotine de patchs sans adéhydes?
                Qu’en pensez-vous ?

                1. Bonjour,
                  Arrêter les antidépresseurs ou arrêter la nicotine dans votre situation aura exactement le même effet de manque.

                  En effet, c’est l’association « aldéhydes + nicotine » qui crée la dépendance. Comme vous êtes dépendante de cette association, en arrêtant l’un ou l’autre, vous vivrez le même manque physique.

                  Si vous voulez arrêter les antidépresseurs, il faut faire un sevrage lent en diminuant progressivement les doses tous les mois en accord avec votre médecin.

                  Dans tous les cas, il ne faut jamais arrêter du jour au lendemain les antidépresseurs mais le faire avec un suivi médical car leur arrêt brutal entraîne presque toujours une rechute violente au bout de quelques mois.

                  A mon avis, viser l’arrêt des médicaments non indispensables est une bonne chose, mais cela doit être effectué avec un suivi médical régulier d’un médecin averti afin de ne pas faire de rechute.
                  Bon courage !

  3. Bonjour Luciole,
    Merci pour vos conseils.
    Il faut arrêter les patchs contenant de la nicotine et diminuer les antidépresseurs non utiles avec l’aide d’un médecin.
    Comme vous le dites très justement, il faut éviter une rechute.

    Ce ne sera pas chose facile car je vis seule et n’ai plus de vie sociale.
    Je pense que l’ennui nous pousse à nous occuper donc rouler ses joints par exemple.
    Je voulais souligner que le cannabis de nos jours n’est plus celui d’il y a 20 ans et qu’il est coupé un certain nombre de fois avant d’arriver dans nos mais.
    Mais avec quoi? Dieu seul le sait.
    Probablement contient-il aussi des produits nocifs.
    Je tiens à vous remercier d’avoir créé ce site qui est bien utile pour beaucoup je pense.
    Lylah

    1. De rien, n’arrêtez pas les pactchs, effectuez un sevrage progressif des patchs de façon à ne pas être en manque en diminuant progressivement la dose (toutes les trois semaines environ).
      Quant au cannabis, en effet, il n’a rien à voir avec celui fumé par les soixantehuitards. Il est bien plus concentré en THC et coupé avec de nombreuses substances.

  4. Tous est dans le cerveaux

    Le cannabis détruit des cellules du cerveaux

    Il est évident que il est point de vonlonter avec toutes ces substances

    L exomil est un médicament très dangereux qui a montrez des effets contraires 1995 . quand même bizarre que l on ne saches pas ceci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *