e-cig-accro

Des cigarettes électroniques qui rendent accro !

Mis à jour le

Dans le numéro 485 de septembre 2013 du magazine « 60 millions de consommateurs » on peut lire 

« parmi les molécules que nous avons détectées dans les vapeurs de certaines e-cigarettes, trois sont particulièrement préoccupantes : le formaldéhyde, l’acroléine et l’acétaldéhyde »

60 millions de consommateurs insiste sur le caractère cancérogène de ces molécules, mais l’acétaldéhyde n’est pas spécialement connu pour être cancérogène, c’est un antidépresseur IMAO qui est connu pour être responsable de la dépendance physique au tabac en association avec la nicotine.

D’après les analyses de 60 millions de consommateurs, toutes les cigarettes électroniques avec nicotine analysées contiennent de l’acétaldéhyde, il en est ainsi des :

  • cigarettes électroniques avec nicotine jetables des marques CIGWAY arôme menthe et NHOSS arôme menthe casual (les seules analysées)
  • cigarettes rechargeables avec nicotine CIGARTEX arôme menthe, EDSYLVER goût menthe, MAYGALIA arôme mint et JOEYTECH arôme menthe (les seules analysées)

Il est à noter que les cigarettes électroniques sans nicotine JOYETECH arôme menthe fraîche ne contiennent pas d’acétaldéhyde, contrairement aux EDSYLVER arôme menthe no (les deux seules analysées).

Preuve que le fabricant de e-cigarettes JOYETECH a lu les recherches du professeur J.P. Tassin et en tient compte puisque l’acétaldéhyde seul (tout comme la nicotine seule) ne rend pas physiquement dépendant et donc ce fabricant n’ajoute pas de produits qui ne servent à rien (faisant ainsi des économies).

Les vapoteurs qui pensaient pouvoir arrêter de fumer ne pourront donc pas arrêter facilement de vapoter !

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte et en appuyant sur Ctrl + Enter

103 réflexions au sujet de « Des cigarettes électroniques qui rendent accro ! »

  1. Merci pour l’info. Je me doutais bien qu’il y avait une astuce du genre, sans en avoir la preuve.

    J’en avais testé une il y a quelques mois, pendant 2 jours. Goût de sucre concentré, tête qui tourne et gêne à l’estomac. J’ai stoppé net. Toujours suivre son intuition..

    La méthode présentée sur ce site est la seule valable, avec d’excellentes analyses et videos.

    J’en suis à la fin de la 6ème semaine sans additifs. Je dois dire que de la 4ème à la 6ème semaine, cela a été assez spécial, en effet.. :)

    1. Bonjour,
      Merci des compliments.

      J’avais eu vent de personnes disant qu’elles ressentaient un manque physique avec les e-cigs, les analyses de « 60 millions de consommateurs » ont confirmé leur dire.

      Que s’est-il passé entre la 4ème et la 6ème semaine ?

      1. Intéressant comme info.

        Savez-vous combien de temps durent les symptômes de manque, et s’ils sont plus ou moins fort qu’avec le tabac normal ?

        Dominique, je suis curieux aussi pour cette 5è semaine :-)

        1. Non, je ne sais pas combien de temps durent les symptômes de manque pour la cigarette électronique ni si ils sont plus ou moins fort qu’avec le tabac. 60 millions de consommateurs précise

          « Quant à l’acétaldéhyde (…), il est émis à des teneurs parfois loin d’être négligeables, mais qui restent très inférieures à celles observées avec des cigarettes conventionnelles. »

          Ce qui reste très vague puisque les cigarettes sans additifs n’émettent pas d’acétaldéhyde contrairement aux autres !

          Le manque dépend des individus, certain le ressentent de moins en moins au fil du temps après avoir cessé toute inhalation d’acétaldéhyde alors que chez d’autres, il reste présent indéfiniment.

      2. Bonjour Luciole et Gaëtan,

        La e-cig ou le tabac avec additifs, ce serait le choix entre la peste et le cholera… Des poisons. Or, le plus important, justement, c’est de purifier le corps de ce poison majeur, pour le cerveau et le corps, qu’est l’acetaldéhyde. Bien plus important, dans un 1er temps, que la diminution ou l’arrêt éventuel du tabac.

        J’ai fumé de l’Ajja pendant 32 ans, du Fleur du Pays pendant 5 ans, du Salsa « sans additifs » pendant 2 semaines (mauvais goût), puis du Sauvage et du Pueblo, alternativement, maintenant. J’opterais plutôt pour le Pueblo. Je ne trouve pas encore de Yuma. Je souhaite simplement diminuer fortement et, surtout, ne plus être rendu dépendant *à mon insu* (idem pour beaucoup de produits alimentaires industriels, mais c’est un autre sujet).

        La 4ème semaine, on commence effectivement à ressentir des effets.

        – Moins envie de café (déca) et de chocolat. Ca m’a surpris.
        – Un peu plus envie de fruits. J’en mangeais peu, avant.
        – La consommation baisse vite (déjà 20/25 au lieu de +35), sans effort.
        – Pas de recherche frénétique de tabac comme avant.
        – Pas spécialement envie de la 1ère cigarette du matin.
        – Je sors souvent sans tabac, sans y penser.
        – Un peu de désorientation.
        – De la fatigue, pas désagréable.
        – La quiétude.
        – La respiration bien plus ample pendant la marche.

        Et pour la 5ème semaine.. :) on sent vraiment le physique qui se vide de « quelque chose » très rapidement, comme après un long exercice (+100 kms à vélo, par exemple, comme je faisais jadis). De la tête aux pieds, mais surtout les jambes. C’est assez amusant. La sensation disparaît vite ensuite.

        Bref, ça marche et c’est simple. Ne pas en faire une obsession. Surtout ne pas se culpabiliser si on fume (Big Pharma et les campagnes anti-tabac jouent sur la culpabilisation) ! Simplement suivre et observer en soi le processus. Comme une aventure intérieure, un jeu…

        1. bonjour moi je fumer 2 paquets par jour ,le matin je prenais une cigarette avant le petit déjeuner depuis que j ai pris la cigarette électronique cela fait maintenant 3 mois je suis a 0 cigarettes je suis en 18 mlg je vais descendre en 16 et ainsi de suite mais sachet aussi que je peut me passer de ma E-cig apprener a changer de parfum fruité pour vous détentre le week end ou le soir je vous assure que cela fait du bien de toute façon c est moins dangereux que le tabac normal est moins chère meme mon épouse commence tout juste et elle l apprècit par contre prendre une chez un proffessionel car moi j ai acheter sur internet pas chére benéfice net j ai été obliger de changer mes deux atomiseur car a l interieur il y a une meche qui doit etre changer et ne pouvant pas les changer il faut racheter les atomiseurs alors attention si vous commander sur internet bien lire le descriptif.

          1. Faites-nous signe lorsque vous aurez cessé de vapoter, pour l’instant, vous avez remplacé une drogue par une autre.

            Quant à la supposé moindre nocivité de la vapote, ce n’est qu’une supposition non prouvée. C’est un peu le même principe que certains médicaments, il semblent efficaces jusqu’au jour où l’on s’aperçoit que leurs effets secondaires sont pires que la maladie qu’ils sont censé guérir !

            Faites-nous signe régulièrement et surtout n’oubliez pas de signaler lorsque vous aurez cessé de vapoter.

            1. je suis à la cigarette électronique depuis fin nov 2013, j’ai arrêter ce jour là de fumer, donc plus aucune cigarette depuis la e cigarette.
              Mais mon problème c’est que je ne peux plus me passer de la cigarette électronique. alors quoi faire ?
              merci pour vos réponses

              1. Pourquoi voulez-vous arrêter de vapoter ? Le prestigieux College Royal de médecine anglais recommande la vape pour cesser de fumer, il n’y a que les lobbies pharmaceutiques et du tabacs qui font croire que vapoter est dangereux, ça l’est effectivement pour leur compte en banque ! :-)

            2. 182 études publiées…. qui de pres ou de loin disent que meme s’il vaut mieux s’abstenir, vaper est infiniment moins dangereux que cloper… la nocivité de la cigarette étant définitivement reconnue…
              Pas de réaction du gouvernement à l’addiction à l’alcool et a l’image encourageante de ce type de consommation aupres des plus jeunes dans les espaces publics.
              pas de réaction non plus sur la nocivité potentielle du téléphone portable.
              rien non plus sur les particules fines concentrées dans les pots d’échappement…
              pas d’interdiction du saumon et autres poissons apres les mesures de contamination aux métaux lourds…
              Risque d’irradiation des écrans plasma.
              la liste pourrait encore etre longue…

  2. merci pour l’info!! être accro à quelque chose est toujours mauvais, car on a souvent tendance à consommer plus et même à faire un excès, on pourrait aussi se dépendre à cette chose que cela va empiré. On peut être accro à la cigarette électronique si on se sait pas se maitriser, car souvent on dit que les e-cigarettes ne sont pas si dangereuse que les cigarettes classiques, mais il faut savoir que les recharges ou E-liquide contiennent aussi des produits toxiques.

    1. Bonjour,
      vous dites

      « On peut être accro à la cigarette électronique si on se sait pas se maitriser »

      Il est impossible de maîtriser une dépendance physique à l’association acétaldéhyde + nicotine, la dépendance créée est encore plus forte que celle induite par l’héroïne, c’est dire !
      C’est bien pour cette raison que les gens n’arrivent pas à arrêter de fumer des marlboro (par exemple ou des cigarettes avec additifs) car la dépendance physique est plus forte que la volonté !
      Si la volonté était plus forte que la dépendance physique, il y a longtemps que cela se saurait et il n’y aurait plus aucun problème de dépendance ni de drogues.
      Les fumeurs dépendants vont tout simplement rester dépendant des e-cigs, d’ailleurs, il n’y a presque pas de témoignage de personnes ayant réussi à arrêter de vapoter ! Ils ont remplacé une dépendance par une autre, rien de plus !

      1. Bonjour,
        sans vouloir généraliser (chacun trouve sa propre méthode pour arrêter de fumer), je souhaite témoigner pour dire que la cigarette electronique dont on parle beaucoup en ce moment m’a aidé il y a un an à arrêter de fumer. J’ai pu dans un premier temps arrêter de fumer des cigarettes classique en remplacant par la cigarette electronique, cette étape a été la plus facile car rien ne manque, ni l’apport de nicotine autres substances, ni le rituel d’avoir en main ou en bouche « quelqu chose ». J’ai tenté de baisser la concentration de nicotine mais je ne peux affirmer que cette baisse a été un facteur de succès. Au bout de 2 mois je me suis sevré complètement en stoppant la cigarette electronique, sevrage difficile, à mon avis plus lié aux rituels quotidiens ponctués auparavant par la clope (café du midi, pause avec des collègues…) que par un manque physiologique de nicotine/autres substances. L’apport de la cigarette electronique a été je crois de trouver une étape intermédiaire qui m’a permis de trouver les ressources psychologiques pour arrêter complètement. Le souhait non avoué des fabricants de cigarettes electroniques est bien entendu de nous rendre accros à leurs produits, en justifiant par ailleurs le bénéfice de ces produits par l’absence d’impact sur le santé des utilisateurs, grand débat ces dernières semaines.

        1. Bonjour,
          Qu’est-ce qui a été difficile dans ce sevrage à la e-cig ?

          La nicotine ne crée pas de dépendance, alors ce sont les autres substances comme vous dites qui rendent dépendant, seule la nicotine ne crée aucune dépendance.
          Vous avez fait avec la cigarette électronique ce que yan84 a tenté avec le tabac : diminuer la nicotine sans diminuer les additifs pour diminuer le manque. À la fin, il est passé aux e-cigs et depuis, plus de nouvelles !

      2. Bonjour,

        Je cite

        « Il est impossible de maîtriser une dépendance physique à l’association acétaldéhyde + nicotine, la dépendance créée est encore plus forte que celle induite par l’héroïne, c’est dire ! »

        Ah oui??? et sur quoi vous basez vous pour affirmer cela?

        Je suis fumeur depuis 27 ans, j’ai été consommateur d’héroine de 1992 à 2001 et je peux vous garantir que nous parlons de deux dépendances complètement différente.

        Le sevrage tabagique n’engendre absolument pas un manque physique comme le sevrage de l’heroine.

        Peu ou pas de symptomes physiques dans le sevrage du tabac, c’est très soft physiquement, en revanche pour l’heroine c’est une horreur, au bout de 12h déjà les sueurs froides, on transpire mais on à très froid, tremblements, contractions musculaire incontrolé, début de dhiarée,au bout de 24h violentes douleurs dans les jambes et/ou le dos s’ajoutent aux symptomes précédents. ces douleurs sont intenses, aussi intenses qu’un mal de dents qui vous reveille, il n’est d’ailleurs pas possible de dormir tellement c’est douloureux, et la prise d’anxiolétique n’aide que très peu ou alors faut aller dans le très fort genre tranxene 50 mg matin midi et soir + tercian par exemple, et même la on finit par somnoler un peu mais les douleurs intenses sont toujours la, ces douleurs ne font qu’augmenter en intensité au fur à mesure que les heures passent et ça pendant5 jours, au bout de 5 jours elles s’estompent petit à petit et la on a plus que les symptomes du départ genre nez qui coule, sueurs froides,frissons,dhiarrées mais c’est supportable, c’est au pire comparable à une bonne gastro. Par contre les 5 premiers jours sont si douloureux qu’on a l’impression que l’on va mourrir, pas possible d’aller travailler comme ça, on ne peut rien faire, on a l’impression de n’être plus qu’une douleur.

        J’ai arrêté le tabac le 11 septembre, ça fait donc un peu plus de 7 semaines et à aucun moment je n’ai eu de tel symptomes, et pour tout dire l’arrêt du tabac comparé à l’arrêt de l’heroine est une cinécure bien agréable.

        1. Vous dites :

          « Ah oui??? et sur quoi vous basez vous pour affirmer cela? »

          Je me base sur les propos de Jean-Pol Tassin qui s’appuie, lui, sur des études scientifiques pour affirmer que les additifs du tabac sont les drogues qui ont le potentiel addictif le plus élevé.
          Je vous laisse lire son interview (toujours en ligne sur le site du Collège de France), où à la question suivante de Marc Kirsch :

          « La nicotine n’agit pas comme les autres drogues ? Elle n’est pas la cause de la dépendance au tabac ? »

          Jean-Pol Tassin répond :

          « (…) Dans le classement du potentiel addictif, le tabac arrive en tête, suivi par l’héroïne, la cocaïne, l’amphétamine et l’alcool, etc. Le tabac produit un taux d’addiction de 22 %. »

          Bien sûr, lorsque l’on a compris les études de Jean-Pol Tassin, il faut comprendre le tabac et ses additifs et non pas le tabac en lui-même puisque Jean-Pol Tassin a démontré que ce sont les additifs sucrés ajoutés au tabac qui créent la dépendance physique. Jean-Pol Tassin parle de tabac car il ne devait pas connaître lors de la publication de cette interview (en 2010) l’existence même du tabac sans additifs.

          Vous dites ensuite :

          « Le sevrage tabagique n’engendre absolument pas un manque physique comme le sevrage de l’heroine. »

          D’abord, vous n’avez pas arrêté n’importe quel tabac, mais du Fleur du Pays avec 0,3% d’additifs.
          Je me tue à répéter qu’arrêter de fumer du tabac sans additifs n’est pas difficile, ce qui est pratiquement le cas du Fleur de pays (avec ses 0,3% d’additifs) !

          Vous dites de plus :

          « Peu ou pas de symptomes physiques dans le sevrage du tabac, c’est très soft physiquement »

          Vous pouvez constater dans le témoignage de STOPTABAC2009 que le sevrage des additifs des Marlboro est un vrai enfer à vivre, alors quand vous affirmez qu’il n’y a pas de symptômes physiques dans le sevrage du tabac, cela est uniquement le cas pour le tabac sans additifs. Je vous laisse lire le témoignage de STOPTABAC2009 et nous dire s’il est vraiment plus facile que celui de l’héroïne (et aussi facile que celui du Fleur de Pays que vous avez arrêté).

          Ainsi, votre seule expérience d’arrêt du tabac confirme à elle seule l’intégralité de mes dires : il est facile d’arrêter de fumer du tabac sans additifs.

          En revanche arrêter du tabac avec additifs est presque impossible pour le commun des mortels, seuls quelques rares heureux y arrivent…

  3. Heu…
    Perso ça fait plusieurs mois que je suis passé aux tabac sans additifs.. et je n’ai rien constaté de spécial…
    Toujours autant accroc… Par contre je ne fume plus que 3 cigarettes par jour le reste de la journée je suis sur une e-cig

    1. D’après le professeur Tassin la dépendance aux additifs est à vie, néanmoins un certain nombre de personne voient leur dépendance diminuer au fil du temps en cessant d’inhaler de l’acétaldéhyde.
      De plus, si vous fumez des e-cigs qui contiennent de l’acétaldéhyde, obligatoirement le manque persiste puisque c’est l’association acétaldéhyde + nicotine qui crée la dépendance physique.

  4. BOnjour, et Merci pour ces infos intéréssantes !
    Fumant à la base 15 cigarettes par jour environ, j’en suis actuellement à fumer une cigarette par jour maximum, que je considère plus comme une cigarette « plaisir » liée à des occasions qu’un réel besoin.
    Personnellement, le moyen qui m’a permis d’arriver à cela actuellement a été la cigarette électronique (Joyetech)
    J’ai commencé avec un dosage de nicotine fort pour arriver à un faible actuellement, que j’utilise aujourd’hui plus comme un plaisir de shisha.
    J’ai du mal à comprendre votre logique, même si « l’acétaldéhyde » entretient la dépendance et est présent dans les e-cigs , elle doit être bien plus minime que la cigarette ? Je ne suis pas le seul dans cette situations, la plupart des gros fumeurs que je connais ont arrête ou diminuer fortement grâce à ce procédé. et la e-cigarette électronique est bien moins toxique que la cigarette, mon médecin me l’a confirmé…

    1. Bonjour,
      Comme les cigarettes électroniques contiennent de l’acétaldéhyde + nicotine, elles rendent dépendant tout comme le tabac avec additifs. Quant à comparer les doses d’acétaldéhyde des e-cigs et du tabac, en l’absence d’études comparatives sérieuses entre des paquets précis de certaines marques et les e-cigs, on n’en sait rien.
      Je n’ai jamais lu sur un seul forum de e-cig, un seul témoignage d’une personne ayant arrêté à la fois le tabac et les e-cigs, c’est pourquoi je reste dubitatif face à la e-cig.

      Quant à sa supposée moindre nocivité, cela reste à prouver puisque un certain nombre d’additifs alimentaires autorisés sont connus pour provoquer des problèmes cérébraux graves ou des cancers (tel l’aspartame par exemple).
      Et comme le ministère de la santé se refuse à interdire ces additifs alimentaires connus pour être dangereux (pour ne pas nuire à l’industrie chimique), il sont supposé inoffensifs, ce qui est faux.

      La e-cig pose de vrais problèmes qui montrent la corruption du ministère de la santé. Ce dernier refuse d’interdire l’aluminium des vaccins et des médicaments, l’aspartame des aliments ainsi qu’un nombre considérable de molécules dangereuses (comme les perturbateurs endocriniens, par exemple) afin de protéger les industries chimiques et pharmaceutiques alors que sa mission n’est pas de protéger les industriels, mais les citoyens.

      Ainsi, le débat provoqué par la e-cig est très intéressant puisqu’il oblige le ministère de la santé à expliquer pourquoi il autorise des additifs alimentaires dangereux dans les aliments et voudrait les interdire dans la e-cig !
      Pourquoi le ministère de la santé refuse-t-il de poursuivre les recherches du professeur J. P. Tassin sur la dépendance et continue de causer de dépendance à la nicotine alors qu’elle n’existe pas ?

      Pour finir, dire que la e-cig est moins nocive est abusif, on peut dire que la e-cig semble moins nocive, mais on n’en a aucune preuve puisque aucune étude scientifique n’a été faite sur le long terme…

      1. C’est sûr qu’on ne sait pas tout de ce qu’il y a dans la cigarette électronique et c’est bien que des analyses soient faites un peu partout pour nous aider à y voir plus clair. Concernant l’étude de 60 millions de consommateurs elle a quand même été bien critiqué par toute la communauté scientifique : lire ici.

        Certes Jean-Pol Tassin n’en faisait pas partie, et c’est bien dommage d’ailleurs qu’il ne fasse pas d’étude scientifique sur la cigarette électronique (peut être le fait-il d’ailleurs ?) Au passage ce n’est pas le seul a être un fervent opposant à la théorie de la nicotine seule responsable de la dépendance, il y a tout de même le professeur Molimard, père fondateur de la tabacologie qui n’a jamais réussi à rendre dépendant des rats avec de la seule nicotine : le mythe de l’adiction à la nicotine. Rendons à César ce qui appartient à César.

      2. Bonjour,

        Au départ je trouvais tout ceci sympathique et serieux, mais je commence à douter sérieusement.

        J’ai arrêté et fumer et de vapoter, arrêter de vapoter à été plus facile qu’arrêter de fumer.

        Le vapotage permet de fumer en faisant baisser son taux de monoxyde de carbone et permet d’arrêter de s’encrasser les poumons aux gondrons(monoxyde de carbone qui favorise crise cardiaque et avc) et de ne pas fumer les 4 000 produits chimiques rajouté dans le tabac.

        Alors certes vapoter n’est pas sain ou safe, mais pas pire que fumer, plutôt mieux logiquement même si ça reste à démontrer scientifiquement.Je suis surpris par vos thèses car pendant 3 ans je n’ai fumé que du fleur de pays, sans connaitre ces histoires d’être accrocs non pas à la nicotine mais aux additifs et je n’ai jamais réussi à l’epoque à arrêter de fumer. après même si fumer du tabac sans additifs n’est pas addictifs il ne faut pas oublier le goudrons(nocif) qui est dégagé suite à la combustion et le monoxyde de carbone. Fumer sans additifs est moins addictifs mais pas sain non plus.

        le mieux est de ne pas fumer du tout.

        1. Je n’ai jamais dit que fumer était sain, je ne sais pas où vous avez lu cela !

          Il se trouve que la e-cig n’est pas un moyen de sevrage efficace puisque son efficacité est similaire à celle du patch nicotinique (qui est lui inefficace).

          Que vous n’ayez pas arrêté de fumer du Fleur de pays ne prouve rien, pour arrêter, il faut le décider. Et manifestement, vous n’en aviez pas l’envie.

          Si l’envie vous en avez pris, vous auriez arrêté très facilement (comme vous dites d’ailleurs l’avoir fait dans le dernier commentaire que vous avez écrit ce lundi 28 octobre 2013 à 10 h 03 min.

          Racontez-nous votre sevrage aux e-cigs avec tous les détails.

  5. Il vaut mieux voir une personne accro à la cigarette electronique qu’aux cigarettes classiques!! Je ne dit pas que l’e-cigarette est sans danger à 100%, c’est juste que ce produit est moins nocive puisqu’elle n’émet pas de la fumée mais de la vapeur. En effet, ce produit peut aider à réduire le nombre de personne tué par le tabac.

    1. C’est une opinion largement répandue qui ne repose sur aucune certitude, aucune preuve, juste des à priori, des convictions, des croyances de médecins, de tabacologues.

      Mais quand on voit que ces mêmes médecins et tabacologues croient encore – sans se poser une seule question – que le simple insecticide qu’est la nicotine est une drogue, cela fait sacrément douter de la pertinence de leurs croyances.

      On nage encore ici en pleine hystérie médiatique, on est loin de la science, de la raison, de la preuve, on est dans la pensée magique totale.

  6. Le problème c’est que l’état ne fait rien, pourquoi pas interdire tout simplement l’ajout de ces additifs qui provoquent la dépendance et plus de cela sont cancérogènes, mais c’est quoi ce pays?
    Il a fallut déjà des décennies pour interdire la vente de cigarette aux mineurs (68 % des buralistes seraient en infraction).
    Mais c’est quoi ce pays.

    1. Ça rapporte beaucoup trop a l’état et aux lobby, pour être limiter ou arrêter

      Merci au capitalisme, mondialisation et autre pompe a fric

  7. La cigarette électronique a pour rôle de substituer la consommation de tabac (généralement). Il serait logique que l’état intervienne pour contrôler de manière stricte les fabricants de e-liquides distribuant sur le territoire.

    1. La e-cig est au centre de multiples conflits d’intérêts :

      • si elle est un produit de substitution au tabac comme sont déclarés l’être les inefficaces substituts et patchs nicotiniques, le lobby pharmaceutique exige alors d’avoir l’exclusivité de la fabrication et de la vente.
      • si elle n’est pas un produit de substitution mais un produit équivalent au tabac, les buralistes veulent l’exclusivité de la vente.
      • si elle n’est ni l’un, ni l’autre, il faut alors définir le ou les cadres légaux qui doivent réglementer ce produit.

      Le lobby pharmaceutique gagnera t-il ?

    2. C’est en projet et pose déjà des problèmes au saint de la communauté des vapoteurs…

      Ils veulent limiter les goûts et arômes actuel (seul les goûts tabac degueux resteront, voir les e-cig proposer par big tabaco), ce qui limitera l’intérêt et le plaisirs de vapoter, limiter a 2ml les atomiseur, interdire les flacon de plus de 10ml, interdire les e-cig a voltage variable, etc…

      Si tout ceci est mis en place, ça sonnera la fin de la plupart des acteurs de la e-cig tel qu’on la connaît et renverra bon nombre de vapoteur vers leur ex clopes..
      Tous ces contrôle demander ne seront jamais supportable financièrement par la plupart des fabricants actuel….
      Pas grave cela fera plus de fumeur bon pour l’état et les lobby et plus de chômeurs aillant trouver en la e-cig une solution a leur inactivité… Ça fera les belles heures de la cigarettes et des détracteur de la e-cig, comme les buralistes etc

    1. Vu la corruption généralisée qui règne dans le secteur pharmacologique, médical et scientifique (rappelons les scandales de la vache folle, le médiator, l’amiante entre autre) et la négation des études du professeur Jean-Pol Tassin par ces mêmes « autorités », je ne crois pas du tout en ce discours.

      Si ces gens étaient honnêtes comme ils le prétendent, ils cesseraient de dire que la nicotine est une drogue.

      Mais au vu de leurs mensonges permanents sur la nicotine (alors que les études du professeur Tassin datent maintenant de 5 ans [2009]), j’en conclus que ces études ne sont pas fiables et ne sont que de la propagande.

      Lorsque ces mêmes personnes cesseront de mentir sur le vulgaire insecticide qu’est la nicotine, on verra.

      Pour l’instant, ces gens n’ont aucune crédibilité scientifique ni morale.

  8. Première chose :
    On aurait un même taux d’efficacité d’arrêt du tabac entre la ecig et le patch : c’est faux. la ecig est plus efficace. Ca finira par être une évidence pour tout le monde, mais c’est long (Big pharma s’emploie à faire croire en son efficacité, mais la sauce ne prend plus).

    Deuxième chose  :
    OK, la nicotine n’est pas seule responsable de l’addiction, sinon, il suffirait de se coller un patch. Mais, clairement, avec un patch, on a tout autant envie de fumer.
    Personnellement, du temps ou je fumais, j’avais planté du tabac que j’ai fumé sur plusieurs semaines : j’étais toujours autant accro.

    1. L’e-cig n’a pour l’instant pas fait preuve d’efficacité, elle se substitue de façon perpétuelle au tabac. On remplace une drogue par une autre, rien de plus.

      D’après le professeur Jean-Pol Tassin, une fois que la dépendance aux additifs du tabac est créé, elle perdure toute la vie. Néanmoins, ceux qui se sont sevrés de ces additifs ont un arrêt du tabac beaucoup plus facile à vivre.

    1. Ex fumeur (18 ans d’expérience) ex macheur (9 mois sans fumer) puis retour à la clope pour 1 an de plus. Vapoteur exclusif depuis 3 mois. Et super heureux comme ça. Que du bonheur.

  9. Merci pour toutes ces informations, j’ai découvert par votre site les principes de l’addiction IMAO+Nicotine. J’ai commencé un arrêt du tabac il y a un mois à l’aide de comprimés nicotinique (a l’arrache donc…). Trés difficile bien sur. Je suis tombé sur votre site sur base d’une recherche Dépression + Sevrage tabac, autant dire…. Je me suis certainement trompé de méthode. En tout cas je note qu’en cas de faux pas, il vaudrait mieux le faire avec une cigarette sans additif alors que je pensais qu’une ecig pourrait être un substitut temporaire en cas d’écart (et la …. grosse erreur, on relance toute la mécanique de la dépendance). Par rapport aux ecig, est ce que l’on ne pourrait pas également envisager de s’en servir pour un sevrage du cocktail acétaldéhyde / nicotine mais en réduisant progressivement la nicotine.

    1. En théorie ce serait faisable.
      En pratique, c’est beaucoup plus difficile car d’après les analyses de 60 millions de consommateurs, les teneurs annoncées en nicotine ne sont pas respectées.
      Ainsi, on ne peut pas se fier à la teneur annoncée par les différents fabricants, certains sont précis, d’autres pas du tout.
      Ensuite, jusqu’à présent, je n’ai jamais lu sur aucun blog le récit d’une personne ayant cessé de fumer puis de vapoter grâce aux e-cigs.
      Les vapoteurs restent vapoteurs après avoir été fumeur. D’ailleurs, sur tous les forums de vapotage, celui qui vapote depuis le plus longtemps est considéré comme une référence alors qu’il a en réalité complètement raté son sevrage du tabac.

      1. Vous négligez l’essentiel, à savoir le plaisir. Le problème de la cigarette c’est qu’elle procure un plaisir mortel. La ecig procure aussi beaucoup de plaisir et comme la dangerosité est sans commune mesure avec la cigarette pourquoi vouloir arrêté ?

  10. Ancien gros fumeur, il y a plus de 2 ans j’ai arrêté la clope définitivement grâce à la ecig sans aucune rechute. 8 mois après j’ai réussi à me sevrer totalement de la nicotine car en préparant mes eliquides soi-même on reste totalement libre et conscient de ce que l’on met dedans, surtout le taux de nicotine. Le matériel aide aussi beaucoup, dans le sens où plus on a une vapeur lourde, moins la nicotine devient indispensable. C’est avant tout mon corps qui a réclamé des baisses successives et non ma volonté. Aujourd’hui je vape toujours sur des mods et atomiseurs que certains appellent « pro » qui n’ont rien à voir avec les petites vapoteuses que l’on trouve partout. Je ne suis plus addict de la nicotine mais exclusivement des arômes et de la vape qui n’a rien à voir avec fumer. Tous les mois on a droit à des journalistes qui colportent des alertes à partir d’études inachevées ou réalisées dans des conditions en rien réalistes par rapport aux conditions normales d’utilisation de la ecig. Peu colportes les résultats concluants d’études ou avis de médecins qui ont vérifiés les avantages de la ecig. Plus facile de Troller que de reconnaitre que pour 20% d’anciens fumeurs la ecig fonctionne.

    1. La nicotine ne crée aucune dépendance, normal que vous n’en ayez pas.

      Je note que vous continuez de vapoter, vous avez remplacé une dépendance par une autre.

  11. Bonjour

    Pour ma part j’ai 62 ans je fumais depuis mes 17 ans faites le compte il y a un an j ai achete la IE et là miracle du jour au lendemain je dis bien du jour au lendemain plus une seule cigarette plus d’envie la liberte totale et depuis je vapote de temps a autre pour le plaisir Ma soeur avec cette methode ne fume plus ni la cigarette ni la IE et nous etions grosses fumeuses !

    1. L’histoire est trop belle, cela ressemble plus à de la promotion (la e-cig n’en a pas besoin) qu’à un vrai témoignage.
      Je constate auprès des fumeurs invétérés exactement le contraire, décrivez votre sevrage tant tabagique qu’électronique avec précision.

  12. Bonjour

    je trouve que les commentaires de Dom et rosettedelyon (un pseudo gourmand…) sont très justes. On est tous différents face aux addictions (cigarette, drogue, alcool, pmu, loto, tf1, sport, racisme, etc…) et physiquement parlant c’est idem.
    Il est très étonnant malgré tout de constater en lisant les posts de ce forum que chacun ne parle que de soi en fait (son expérience « sur soi »).
    Quid de l’environnement proche ? Lorsqu’on arrête le tabac et que du temps passe un peu, on saisit sérieusement le changement, et les évidences : l’odeur du tabac (brûlé) s’infiltre partout. Vêtements, mobilier, voiture, corps, logement, etc…
    Dès lors que chez soi toutes les personnes qui fumaient passent à l’e-cig (et peu importe le modèle) un changement très important s’opère mine de rien très rapidement. L’environnement change, une odeur très présente disparaît assez vite et chacun (vapoteur ou pas) peut en percevoir les effets clairement : fin d’une pollution permanente, parfums naturels exacerbés, sensation de changement radical. Chaque fumeur de tabac de passage laisse une trace, on la connaît, la reconnaît, et, personnellement, ce n’est pas tant le moment partagé avec un fumeur qui trouble que « l’après ». L’odeur persiste (fumée, cendres) et peut devenir gênante. Elle finit par disparaître mais c’est une complication. On prends la mesure alors de notre pollution ancienne et de son omniprésence. Je pense que les enfants préfèrent… Et les amis non-fumeurs aussi… La cigarette c’est aussi une bulle de matières concrètes, pas seulement une addiction ou un dé-stressant (qui n’a pas maudit un dimanche matin ce foutu cendrier oublié débordant de mégots et de cendres froides sur le plan de travail de la cuisine ou jeté à terre de dégoût son pull angora préféré un lendemain de fête…). L’e-cig compense réellement un manque (physique et psychologique) et chacun fera son chemin avec. D’autres manies, d’autres dépendances et pourquoi pas une addiction à la course de fond… Et peut-être plus rien aussi.
    Fin du biberon, fin des gestes, fin du cowboy et du gainsbourg.

    De mon côté, je me rangerai dans le « champ » de l’expérience de Dom à ceci près que mon but (et je le sens proche) est d’en finir totalement avec ce quotidien (qu’il soit végétalo-chimique et/ou techno/nuageux). Qui aurait imaginé en 2000 une cigarette électrique ? C’est bien la seule invention technologique totalement nouvelle de notre vie intime quotidienne depuis… Cherchez bien, vous verrez…

    Petite contribution de ma part à ces nécessaires partages d’expériences que sont les forums. Mon amie ayant totalement arrêté le tabac pour l’e-cig il ya un an et demi, on finit par se sentir un peu « seul » et un peu « con » aussi… Tout ce fric filant qui à l’Etat, qui à Philip Morris, qui à la cancérologie, etc. Ca fait un jour plus peur alors moi je dis « chouette ! », mon e-cig je l’aime, je la gère et je l’ai choisie parmi beaucoup d’autres. C’est un peu comme ma paire de lunettes, mon vélo, mes skis, mon surf, mon téléphone. Il est juste de dire que c’est un bizness mais les « vendeurs de vape » sont comme nous tous. Des anciens fumeurs. Des « accros » indépendants et libres, pas des Grands Distributeurs… Et quand j’en vois faire des vrais « nuages » de 2 mètres avec des montages délirants (et sans nicotine) je me dis qu’un truc nouveau vient d’être inventé qui va faire son chemin.
    L’e-cig c’est aussi le retour de la CONVIVIALITÉ car on ne s’échappe plus fumer à la fenêtre ou dehors… On reste ENSEMBLE. On vapote calmos, on cause, on gêne plus les mamies et les minots…

    Longue vie à tous.

    1. Le monoxyde de carbone n’a lui non plus, comme la e-cig aucune odeur. Pourtant, il tue chaque année, d’ailleurs c’est à cause de son absence d’odeur qu’il est dangereux : on ne le sent pas.

      L’absence d’odeur ne signifie pas du tout innocuité de la vapote pour les mamies et les minots, loin de là !

      Et comme vous le faites remarquer, vous n’avez pas arrêté la vapote ! C’est donc que cela ne permet pas de se sevrer du tabac, cela remplace une dépendance par une autre.

      1. C’est une obsession chez vous le risque. Vous croyez peut-être que la voiture électrique diminue les risques d’accidents sur la route. Vous êtes hors sujet. La dépendance c’est une complication personnelle. Le sujet est bien vaste et il n’existe pas de remède miracle. L’e-cig c’est une étape. Je ne comprends pas où vous voulez en venir en fait.

        1. Vous causez de « pollution permanente » sous entendant qu’il n’y en aurait plus avec la e-cig. Et vous étayez avec l’absence d’odeur. Vos arguments ne tiennent pas la route.

          Vapotez si vous le voulez, c’est votre problème, de là à faire la promotion commerciale de ces produits ici même, non merci !

          Vous pouvez la faire ailleurs, la e-cig n’a pas besoin de pub ici pour être vendue.

  13. Bonjour,

    je fumais en moyenne 35/40 cigarettes / jour depuis 30 ans. J’ai arrêter pendant 3 ans et … ai malheureusement recommencé. Ce sevrage a été terrible, horrible … Tant physiquement que psychiquement.
    J’ai découvert tout à fait par hasard l’e cig il y a 9 mois. Arrêt du tabac le jour même, vapotage en 12 mg +ou- 3 mois, ensuite 6 mg, puis 3 mg et enfin o mg.
    Diminution sans le moindre manque. Peut être un peu de nervosité mais rien à voir avec ce que j’avais dejà enduré en arrêtant le tabac ! Aujourd’hui, à 0 mg, je n’utilise plus l’e cig car n’en ai plus besoin, elle ne contient plus de nicotine et ne m’apporte donc plus rien.
    Tout cela pour dire que oui l’e cig aide vraiment à arrêter le tabac, le sevrage se fait de manière moins violente.
    Pour ma part, j’ai toujours pris goût tabac. Je ne désirais pas prendre le risque d’aimer un nouveau goût auquel il aurait fallu me déshabituer.
    Voilà, j’espère que mon témoignage pourra aider certains et certaines d’entres vous à stopper définitivement le tabac et retrouver sa liberté.

    1. Personne n’a besoin de nicotine puisqu’elle ne crée aucune dépendance chez le fumeur, ce sont les additifs sucrés qui créent la dépendance physique.

      1. Heu … Bonjour … Oui, si vous voulez.

        Je me reprends donc : je n’ai plus besoin de l’e cig car elle ne contient plus d’additifs sucrés ou autres.

        Bref , une chose est certaine : Je n’en ai plus besoin.

        1. Les additifs sucrés étant transformé en acétaldéhyde lors de leur combustion chez le fumeur, c’est l’acétaldéhyde qui rend dépendant les vapoteurs. Et les e-cig en contiennent.

          1. Oui, je vous crois sur parole.
            Je ne prône pas pour l’e cig. J’ai juste voulu apporter mon témoignage concernant mon arrêt du tabac plus facile grâce à celle-ci.

            Je ne comprends vraiment pas vos réponses …

            J’avais cru lire que vous désiriez un témoignage de quelqu’un ayant arrêté l’e cig dans votre post du 28 janvier 2014 à 16 h 11 min.

            Quel est l’intérêt de ce genre de réponse ?

              1. J’encourage les fumeurs à comprendre l’origine de leur dépendance. tous les jours avec ce site

                Mais quand je vois qu’il y en a qui causent encore de dépendance à la nicotine montrant qu’ils n’ont même pas lu l’article qu’ils commentent, je me permet d’être légèrement acide.

                Quoi de plus normal que de faire remarquer qu’avant de commenter un article, il faut d’abord le lire et le comprendre ?

  14. bonjour à tous, je vais vous raconter mon parcours dans l’arrêt du tabac. Je ne fais aucunes promotions pour quoi que ce soit. J’ai plusieurs fois essayé de stopper la cigarette mais en vain. En juin 2014, j’ai donc acheté une e-cig avec du produit 16mg. Au bout d’un mois ça me brûlait la gorge, je suis donc passé en 11 et de nouveau brûlures au bout d’un mois et hop 6. Je n’ai jamais été plus bas car je ne m’en sentais pas le courage et le 6 ne m’a jamais brûlé et pourtant j’ai jamais changé de marque et je fumais un paquet entier par jour soit 20 ou soit 30 cela dépendait du paquet que j’avais. Mars 2015 pendant plusieurs jours je disais à mon mari, que je ressentais du dégoût avec la cigarette électronique, des douleurs à l’estomac et un sommeil perturbé (je ne sais pas si cela avait un lien mais bon il y avait de toutes façons ce dégoût), je lui disais également que dès que j’aurai fini mes produits j’arrêterai mais le dégoût étant trop fort je n’ai pas été jusque là, pour la première semaine j’ai acheté des matchs 14mg on verra bien. Je vous tiendrais au courant mais je peux vous dire que je suis déterminé et que je suis prête à affronter les effets secondaires du sevrage.

  15. J’ai suivit les instruction sur un site de vapoteur pour trouver mon taux de nicotine la je suis a 6 mg et aucun effet alors que je fume pas beaucoup et pas de cigarette forte :(

  16. Salut luciole135, je me pose quelques questions…

    L’acetaldehyde est de toute façon présent naturellement dans les feuilles de tabac (et pas mal d’autres plantes) ? donc 100% tabac, on doit toujours avoir une petite association nicotine / IMAO… Après je n’ai pas trouvé à quelle dose l’acetaldehyde se retrouve en générale dans le tabac sans additif.

    Du coup pour ma part, je vais essayer la cigarette électronique, avec un fort taux de glycérine végétale (car point d’ébullition bien supérieur au propylène glycol donc moins de risque de produire de l’acetaldehyde et autres molécules pas cool!).

    D’ailleurs sur ce site : https://blogrotti.vaparotti.com/toxicite-des-e-liquides-pour-e-cigarette-enquete-complete/
    Tableau 3 ils comparent certains e liquides, en gros ils contiennent moins d’1ug/g, il faudrait comparer avec du tabac naturel mais je pense que c’est beaucoup moins, l’e-liquide que j’ai commandé, selon ces sources, contiendrait moins de 0,1ug/g d’acetaldehyde. Et puis normalement il ne doit pas y avoir de combustion.

    (Pour info ca doit faire 3 semaines que je suis au pueblo, mais je me sent toujours aussi mal quand j’arrête d’en fumer, même si j’en suis à 10/j, j’ai vraiment du mal à m’en passer, c’est pour ça que je me dis que meme 100% tabac il doit y avoir autres choses d’actifs que de la nicotine…)

    J’aimerai avoir votre avis la dessus, je vous tiendrai au courant de mon essais avec l’électronique !

      1. Où avez-vous lu que l’acétaldehyde est naturellement présent dans le tabac ?
        Si vous fumiez du tabac avec 8 à 9 % d’additifs, passer au tabac sans additifs directement crée un manque physique qui est difficile à vivre.
        La dépendance crée par les additifs ne disparait pas en 3 semaines, votre malaise est lié à l’arrêt des additifs qui crée le manque physique.
        Ensuite, il y a encore les effets du manque comportemental et psychologique.

        C’est pourquoi je conseille de faire un sevrage progressif des additifs comme indiqué ici : Le sevrage progressif des additifs :

  17. Bonjour,

    Des études plus récentes, sur le moyen terme, ont confirmé qu’une cigarette électronique est nettement moins dangereuse qu’une cigarette classique.

    Et ce, quelque soit les additifs présents ou non dans ladite cigarette classique.

    Je vous invite à consulter cette référence sur la cigarette électronique : http://www.ma-cigarette.fr/
    L’auteur répertorie et analyse chaque étude sur l’e-cig, même celles en sa défaveur !
    Aujourd’hui, il est facile de trouver des cigarettes électroniques et des e-liquides de qualité.
    Personnellement, je commande sur internet. (edit modération, lien publicitaire supprimé remplacé par le mot générique « internet »)

    Attention, il est clair que ces produits contiennent des additifs mais ceux-ci sont nettement nombreux et/ou puissants que ceux présents dans les cigarettes classiques.
    Et, je le répète, qu’il y ai additifs ou non, inhaler un produit vaporisé de qualité est moins dangereux qu’inhaler le résultat d’une combustion.

    Vous n’avez pas conscience des méfaits potentiels de vos actes.
    Vous diabolisez la cigarette électronique et vous orientez vos lecteurs vers de la fumée issue d’une combustion, sous prétexte qu’il n’y a pas d’additifs.
    Vous pensez certainement bien faire, mais en réalité vous jouez avec leur santé.

    Je vous serais gré, s’il vous plait, de stopper votre discours négatif sur la cigarette électronique. Celle-ci a déjà aidé des millions de gens à arrêter de fumer.

    Je ne remet pas en cause les bienfaits de fumer du tabac et du papier sans additif dans le processus d’arrêt de la cigarette.
    Mais par pitié, soyez plus objective dans votre discours !
    Certains de vos lecteurs jouent leur vie en lisant vos articles et vos commentaires.

    En crachant sur la cigarette électronique, vous risquez de leur fermer une belle porte de sortie !

    Vous vous en doutez, j’ai arrêté de fumer grâce à la cigarette électronique. Ma femme également.
    A ce jour, nous avons stoppé la cigarette électronique.

    Je souhaite la même réussite à tous, quelque soit la méthode.

    1. Bonjour,
      Il est impossible de discuter avec les fanatiques de la vapote. Lorsqu’on leur dit que la vapote n’est pas efficace pour arrêter de fumer, ils répondent qu’elle est moins nocive.

      A chaque fois, c’est le même discours d’évitement, de propagande. Je ne conseille pas aux gens de fumer, je leur indique comment arrêter de fumer, grande nuance que vous éludez volontairement afin de diaboliser ce qui pour vous est un adversaire.

      Les vapoteurs se comportent comme des ayatollahs intolérants qui n’ont de cesse de voir des ennemis là où l’on ne fait qu’informer avec des éléments sérieux et scientifiques.

      Les fumeurs qui commencent à vapoter remplacent simplement une drogue par une autre, ils n’arrêtent jamais de se droguer et continuent dans leur grande majorité à se droguer.

      Forcement nous ne serons jamais d’accord.

      P.S : J’ai remplacé le lien publicitaire inclus dans votre message vers le site marchand de vapote par le mot « internet ».

  18. Veuillez m’excuser, il manque une précision :

    J’ai fumé de 14 à 32 ans, ma femme de 12 à 26 ans.
    Nous avons utilisé la cigarette électronique durant plus ou moins deux ans, en réduisant « quand on se sentait prêt » le pourcentage de nicotine.
    Ma femme a « tout arrêté » un an avant moi.

    Il m’est arrivé de fumer une cigarette ou deux lors des soirées trop arrosées, soit une ou deux tout les deux mois peut-être.

    L’abus d’alcool est très dangereux dans un processus d’arrêt du tabac.
    Je pense qu’au début, grâce à la cigarette électronique, ces cigarettes sont restées exceptionnelles.

    1. Votre témoignage est rare, les forums de vapoteurs regorgent de vapoteurs qui ont plusieurs années de vapote derrière eux et qui sont considérés comme les plus savants alors qu’ils ont tout ratés puisqu’ils continuent de se droguer.

      Les études récentes montrent qu’en réalité, la vapote ne permet pas d’arrêter de fumer, ceux qui remplacent la fume par la vapote échouent et n’arrêtent jamais de vapoter. Seule une petite minorité arrive à arrêter de fumer puis de vapoter par la vapote.

      Quant à la discussion comparative sur les différentes drogues, elle est hors-sujet.

      Le plus insupportable avec les vapoteurs, ce sont les réactions hystériques qu’entraîne tout discours qui ne plait pas à ses fidèles fanatisés.

      On a l’impression d’avoir affaire à des religieux intégristes qui sont prêt à couper toutes les têtes qui disent autre chose que le discours qui leur convient.

  19. Pour moi, la cigarette électronique, c’est comme vos produits sans additif : c’est un outil supplémentaire à la disposition des gens souhaitant arrêter de fumer.

    Chaque outil possède ses avantages et ses inconvénients.
    Chaque personne est différente.
    Nous réagissons différemment aux techniques d’arrêt de la cigarette.

    Je pense qu’il serait plus juste de dire aux gens : « Essayez de diminuer votre besoin de fumer avec la fumée sans additif ».
    « Si au bout de X temps ça ne fonctionne pas, pas de panique : essayez la cigarette électronique ».

    En rappelant que :
    « Fumer, même sans additif, c’est dangereux ».
    « Vapoter, c’est moins dangereux, mais c’est addictif ».

    Ce discours me semble refléter la réalité en étant le plus objectif possible.
    Merci d’avoir publié mon commentaire.

    1. J’informe les fumeurs sur leur dépendance en leur expliquant quelle est son origine (les additifs sucrés)

      Les fumeurs ne viennent pas sur mon site pour être culpabilisés plus qu’ils ne le sont déjà. S’ils sont sur mon site, c’est qu’ils ont déjà envie d’arrêter. Je les informe sur les substances en cause dans cette dépendance et leur indique un moyen de se sevrer.

      Quant à l’objectivité, je suis bien le seul à l’être puisque mon discours est fondé sur des études scientifiques incontestables et de plus confirmées par des témoignages réels de fumeurs qui ont vécu le sevrage de tabac avec et sans additifs.

      Ensuite, le non danger de la vapote est de l’ordre de la pure spéculation, c’est une conjecture, rien n’a été prouvé à ce sujet.

      1. Rien n a encore été prouver que la e cig n est pas nocive pour la santé peut être mais tout le corp médical à tendance à croire que c est moins nocif deja que la cigarette qui elle a prouver est une vrai salloperie. Donc entre une vrai sallete et une pseudo nocivité ( sûrement nocive mais bien moin que de la fumé tire d une combustion) le choix est vite fait. Je fumais 1 paquet par jour depuis 10 ans jamais j’aurais cru qu il était possible de se passer de la cigarette ne serait ce que 24h maintenant je vapote, des fois beaucoup des fois pas du tout pendant 2 3 jours. Une révolution. Je conseil a tout gros fumeur.

        1. Il fut un temps où le corps médical conseillait les boissons sans sucre (light) pour éviter le diabète jusqu’au moment où l’on s’est rendu compte que les boissons light sont bien pires que les boissons sucrées et créent des diabètes bien plus précocement et d’autres problèmes bien plus graves.

          De même, le cholestérol…

          Dans quelques décennies vous saurez si vous aviez raison de croire sur parole le corps médical qui s’est si souvent trompé et se révèle si souvent le porte parole des intérêts des multinationales de la pharmacie.

    2. Je n’ai jamais dis que la cigarette électronique n’est pas dangereuse.

      J’ai dis : « Vapoter une cigarette électronique est nettement moins dangereux que d’inhaler la fumée créée par une combustion ».

      Toutes les études scientifiques _sérieuses_ tendent à ce résultat.

      J’ai la nette impression, à lire vos textes, que vous n’avez retenu que la moitié des informations médicales et scientifiques, c’est à dire celles qui vous intéressent.

      Je suis triste de constater que vous n’avez pas pris la peine ni le temps nécessaire pour consulter attentivement le blog que je vous ai communiqué.

      Je le sais parce qu’à moi il m’a fallu plusieurs jours pour tout lire et croiser les informations avec d’autres sites et revues scientifiques.

      Je partagerais votre site pour mes amis qui n’ont pas eu de succès avec la cigarette électronique, ainsi que les futurs « j’arrête demain ».
      Je pense que la méthode « sans additif » doit être tentée avant la cigarette électronique, en 1er, pour les raisons évoquées dans vos papiers.

      1. Bonjour,
        Désolé de répondre si tard, à quelles études scientifiques sérieuses faites-vous référence sur la moindre nocivité des e-cigs ?

        Je n’en connais aucune.

        1. Aucune ? Vous n’avez pas du chercher beaucoup dans ce cas. Mais je vais vous faciliter la tâche, avec une document synthèse de plus d’une centaine d’études sur la cigarette électronique, incluant les références bibliographiques des dites études : http://taw.sagepub.com/content/early/2014/02/12/2042098614524430.full.pdf+html (il faut simplement s’inscrire pour télécharger le document synthèse, c’est gratuit !)
          Le document conclue que la cigarette électronique demeure bien moins nocive que le tabac.

            1. Lisez au moins les études au lieu d’envoyer simplement un lien vers un article au titre racoleur. Cette étude californienne dit plus ou moins le contraire de ce que vous semblez croire (enfin ce que la presse racoleuse s’est empressée d’interpréter). Et dans tous les cas la rigueur scientifique exige que l’on confronte l’ensemble des connaissances d’un domaine donné, pas simplement picorer ce qui nous arrange et occulter le reste. Je vous ai donné un lien vers une synthèse d’une centaine d’étude (références bibliographiques des études incluses), et en réponse vous me donnez un lien vers un article de journal qui parle d’une seule étude, avec une interprétation erronée et sensationnaliste.

              Une synthèse de l’étude controversée dont vous parlez (menée sur des cellules et non des organismes complexes vivants) : http://vapolitique.blogspot.fr/2016/01/vape-et-media-de-quel-cancer-les.html

              Vous pourrez continuer à vous accrocher aux branches encore longtemps. Aucune étude nulle part dit que la vape est inoffensive, mais la grande majorité converge pour s’accorder sur le fait que la vape est bien bien moins nocive que la clope. Et ce ne sont pas une ou deux études isolées prétendant l’inverse qui vont inverser le consensus scientifique à ce sujet.

              Extraits (à propos de cette étude) :

              « Sciences & Avenir et le site médical Santé log se démarquent par quelques précautions sur les limites de ce type de recherche [*]. Notamment, le fait connu que les études in vitro sur des cellules ne rendent pas compte de leur comportement in vivo. «Notre étude ne prouve pas que ces dommages peuvent arriver aux gens, car elle est menée sur des cultures de cellules», précisera Laura Crotty Alexander, autre chercheuse associée à l’étude, dans le San Diego Union-Tribune du 31 décembre. »

              « La chercheuse Laura Crotty Alexander, toujours dans le San Diego Union-Tribune du 31 décembre, souligne d’ailleurs que «l’extrait de fumée de cigarette tue les cellules à une moindre concentration que ne le fait la vapeur de e-cigarette. Et les tue beaucoup plus rapidement». »

              « Ces résultats sont des indices, seulement des indices. Mais confirmant d’autres études sur la réduction des risques de la vape par rapport au tabac fumé. C’est ce que souligne la Pr Linda Bauld, en réponse à la paranoïa déclenchée par le tir groupé d’articles, dans le Guardian du 30 décembre: «Si nous comparons la vapeur d’ecig avec l’air frais, nous trouvons la présence de certains toxiques, comme déjà montré lors d’études antérieures. Mais ce que les résultats de cette étude montrent, c’est que si nous comparons la vape et la fumée de tabac, alors les ecigs sont plus sures». »

              « Pour le cancérologue Ian Lewis, les journaux auraient pu titrer que «les cellules peuvent survivre durant huit semaines dans le concentré de vapeur d’ecig mais seulement 24 heures dans l’extrait de cigarette». »

              1. Vous semblez croire qu’en science la majorité détient la vérité. Rien n’est plus faux. Dans le domaine scientifique il n’y a pas de démocratie, la vérité n’est pas nécessairement du côté de la majorité qualifiée.

                Avez-vous vérifié que les chercheurs qui ont publié ces études ne sont pas en conflit d’intérêt ? Comment savez-vous que ces études sont fiables ?
                Qui a vérifié ces études, quels sont leurs liens avec l’industrie pharmaceutique ?

                De plus, mon article cause de la dépendance créée par les e-cigs, pas de leur nocivité. Et le commentaire de Anna du 16 avril 2016 à 7 h 54 min contredit tous les beaux discours sur la e-cig.

                Nous vivons dans une société de la propagande massive, l’avenir dira où est la vérité dans cette histoire. Les vapoteurs seront-ils les dindons de la farce comme l’ont été les travailleurs de l’amiante ?

                1. Je ne crois rien du tout. Je cherche à savoir. Et si la majorité ne détient pas forcément la vérité, on peut en dire au moins autant de la minorité. On parle quand même d’une centaine d’études là, lorsque vous n’en opposez qu’une ou deux (tiens, ils toucheraient pas discrètement des pots de vin de l’industrie du tabac ces chercheurs-là ? ça marche dans ce sens là aussi)…et non, je n’ai pas encore vérifié les éventuels conflits d’intérêt, je vous donnais simplement des pistes, puisque vous affirmiez plus haut qu’il n’existe aucune étude sur la moindre nocivité de l’e-cig. Alors si vous êtes tant que ça en quête de vérité, épluchez donc cette méta-étude avant d’insinuer qu’elles seraient fausses ou bidonnées. Et pour finir, un commentaire d’un utilisateur de votre blog n’a pas valeur scientifique (cf. Anna). Soyons sérieux. Je vous donne un lien avec moult références bibliographiques d’études parues dans des revues scientifiques, et vous en retour vous me renvoyez vers un commentaire anonyme de votre blog, quand c’est pas vers un article racoleur dans lequel ne figure aucune source ni référence bibliographique. Pas très rigoureux comme approche scientifique…

                  1. Mon article sur les e-cigs qui rendent dépendant est très sérieux. Et votre seule réponse à cet article est hors sujet : la e-cig est moins nocive.

                    Ce dont je doute. Toutes ces études scientifiques me laissent de marbre. Le corps humain est d’une telle complexité que je ne crois pas que tous les effets de la vapote aient pu être étudié en si peu de temps. La vapote a des effets sur l’organisme que l’on ignore encore complètement.

                    Ces études n’envisagent même pas que les e-cigs puissent avoir d’autres effets que ceux du tabac. Nous n’avons aucun recul, on ne sait pas encore quels sont TOUS les effets de la vapote, il est trop tôt pour dire qu’elle est moins dangereuse.

                    Je n’oublie pas que la quasi totalité des études scientifique sur la nicotine affirment que cette dernière est une drogue, ce qui est complètement faux.

                    Cela a été prouvé par le merveilleux raisonnement du professeur Molimard et par l’étude de Jean Pol Tassin. J’ai vécu dans ma chair la réalité de cette arnaque scientifique : j’ai arrêté de fumer deux fois :

                    1. la première avec des additifs, qui a été une épreuve d’une violence inouïe
                    2. la deuxième avec du tabac sans additifs, mais plein de nicotine (et je n’ai alors ressenti aucun manque).

                    Alors, vous pourrez multiplier vos sources scientifiques, je ne changerai pas d’opinion, la science est morte, elle s’est vendue au plus payant.

                    Quant à ce premier témoignage, ce n’est pas une preuve, c’est un premier indice. Le temps nous dira s’il est un cas isolé ou s’il n’est que le premier d’une longue série.
                    Patience, les vapoteurs sont de parfaits cobayes. Non seulement ils testent, mais en plus, ils payent pour être cobaye…

                    1. D’accord, en fait je viens de comprendre : « je ne changerai pas d’opinion ». Voilà, la messe est dite, vous n’êtes pas à la recherche d’une quelconque vérité scientifique, vous êtes dans l’opinion, et ne vous intéressez qu’à ce qui peut la conforter. La science c’est mal, sauf quand c’est Prs Tassin & Molimard. Les expériences relatées de blogueurs c’est le Graal, mais uniquement ceux qui relatent une expérience négative, les milliers de vapoteurs qui relatent une expérience positive n’existent pas. Ah oui, et puisque vous parlez d’influences de lobbies, concernant Tassin :

                      « A cet égard, le cas d’un autre neurobiologiste renommé, Jean-Pol Tassin, directeur de recherche à l’Inserm et professeur au Collège de France, interpelle. Les documents internes de l’industrie du tabac indiquent que son équipe et le laboratoire de son chef de service Jacques Glowinski, un des pionniers de la pharmacologie en France, ont reçu 2,8 millions de francs français (546 000 euros courants) de Philip Morris Europe entre 1989 et avril 2000, année où il a pris la présidence du conseil scientifique de la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie … »

                      Source : http://www.lemonde.fr/sciences/article/2012/05/31/guerre-du-tabac-la-bataille-de-la-nicotine_1710837_1650684.html

                      Objectives les études de Tassin n’est-ce pas…

                    2. Vous vous égarez.

                      Je vais tenter d’être plus clair : j’ai compris que la vérité scientifique sur la nicotine est celle du professeur Jean-Pol Tassin et du professeur Molimard parce que je l’ai vécu dans ma chair.

                      C’est parce que j’ai arrêté très facilement le tabac sans additifs que je me suis demandé le pourquoi de cette facilité.

                      Mon premier arrêt du tabac avec additifs avait été un vrai chemin de croix. Lors de mon deuxième arrêt, j’ai été sidéré de l’absence totale de manque physique, de la facilité de mon arrêt. Alors, j’ai fait une recherche sur le net et j’ai découvert l’étude du professeur Tassin qui explique ce vécu.

                      Je me suis aperçu alors que de nombreuses autres personnes avaient vécu la même expérience que moi. Et j’ai découvert à l’occasion que toutes les autres études scientifiques disent que la nicotine rend dépendant, ce qui ne correspond pas du tout à notre vécu.

                      Donc, ces études montrant l’addictivité de la nicotine sont toutes fausses et sont nécessairement bidonnées (seule explication possible à ces errements scientifiques).

                      Le simple fait que ces études soient toutes fausses montre que la science n’est ni neutre, ni impartiale, ni à l’abri du lobbying. Les chercheurs se sont comporté comme de vulgaires commerçants. La science s’est littéralement vendue et n’est plus dans le domaine de la raison. La science médicale est aujourd’hui un objet commercial au service de l’industrie pharmaceutique.

                      Quant au professeur Tassin, vous reprenez mot à mot les attaques du lobby pharmaceutique. Il a répondu à ce sujet. Quant au professeur Molimard, il n’a jamais effectué d’étude scientifique, il a simplement raisonné logiquement (ce qui est encore plus fort !).

                      Voici son raisonnement, ici : La nicotine, ça sert à quoi ?

                      « Pas de toxicomanie à la nicotine

                      Il y a en effet un grand paradoxe entre la puissance de l’addiction au tabac, et le fait qu’on connaît la nicotine depuis près de deux siècles, qu’on peut l’acheter pour rien dans les firmes de produits chimiques, que jamais un toxicomane n’a eu l’idée de se shooter avec, et qu’elle n’a jamais été l’objet d’aucun trafic.

                      Qui plus est, les fumeurs ne l’aiment pas, et n’en deviennent pas dépendants quand ils finissent par être abstinents de tabac. »

                      L’étude de Jean-Pol Tassin confirme le raisonnement logique de Molimard et va plus loin en expliquant la cause de la dépendance physique des fumeurs. Mon vécu et celui de tous ceux qui ont arrêté de fumer facilement avec du tabac sans additifs VÉRIFIENT leurs théories.

                      Les autres ne font que de l’enfumage, rendre le nuage de vapeur encore plus opaque pour continuer à vendre des e-cig ou des médicaments.

                    3. Je réponds sans doutes au mauvais endroit, désolé. Je n’arrive pas à répondre où je devrais. Pas grave. Vous pensez quoi du fait que Tassin et son équipe soient sponsorisés par les lobbies du tabac ? Ça ne vous dérange pas ? Vous insinuez qu’une centaine d’études puissent être sujettes à conflit d’intérêt, sans en apporter la preuve, quand il est démontré que Tassin et ses équipe on touché pas mal de tunes du lobby du tabac. Ça ne vous gêne pas ?

                    4. Avant de vous compromettre dans les sous entendus tendancieux, lisez la réponse de Jean-Pol Tassin : Fumer tue et la nicotine n’en guérit pas

                      Je ne suis pas du tout géné par les liens que Tassin a eu avec l’industrie du tabac puisque c’est le seul chercheur à dire la vérité sur la dépendance au tabac, ce qui va à l’encontre des intérêts de cette même industrie.

                      Quelle preuve de son indépendance pourrait-il y avoir de meilleure que celle-ci ? Il a dévoilé les secrets de l’industrie du tabac.

                      • Que gagne l’industrie du tabac avec les études du professeur Tassin ? Rien du tout. Ses secrets de fabrication sont exposés au grand jour et celui qui ne veut pas devenir dépendant physiquement sait ce qui lui reste à faire.
                      • Que perdent les industriels du tabac avec ses études ? Tout : ils sont contraint de vendre du tabac sans additifs qui ne rend pas dépendant physiquement.
                      • Que perdent les industriels de la pharmacie avec ses études ? Tout : ils ne peuvent plus prétendre vendre des substituts nicotinique pour arrêter de fumer puisque la nicotine n’est pas une drogue

                      Mais ces lobbys sont tellement puissant que tout un chacun fait comme si Tassin n’avait jamais rien démontré et continuent de vendre leur saloperies avec le soutient du complètement corrompu ministère de la santé.
                      Les journaleux chiens de garde des intérêts des industriels de la pharmacie passent pour des chevaliers blancs et les vapoteurs hystérisés aboient avec la meute.

                      Il a quelque chose de christique ce Tassin, tout le monde est d’accord pour lui cracher dessus : les vapoteurs hystérisés, l’industrie pharmaceutique, l’industrie du tabac, les journaleux, le ministère de la santé et les autres chercheurs qui ne veulent pas reconnaître leurs bidonnage scientifique. Cela fait beaucoup pour un seul homme.

                      P.S : Oui, vous répondez au mauvais endroit, vous devriez ouvrir un fil de discussion sur le forum ici : Forums .

                      Sinon, sachez que WordPress ne permet pas nativement d’avoir plus de 10 réponses consécutives. J’ai déplacé manuellement votre réponse. Vous pouvez répondre en enfilade en cliquant sur le dernier bouton répondre visible de la série.

                    5. Je laisse encore un commentaire – mon dernier ici – que vous ne publierez peut-être pas, au moins vous le lirez. Il s’agit de ma propre expérience, vu que vous n’aimez pas la science. Vous êtes prête à la lire ? Ok. J’ai fumé du tabac sans additif à partir de 2000 (avec additifs avant – j’étais fumeur depuis 1990 – j’ai 44 ans), American Spirit dans un premier temps, puis Pueblo ; 1 paquet tous les 4/5 jours en moyenne. Tentatives d’arrêt répétées qui n’ont guère dépassé un mois. Puis vint la cigarette électronique (pas les toutes pourries qu’on trouve dans les débits de tabac), un truc qui m’avait coûté 100 boules à l’achat – truc de compet’ – et dès le départ j’avais fui les liquides avec plein de saloperies dedans. J’ai vapoté 5 mois de came pure (PG/VG et nicotine – ZÉRO additifs alimentaires) en dégraissant progressivement les quantité de nicotine (j’ai commence sur du 6mg/l que j’ai dilué de plus en plus), avant de tout arrêter définitivement. Clope, vape ,etc. Toutes – je dis bien TOUTES – les tentatives d’arrêt (de 2 semaines à 3 mois) s’étaient soldées par un échec. La vape m’a aidé à tout arrêter. Ça fait 5 mois pour l’instant. Merci la vape et fuck la clope !

                    6. Vous auriez pu arrêter le tabac sans additifs sans passer par la vape, en fumant du tabac sans additifs on ne ressent aucun manque physique.

                      Seuls restent à gérer les manques psychologiques et comportementaux. Dans votre cas, ce sont ces manques que vous n’avez pas réussi à surmonter.

                      P.S: pour votre gouverne, je ne publie jamais les commentaires insultants.

  20. Bonjour, pour vous faire une idée, vous trouverez ici quelques témoignages de personnes qui sont passées de la cigarette à l’e-cig, puis qui ont cessé d’utiliser cette dernière : http://www.forum-ecigarette.com/arret-total-tabac-vapote-f1028/

    Ce qu’il me semble intéressant de constater dans ces témoignages, c’est que cet arrêt de la cigarette électronique se fait toujours en douceur, sans ressentir de manque, après une baisse lente et régulière du taux « d’insecticide » utilisé.

    Je voudrais aussi attirer votre attention sur la récente mésaventure d’un ancien fumeur, qui a commencé à utiliser l’e-cig longtemps après avoir cessé de fumer, et uniquement sans nicotine. Suite à une erreur d’étiquetage il a consommé un liquide à fort taux de nicotine pendant 2 semaines. Lorsqu’il a de nouveau cessé de consommer de la nicotine, il a ressenti un manque, qui n’a duré que 2 jours : http://www.forum-ecigarette.com/utilisateurs-vendeurs-f225/grave-erreur-d-etiquetage-sur-flacons-e-liquide-fr-t181144-50.html#p3831789

    À la lecture de ces témoignages, je crois que l’on ne peut pas s’appuyer sur l’étude biaisée de 60 Millions de Consommateurs pour affirmer que la cigarette électronique rend accro.

    1. Bonjour,
      S’il n’y avait pas eu d’aldéhydes dans les liquides, il aurait pu vapoter de la nicotine sans redevenir accro. Puisque je le rappelle, c’est l’association aldéhydes + nicotine qui rend dépendant.

      Il n’a pas eu de chance, il ne savait pas qu’il vapotait des aldéhydes et le vacarme autour de la nicotine lui fait prendre des vessies pour des lanternes. Il croit être dépendant de la nicotine, alors que cet insecticide ne crée aucune dépendance physique.

      Ce vacarme médiatique l’enfume littéralement. Il ne s’en sortira pas tant qu’il ne comprendra pas l’origine de sa dépendance. Lutter contre des moulins à vents n’a aucun intérêt, ce pauvre garçon en allant sur les forums de vapote continuera à croire aux sornettes médiatiques pour le plus grand bénéfice des vendeurs de e-liquide.

      La vapote est bel et bien un marché dans lequel les commerciaux ont besoin de vendre leur dope. Ces derniers n’ont aucun intérêt à dire la vérité à leur clients sous peine de voir leur chiffre d’affaire baisser.

      1. Bonjour,

        Je vous rejoins sur un point, le vacarme autour de la nicotine lui a fait prendre des vessies pour des lanternes, car il avait peur que cet évènement balaye les efforts qu’il avait fourni pour se débarasser de son addiction au tabac. Mais j’ai le regret de constater que vous ressassez votre rengaine habituelle sans avoir pris le temps de lire.

        Cette personne s’en est sortie, il y a 15 ans déjà. Il s’est récemment mis à utiliser la cigarette électronique —sans nicotine— de manière occasionnelle afin d’éviter une rechute qui lui semblait imminente, avec succès. Il est en mesure de s’en passer, il n’est pas accro.

        Après avoir consommé à son insu un liquide nicotiné pendant 2 semaines, il n’est pas devenu dépendant, il a simplement ressenti un manque, qui n’a duré que 2 jours : nervosité accrue, difficultés pour s’endormir. À noter que durant ce très court et facile sevrage, vapoter du liquide sans nicotine le soulageait.

        2 semaines de cigarettes auraient probablement suffit pour retomber dans une dépendance dure non ? Ne peut-on conclure de cette histoire que la cigarette électronique ne génère qu’une très faible dépendance ? Vraissemblablement une dépendance moindre que celle que l’on connait, issue de l’association de la nicotine et d’aldéhydes ?

        Dans la cigarette électronique, une mêche imbibée de liquide est chauffée par une bobine de fil résistif. Lorsqu’un courant d’air passe sur ce système, l’aérosol est émis. Si le liquide vient à manquer dans la mêche, la température n’est plus limitée par l’ébulition du liquide, et une combustion s’opère, il y a alors formation d’aldéhydes, acroléine, et d’autres mauvaises choses, qu’aucun être humain ne parviendrait à inhaler tellement c’est mauvais. Une machine à fumer telle que celle utilisée pour l’étude que vous citez le peut. Les liquides ne contiennent pas ou très peu d’aldéhydes, et l’utilisation normale de l’ecig ne produit pas ou très peu d’aldéhydes. Les études qui révèlent une forte présence d’aldéhydes dans la vapeur d’une cigarette électronique ont été réalisées dans des conditions qui ne correspondent pas à un usage normal. (source : http://www.ecigarette-research.org/research/index.php/research/research-2015/210-ald )

        1. Bonjour,
          Je vous ai bien lu. Et il se trouve que la dépendance créée par les additifs sucrés est une dépendance qui reste toute sa vie selon les recherches du prof J.P. Tassin. Il suffit de consommer le mélange aldéhydes + nicotine pour retrouver cette dépendance.

          C’est ce qui s’est produit : s’il a ressenti un manque, c’est par définition même, qu’il est redevenu dépendant. Il a eu de la chance, il a pu gérer cette dépendance certainement car le e-liquide était faiblement dosé en aldéhyde.

          Quant à la présence d’aldéhydes, il me semble bien que ces derniers sont présents dans le e-liquide avant sa chauffe car dans la vapote n’y a pas de combustion. Cette combustion est nécessaire à la synthèse des aldéhydes à partir d’additifs sucrés. Et les températures atteintes par les mèches sont insuffisantes pour pouvoir synthétiser les aldéhydes.

          1. Bonjour,
            Nous sommes donc bien d’accord pour supposer que si le liquide ne contient pas d’acétaldéhyde ou autre IMAO, dans le cadre d’une utilisation normale, l’ecig ne rend pas accro.

            j’ai trouvé ces précisions sur l’étude dont il est question : http://www.60millions-mag.com/actualites/articles/cigarette_electronique_nbsp_precisions_sur_notre_etude

            Sur leur échantillon de test, concernant le formaldéhyde l’ecig qui en a produit le plus, en produit 3,5 fois plus que la cigarette qui en produit le moins (en prenant les autres extrèmes, l’ecig en produit 260 fois moins).

            Le formaldéhyde n’est pas incriminé dans la dépendance au tabac non ? Et dans le cas d’une ecig en plastique, ils ne proviennent pas forcément du liquide.

            Concernant l’acétaldéhyde, l’ecig en a produit entre 0,11 et 1,36 microgramme, et pour la cigarette, entre 52 et 140 microgrammes. Donc l’ecig en produit entre 38 et 1270 fois moins que la cigarette. Sans compter que l’assimilation est probablement moindre par le biais d’un aérosol qu’avec de la fumée.

            Peut-on supposer qu’à ces niveaux, la cigarette électronique puisse rendre accro ?

            1. Bonjour,
              Dans cette enquête, selon les échantillons, le taux d’acétaldéhyde peut aller jusqu’à 11 milligrammes. Rien ne dit que d’autres e-cig et e-liquides ne le dépassent pas. À ce taux, ce n’est plus anecdotique !

              En effet, il suffit que le vapoteur continue de fumer tout en vapotant (comme le font beaucoup de nouveaux convertis) pour que la dépendance déjà existante soit entretenue. Cela expliquerait pourquoi les anciens fumeurs n’arrivent pas à arrêter en passant aux e-cigs, comme cela est constaté dans les dernières études sur le sujet.

              J’ignore en revanche s’il existe des vapoteurs n’ayant jamais fumé auparavant qui soient devenus dépendant de l’association acétaldéhyde + nicotine.

              Dans sa dernière enquête de janvier 2015, « 60 millions de consommateurs » ne mesure plus du tout le taux d’acétaldéhydes dont il disait auparavant les effets cancérogènes. Cela sans démentir ses premières allégations sur le risque de cancer ni expliquer pourquoi cette dernière substance n’est plus mesurée. C’est vraiment bizarre que ce magazine qui a crié au loup fasse ensuite comme si de rien n’était…

              Pour quelle raison « 60 millions de consommateurs » ne mesure t-il plus le taux d’acétaldéhydes ?

              1. Peut-être qu’il n’y a pas de loup ?

                Cette étude du mois de mars a mesuré l’acétaldéhyde de 21 liquides arômatisés au tabac, dont certains avec des extraits naturels de tabac : http://www.mdpi.com/1660-4601/12/4/3439

                Le plus fort taux est à 20 microgramme par millilitre (pour ma consommation 1 ml représente l’équivalent de 4 ou 5 cigarettes), le second est à 5,2, et pour tous les autres je suppose que l’on peut parler de traces (leur consommation me fournirait bien moins de 1 microgramme par prise), pour 11 liquides sur 21 l’acétaldéhyde n’a pas pu être détecté.

                Si les vapoteurs qui ont cessé de fumer dès le premier jour ne sont pas majoritaires, ils sont toutefois nombreux, pas loin d’1/4 de ceux qui continueront de vapoter, selon mon estimation personnelle établie sur la lecture de témoignages sur le principal forum francophone traitant d’ecig.

                Beaucoup de vapoteurs ont commencé avec simplement l’envie de fumer moins (ou pouvoir « fumer » partout), parmis eux une bonne part décident finalement d’arrêter, j’en fait partie, d’autres non.

                D’autres prennent, comme souvent conseillé, un temps d’adaptation pour mieux maitriser l’outil et être bien habitué à la nouvelle sensation quand ils décideront d’arrêter de fumer. La transition peut prendre de quelques jours à de nombreux mois.

                Une étude a été menée en 2014 sur des fumeurs qui ne souhaitaient pas arrêter de fumer, après 6 mois d’utilisation de l’ecig le tiers du panel de test avait finalement cessé de fumer ( http://www.biomedcentral.com/1471-2458/14/1159 ).

                1. S’il n’y a pas de loup, la moindre des choses est de s’expliquer sur cette absence de mesure. Dire pourquoi ce taux n’est plus mesuré et si le magazine pense qu’il s’est trompé, qu’il le dise clairement !

                  Pourquoi ce magazine reste t-il silencieux tout à coup ? Se serait-il trompé ? Et alors pourquoi sa page d’explication ne dit-elle rien à ce sujet ? C’est donc que le magazine a décidé de faire comme s’il n’avait jamais rien dit tout en continuant de le dire…

                  Il y a anguille sous roche.

                  Merci pour les liens.

  21. La e-cig… une vraie arnaque ! Les gens arrêtent de fumer mais font a la place de la cigarette electronique… c’est inutile et même pire car vous ne connaissez pas les effets à long termes pauvres ignorants que vous êtes!! vous mourrez d’une certaine maladie dont je ne citerai pas le nom avant la retraite, histoire que l’état n’ait pas à vous payer celle-ci… mais il n’y aura pas un mot de tout cela de la part de nos politicards et des médias… ho que non…!!!

    A la revoyure

  22. Bonjour Jai arrete de fumer depuis 1 ans Jai juste repris la tueuse deux mois et re arrete il Ya 2 mois , je fume la cigarette électronique depuis 3 ans …
    Je voudrais laisser mon témoignage car oui certe Jai arrete de fumer mais pour l’addiction est encore pire que la clope, j’ai voulu arrete il Ya 15 jours la ecig.. Patch a l’arrêt nicopatch…je dormais plus irritable au plus haut point crise de nerf ..Jai craque il Ya deux jours …
    Je soupçonne la e cigarette de provoquer des bronchites chroniques … Je ne suis pas athmatique ét ne l’ai jamais été .. Ét la e cig me provoque des crises d’asthme avec toux grasse… Jai arrete 15 jours je n’en ai plus fait j’ai repris il Ya 2 jours et la ce matin rebelotte Jai du prendre ventoline….
    Je pense que la e cig niveau dépendance c la misère pour arrêter !! Ét niveau santé et bien je commençe à croire que sur long terme elle peux provoquer certaines maladies respiratoires …

  23. Bonjour,
    Pour que des études soient faites sur l’arrêt de personnes n’ayant fumé que des cigarettes sans additifs, il faut que ces dernières soient financées !

    Qui finance ?

    1. le ministère de la santé via ses satellites. Or ce dernier ne parle même pas des recherches du professeur Tassin sur la dépendance. Il fait comme si ce dernier n’avait jamais rien publié, comme s’il n’existait pas. Et donc il ne finance rien à ce sujet.

      La seule chose que fait le ministère, c’est de continuer à raconter que la nicotine rend dépendant, ce qui profite aux industriels de la pharmacie (qui payent les campagnes électorales) et qui peuvent ainsi vendre des médicaments contre la dépendance à la nicotine même si ces médicaments sont complètements inutiles. Et de plus, le ministère fait rembourser par la sécu (au frais des électeurs) des médicaments qui ne servent à rien.

    2. Les industriels de la pharmacie, ils ne veulent pas reconnaître les travaux du professeur Tassin car cela leur coûterait de l’argent vu que le laboratoire de ce dernier a déposé des brevets sur ces médicaments.

    Pour faire des études, ils faut les financer et aucun financier ne veut le faire. D’où la seule voie existante : les forums qui racontent les trajectoires personnelles d’arrêt du tabac.

    Quant aux personnes qui ont arrêté facilement les Marlboros, ils sont vraiment veinards. Il suffit de fréquenter les forums d’arrêt de la cigarette pour s’en rendre compte.

  24. Fumer est une pratique traditionnelle chez les amérindiens. On n’y a jamais vu une quelconque dépendance de quelque ordre que ce soit (puisque ces derniers n’ajoutaient pas d’additifs au tabac) mais la pratique ne s’est jamais arrêtée non plus.

    On ne raisonne pas avec des « SI », mais avec des « COMME ».

  25. Le traitement d un cancer est de 150 000 euros en france et 14 milliards de recette fiscal, a qui profite le crime et que vous le voulez ou non la i-cigarette vous permetra de vivre plus longtemps qu un fumeur de sucette a cancer mais bon ce n est pas mr phillip morris et sa troupe de medecins qui vous le diras

  26. Bonjour, houlala on sent ici que les loàbby de la e-cig sont psésent comme sur tout les forums d’aiileur.
    Merci a toi luciole135 pour ton courage a denoncer tout ce qui se trame derriere tout ça, et FORCE à TOI..

    Alors moi j’ai 27 ans, je fume depuis l’age de 11 ans et oui les buralistes me laissais acheter mes winfield en 10 (9 franc et quelques à l’époque), au lieux d’acheter mes 10 francs de bonbons…

    Je suis très vite devenue dépendant à cette merde de cigarette puis par bêtise devenue accros au cannabis à l’age de 13 ans.

    Par plusieurs tentative j’ai essayé d’arrêter la cigarette et les joints par la même occasion mais sans succès, je croyais que ma plus grosse dépendance est lié au cannabis mais en faite pas du tout car ce sont des produits rajouté dans la résines qui ont étés responsables de mon addiction générale et j’ai réussi a me sevrer du cannabis en fumant de l’herbe de qualité oui!! Une semaine ma suffit pour arrêter cette daube, par contre toujours accro à la clope..

    Il y a 1 mois j’ai pris mon courage à deux mains et je suis rentrer dans une boutique de ecig, le vendeur ma poser quelque questions (nombre de cigarette par jour etc)
    Je suis sortir avec un modèle pas chère tout content, je décide de jeter mon paquet de clope, remplis ma machine de liquide et là waouuu depuis plus besoin de cigarette alors qu’en temps normal sans fumer une seul journée, je serais devenu fou!!

    Donc aujourd’hui cela fait un peu plus d’un mois sans aucune cigarette mais par contre oui clairement je suis accro à cette cigarette 2.0.
    Impossible de la lâcher pourtant je suis en diy à moins de 6mg/ml..
    Dès que je me lève mon cerveau me dit a la façon d’Homer Simpson « Vapoteuuu, Vapoteuuu »

    Le problème et même en faisant du DIY on ne sais pas ce qu’on mélange.
    Rien n’est fait du coté du gouvernement car la e-cig est tout de mème géré par les lobbys du tabac et l’industrie pharmaceutique et chimique..

    Soyez pas bête les mec se lance pas dans des créations de boutiques de e-cig juste pour vous faire arrêter de fumer mais au contraire pour que vous soyez accros à la fumette 2.0. Les lobby se mettes à la page..

    Voilà donc oui c’est une dépendance pour une autre ..

  27. Bonjour,
    A la recherche d’un liquide sans propylèneglycol, j’ai trouvé les e-liquides de Naturacig :
    « Chaque e-liquide bio Naturacig est composé d’ingrédients naturels de qualité supérieure :
    Glycérine végétale certifiée bio par Ecocert (pharmacopée européenne)
    Extrait végétal issu du sucre de maïs ou de palme (1,3-propanediol) certifié bio par Ecocert
    Arômes naturels de qualité alimentaire
    Alcool surfin certifié bio par Ecocert (pharmacopée européenne)
    Éventuellement de la nicotine liquide pure (pharmacopée européenne, laboratoire suisse)
    Proportion Glycérine / Propanediol : 60 / 40. »
    Est-ce que cela signifie que ce e-liquide est OK ?
    Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *