e-cig

Jean-Pol Tassin : « la cigarette électronique est vendue pour quelque chose qu’elle ne fait pas »

Mis à jour le

Ce dimanche 22 septembre 2013, de 9h10 à 9h18, l’émission de France Inter « Enquête de la rédaction » de Jacques Monin et Frédéric Barreyre sur les cigarettes électroniques a donné la parole à cet immense chercheur :
À 5’15", Jacques Monin introduit :
Ce que certains vapoteurs recherchent également, c’est de pouvoir arrêter de fumer grâce à l’e-cigarette. Une étude néo-zélandaise publiée début septembre (2013, ndlr) et portant sur 657 fumeurs montre que les vapoteurs sont 7,3 % à arrêter de fumer au bout de 13 semaines contre 5,8 % des adeptes du patch, des résultats somme toute modestes selon le neurobiologiste Jean-Pol Tassin :

« Alors, le problème essentiel avec la cigarette électronique, c’est qu’effectivement elle est vendue pour quelque chose qu’elle ne fait pas. C’est-à-dire que elle distribue de la nicotine, certes, mais on sait que la nicotine seule ne permet pas de supporter le manque correspondant à l’addiction.
Donc, ce n’est pas une réalité que de faire penser au gens qu’en prenant des cigarettes électroniques, ils vont arrêter de fumer. D’ailleurs je crois que les études récentes qui ont été faite montrent qu’il n’y a pas de bons résultats avec la cigarette électronique par rapport à l’arrêt du tabac. »

Jean-Pol Tassin conclut l’interview très justement par :

« Tant que l’on fera croire aux gens que la nicotine est le seul produit qui permet de délivrer du manque de tabac, et bien, on ira dans le mur d’une certaine façon. »

Emission à réécouter pendant un an ici : L'enquête de la rédaction de France Inter

Félicitation aux journalistes Jacques Monin et Frédéric Barreyre de cette émission d’un grand média national puisque à ma connaissance, c’est la première fois qu’un grand média donne la parole à l’immense Jean-Pol Tassin. Et ceci en rupture avec la propagande criminelle habituelle qui veut faire croire qu’un simple insecticide (la nicotine) est une drogue !

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte et en appuyant sur Ctrl + Enter

60 réflexions au sujet de « Jean-Pol Tassin : « la cigarette électronique est vendue pour quelque chose qu’elle ne fait pas » »

  1. Bonjour,

    Effectivement les résultats ne sont pas fantastiques pour l’arrêt du tabac. Mais actuellement aucune solution n’offre des résultats exceptionnels. Par ailleurs, je vous invite à aller lire le protocole expérimental de l’étude que vous citez : cigarette électronique vs patch pour arrêter de fumer

    Vous constaterez que les fumeurs étaient contraints d’utiliser un seul modèle avec un seul type de liquide. Déjà le modèle utilisé est dépassé (très faible autonomie donc très contraignante et rendu très moyen). De plus la diversité est très importante pour que le « vapoteur«  trouve son bonheur.

    Sur des forums d’utilisateurs de cigarette électronique des sondages donnent 75% d’arrêt. C’est sans doute très biaisé mais on se doute que des personnes qui choisissent bien leur modèle et testeront plusieurs arômes auront plus de chance de s’arrêter.

    Il est probable que l’on n’arrivera pas à des taux aussi élevés si on revoyait le protocole avec quelque chose de plus réaliste mais je parie qu’on aura des surprises dans les mois à venir avec des études plus pertinentes.

    Concernant la question de la nicotine, il est évident qu’elle n’est pas seule à rendre dépendant, je vous invite à lire cette analyse du rôle de la nicotine dans la cigarette électronique qui reprend d’ailleurs une partie des réflexions de Jean-Pol Tassin.

      1. Alors cette histoire de hit m’a bien fait marrer quand je suis allé sur les forums de vapoteurs lol, moi je n’ai jamais rien ressenti de tel et je fumais depuis 1986.

        donc la je suis d’accord, cette histoire de hit c’est de la fumisterie.

        Par contre j’ai vapoté pendant a peu près un mois et ça m’a permis de réduire fortement la cigarette, j’en fumais pas plus de 4/5 par jours au lieu de 25. ça m’a aussi permis de faire baisser mon taux de monoxyde, je battais des records, ça devenait problématique. ensuite j’ai arrêté de fumer et de vapoter. Et j’ai du mal a prendre au serieux un site qui dit que acetaldéhyde+ nicotine = dépendance aussi forte voir plus forte que l »heroine!! vous ne devriez pas vous lancer dans de tels comparaisons.

        1. Vous dites :

          Et j’ai du mal a prendre au serieux un site qui dit que acetaldéhyde+ nicotine = dépendance aussi forte voir plus forte que l« heroine!! vous ne devriez pas vous lancer dans de tels comparaisons.

          Je vous ai déjà répondu ici à ce sujet : Ma réponse du 28 octobre 2013 à 16 h 27 min .

          Tout ce que j’affirme est très sérieux, prouvé et démontré par des études scientifiques extrêmement sérieuses.

    1. Si je vous suis bien , les substituts nicotine question n’ont donc aucune utilité dans le sevrage au tabac ou à la cigarette électronique.

      Personnellement, ma dépendance à la cigarette électronique s’accroît de lourdes en jour depuis 3 ans. Quelles aides trouver en pratique pour freiner ce processus ?

      1. En effet, les substituts nicotiniques ne servent à rien du tout dans le sevrage du tabac, sauf à faire gagner de l’argent aux multinationales de la pharmacie.

        Pour les e-cigs, comme les e-liquides contiennent des aldéhydes qui rendent accros en présence de nicotine, il suffit de diminuer progressivement les doses de nicotine de ces e-liquides.

        J’en parle ici (en fin de page) : Le sevrage des additifs

  2. bonjour,
    je tente d’arrêter de fumer avec l’ecig . je n’ai aucuns doutes sur le fait que celle ci entretient une dépendance et que dans mon objectif d’arret je ne dois pas dépasser 3 mois d’utilisation . vos données ne sont pas très encourageante pour moi mais bon suis lancée . pourriez vous m’expliquer le phénomène de dépendance avec l’ecig que je reste vigilante et adopte des stratégie d’évitement ? suis une grosse fumeuse depuis 20 ans a un paquet par jour ! j’ai arreter 5 ans pendant ma grossesse mais j’ai repris suite a un gros problème familial qui a duré . maintenant je dois subir une lourde intervention et j’essaie de mettre toutes mes chances de cotè en limitant la cigarette voir l’arret . qu’en pensez vous ? merci de votre réponse

    1. Tout simplement, les e-liquides contiennent de l’acétaldéhyde (et plus généralement des aldéhydes) qui couplés avec la nicotine créent la dépendance.
      Lisez ceci à ce sujet : Des cigarettes électroniques qui rendent accro !
      La stratégie vous concernant sera (puisque vous ne savez pas quels sont tous les aldéhydes présents dans les liquides) de diminuer progressivement la teneur en nicotine pour atteindre les liquides sans nicotine. Ainsi l’association aldéhydes+nicotine ne pourra plus entretenir la dépendance.

      Il vous faudra réduire progressivement le dosage en nicotine afin de diminuer l’effet addictif de l’association aldéhydes+nicotine, car sinon, vous ressentirez un manque physique !

      Il vous faudra pour ce faire, conserver la même marque de e-liquide puisque les différents fabricants ne mesurent pas ce dosage de la même façon d’après le numéro de septembre 2013 du magazine « 60 millions de consommateurs ».

      1. une ch’tite question : est ce que la ecigarette enfin le liquide qui est inhalé a un effet identique que les additifs qui sont dans le tabac ?? soit la dépendance physique si j’ai bien compris
        merci de votre réponse

        1. Les fabricants n’indiquent pas si leurs e-liquides contiennent oiu non des aldéhydes.
          Et donc, comme les aldehydes rendent dépendant uniquement en association avec la nicotine (seuls ils n’ont pas d’effet addictif), il suffit de se sevrer progressivement en diminuant la dose de nicotine des e-liquides. Cela aura le même effet.

  3. Bonjour,
    sincèrement, dire que la cigarette électronique n’a pas de bons résultats alors qu’avec un protocole effectivement assez contraignant, les résultats son meilleurs de près de 2 % à un produit vendu en pharmacie dans cette optique, souvent prescrit et donc avec un (même s’il est minime) accompagnement, c’est au minimum avoir un discours orienté. On pourrait aussi s’extasier des résultats.

    Autre chose, si effectivement une dose de nicotine ne suffit pas à remplacer une cigarette pour un fumeur, la cigarette électronique a pour elle l’avantage de faire reproduire le geste au fumeur et se rapproche de la sensation éprouvée à fumer. deux atouts si on veut bien prendre en compte la dépendance psychologique ou sociale de ce genre de produits.

    Bref, effectivement ce n’est pas la panacée, mais si la panacée existait, ce débat n’aurait pas lieu d’être.

    1. La panacée existe, le professeur Jean-Pol Tassin a breveté des médicaments, le ministère de la santé ainsi que les laboratoires pharmaceutiques ne veulent pas reconnaître ses travaux sur la dépendance. Ils persistent à causer de la nicotine (qui est rapellons-le un simple insecticide) comme une drogue, ce qui est une contre-vérité scientifique.
      Toute la propagande criminelle autour de la nicotine qui serait une drogue a bien une raison (financière ?), tout comme le déni des recherches de cet immense chercheur.

  4. Comme toute activité qui se fait de manière régulière et volontaire, il y a effectivement un risque de dépendance. Travaillant dans ce secteur, je suis donc d’accord qu’il ne faut pas vendre la cigarette électronique pour une chose qu’elle n’est pas, mais simplement comme le produit de consommation qu’il est (parmi tant d’autres…).

  5. Voyons voir, je fume depuis l’age de 13 ans, j’en ai 60 et la e-cig m’a totalement délivré de la cigarette. En une seule fois.
    Sur les principes de toxicité, d’additifs, d’addiction ou de sevrage on peut gloser à l’infini… Les arguments des uns seront aussi suspects que ceux des autres: lobby or not lobby?
    J’ai voulu voir, j’ai vu. Étant scientifique, je ne peux que constater. Alors faut il chercher à comprendre ou tout simplement… savoir?
    A moi de décider si je continue la cigarette électronique, rien ne m’y oblige. Je ne m’interdis rien, même de griller une ‘tite clope si je veux, mais je ne le fais pas…

    1. Il serait intéressant que vous décriviez avec beaucoup plus de précision votre sevrage, votre ressenti au jour le jour ainsi que tous les différents caps que vous avez eu a passer (car il y en a eu nécessairement).

      Ensuite, puisque vous dites que vous pouvez arrêter de vapoter, expliquez pourquoi vous ne le faites pas si vous n’êtes pas dépendant de la e-cig !

      En l’état, votre commentaire ressemble plus à de la promotion qu’à un véritable témoignage.
      bonne journée

      1. Promotion de quoi?
        Et puis vous n’avez pas lu mon post. Si j’écris que rien ne m’oblige à continuer la cigarette électronique c’est parce que je peux refumer si je le désire.
        En fait, en ne m’interdisant rien, je m’abstiens de fumer, cela me suffit pour ne pas le faire.
        C’est ma méthode de sevrage avec l’e-cig et je suis bien loin de toute polémique.
        Après 47 ans de tabagisme, votre post est ressenti comme limite déloyal… Désolé de vous le dire.

        1. Promotion de la e-cig, pardi ! C’est la grande mode en ce moment, le nouveau produit miracle, mon cartésianisme me fait douter des miracles.

          Je traduis clairement ce que vous dites : vous avez remplacé les additifs du tabac (une addiction) par la e-cig (une autre addiction). Et c’est bien parce que vous savez au fond de vous qu’il s’agit d’une substitution (pas d’un sevrage) que vous dites que vous pouvez passer de l’un à l’autre (ce en quoi vous êtes lucide).

          Mais de là à dire que vous avez fait un sevrage, non, vous ne vous êtes sevré de rien de tout : vous avez remplacé une drogue par une autre.
          Désolé de vous le dire.

          1. Soyons clair, je parle de ma « méthode » de sevrage pour passer du tabac à rien du tout. L’e-cig est juste un outil au rituel amusant mais un peu gonflant (les recharges, les chargeurs, etc…). Je ne me considère pas comme sevré au sens propre du terme mais libéré du tabac… Cela me suffit, on verra pour le reste…

            1. Il ne s’agit pas d’une méthode, sinon elle serait transposable à d’autres (ce qui n’est pas avéré), mais de votre tentative de sevrage. Cette tentative est intéressante en soi.

              Pour le reste, nous sommes d’accord, vous n’êtes pas sevré. Et si cela vous suffit, tant mieux.

              Malheureusement, il existe de nombreux fumeurs passés aux e-cig qui se retrouvent par la suite dépendant des 2 (des additifs du tabac et de ceux de l’e-cig)…

                1. Ben oui, le problème est que non seulement les patchs sont inefficaces et qu’en plus certaines personnes deviennent accros aux patchs.

                  Cela n’empêche nullement la Haute Autorité de la Santé de les recommander ni le gouvernement d’exiger de la sécurité sociale qu’elle les rembourse.

                  Cherchez l’erreur.

        2. Je suis d’accord avec vous, moi je n’ai fumé que 27 ans, mais je trouve ce post limite déloyal.

          puis nous vanter le fait de fumer sans additifs comme une bonne chose bof bof, que fait on du goudrons et monoxyde de carbone du à la combustion du tabac?

          On occulte.La e cig plus saine selon moi que le tabac sans additifs.Et la e cig je l’ai arrêté sans véritable difficulté, en tout cas aucune difficulté physique, c’est plutôt psychologique (comme le tabac, car physiquement le sevrage tabagique n’induit pas de réèls douleurs).

          1. Vous dites :

            « je trouve ce post limite déloyal »

            La science n’est pas déloyale, elle dit des vérités qui vous dérangent peut-être, mais ce sont des vérités.

            Vous ajoutez :

            « puis nous vanter le fait de fumer sans additifs comme une bonne chose bof bof »

            Personne ne vante le fait de fumer du tabac sans additifs, on explique dans ce site comment arrêter de fumer grâce au sevrage des additifs du tabac.

            Le tabac sans additifs n’est qu’une étape dans le sevrage tabagique (qui dure quelques mois en général).

            Puis :

            « Et la e cig je l’ai arrêté sans véritable difficulté, en tout cas aucune difficulté physique, c’est plutôt psychologique »

            Cette facilité d’arrêt est due exclusivement au tabac à 0,3% d’additifs que vous fumiez auparavant, pas à la e-cig. Ainsi vanter les e-cig pour arrêter de fumer et de vapoter est une erreur d’interprétation de votre facilité d’arrêt : vous attribuez aux e-cigs le mérite qui revient entièrement au tabac sans additifs.
            Pour l’instant, les seules études scientifiques disponibles disent que les e-cigs ne sont pas efficaces pour arrêter de fumer (comparables aux inefficaces patchs).
            Mais, si, comme vous le dites, les e-cigs étaient efficaces comme moyen de sevrage, alors, il faudrait les classer comme médicament (afin de contrôler leur composition) et réserver leur vente exclusivement aux pharmaciens.

            Vous ajoutez encore :

            « physiquement le sevrage tabagique n’induit pas de réèls douleurs »

            Je répète que OUI le sevrage du tabac sans additifs est facile, là dessus, nous sommes d’accord, c’est d’ailleurs pour cette raison que je propose d’effectuer le sevrage des additifs afin d’arrêter de fumer.

            Mais l’arrêt du tabac avec additifs lui n’est pas du tout facile à vivre (c’est une expérience que vous n’avez manifestement pas vécue). Voir à ce sujet ma réponse à votre autre commentaire ici : Ma réponse du 28 octobre 2013 à 16 h 27 min .

              1. Bonsoir,
                D’après le professeur Jean-Pol Tassin, ce serait parce qu’ils n’ont « rien d’autre en magasin ».

                Pour ma part, parce que je crois qu’ils sont comme tous les autres, complètement intoxiqué par la propagande et le lobbying de l’industrie pharmaceutique.

  6. Bonjour
    je « fumais » depuis l’age de 13 ans,j’en ais 56 aujourd’hui,je me suis mis a l’e-cig
    le 10 mai de cette annee..depuis cette date j’ai stopé definitivement la cigarette (tabac à roulé 15 à 20 cigarettes par jour) dorenavant je prend du liquide saveur tabac(fabrication française) j’ai debuter a 19mg en nicotine ..ensuite rapidement 11mg et maintenant 6mg..(taux de nicotine sur flacon 10ml) je fais plus de 1 semaine avec 1 flacon…
    et je n’ai aucun manque (le goudron et tout les autres cochoneries ne me manque pas)….effet positif 5 mois apres..je dirai même tres tres positif..=> athsme disparue… » »incroyable » »..et pourtant, j’etais sous traitement depuis quelques annees ((Seridite & Singular)) mon medecin n’en reviens pas…..odora=> celui ci reviens doucement mais surement…plus de toux le matin (toux du fumeur vous connaissez ?)…et ces derniers temps je retrouve beaucoup plus de vitalité +> » »en tout genre » » et oui…..alors pour mon **AVIS** personnel vous pouvez dire ce que vous voulez « en contre » je m’en fou :-))) de toute façon si j’avais continué avec des cigarettes traditionnelles ça ne fait aucun doute que j’aurai toujours mon athsme….ma toux de klébar du matin..odeur de tabac impregné partout…etc..etc….et tout cela n’aurai fait que s’agraver côté santé peut etre rapidement ou pas..mais en tout cas pas en s’ameliorant…la mon corps retrouve de tres tres tres bonne sensation,alors je serai curieux de connaitre les etudes qui seront faite sur les liquides de l’e-cigarette dans les prochaines annees …bien sur le mieux aurait été de ne jamais avoir fumé comme certain ici sur ce forum qui sont contre la cigarette traditionnelle ou tout autres substitu..e-cig…patch..ça se sent dans leurs ecris…lol…

    1. Incroyable ? Vraiment ? Vous aviez de l’asthme et vous ne vous étiez jamais dit « fumer l’aggrave » ?
      En effet, on peut même dire miracle puisqu’enfin vous avez compris quelque chose, ce qui de toute évidence est une victoire sur vous même…

      Quant à la dépendance, elle n’est pas créée par la nicotine, ni par les goudrons, elle n’est pas créée par des cochoneries, elle est créée par des IMAO (des antidépresseurs couplés avec la nicotine).

      Si vous n’avez vraiment aucun manque pourquoi donc persistez-vous à vous empoisonner avec les e-liquides ? Juste pour le plaisir ? Quel plaisir ?
      De la même façon que vous n’avez jamais réussi à arrêter le tabac à cause de ses additifs, vous n’arrivez pas à arrêter le-cig à cause de votre dépendance à l’e-cig ! Vous avez remplaçé une dépendance par une autre, rien de plus. Vos « lol » n’y changeront rien du tout.

      Je ne suis pas contre les patchs, je dis simplement que cela ne sert à rien, c’est du commerce, les patchs et autres substituts nicotiniques n’ont aucune efficacité pour l’arrêt du tabac. Mais s’il y a des gogos prêts à en acheter, libre à eux.
      Je n’ai rien contre le commerce lorsque ce commerce est clairement assumé et ne s’appuie pas sur du charlatanisme.
      Dire que l’e-cig permet d’arrêter de fumer est tout simplement mensonger tout comme dire que les substituts nicotinique permettent d’arrêter le tabac. C’est une tromperie délibérée du consommateur drogué.
      Vous êtes une victime de la propagande mensongère du ministère de la santé, des tabacologues et du lobby pharmaceutique qui persistent à crier que la nicotine est une drogue alors que ce n’est qu’un simple insecticide.

      Leur propagande ne vous a pas permis de sortir de la dépendance aux additifs du tabac et vous y a même carrement enfermé, emprisonné, en cela, cette propagande est criminelle.

      Vous n’êtes que la énième victime de la propagande criminelle du lobby nicotinique !

      1. Désolé Luciole135, mais votre « argumentaire scientifique » tourne à la posture ! Et en plus vous vous permettez de juger de comportements tout à fait personnel (fumer avec de l’asthme, c’est pas bien du tout… Amen !!!) et de mettre en jeux des notions de plaisirs, qui vous en conviendrez, sont loin d’être précisément quantifiable scientifiquement…

        Alors sans doute oui, lobby gnagna, propagande gnagna… Mais vous oubliez le principal : l’humain, et sa dose d’humanité (ce que vous appellerez sans doute effet placébo !)

        Perso, j’ai fumé plus de 30 ans, dont les 5 dernières années sur du tabac à rouler sans additifs. Et malgré ça, l’arrêt n’a jamais été possible. Patch, gomme ou arrêt simple… rien à faire.
        Je ne sais pas si j’étais addict à une « drogue » ou à un « insecticide » et je m’en fous (quoiqu’à choisir, il y existes des insecticides un peu moins craignos que la nicotine…) Ce que je sais c’est que j’en avais marre de me réveiller la nuit pour replonger dans le sommeil aussitôt 2 ou 3 clopes grillées… Marre d’être à cran au bout d’une ou deux heures maximum dans les cinés et les réunions…
        Et pour moi, l’e-clope, ça n’a pas été un mensonge.
        Alors peut-être que je suis une anomalie scientifique, mais humainement j’ai plutôt l’impression d’être dans les normes…

        Je ne sais pas qui vous êtes, et votre discours cartésien est sans doute plein de vérités, mais votre façon de l’énoncer me semble pour le moins bien péremptoire. À mon avis, cela manque un peu de « vécu »…

        1. Vous dites : « (…) vous vous permettez de juger de comportements tout à fait personnel (fumer avec de l’asthme, c’est pas bien du tout… Amen !!!) » Alors que je n’ai jugé personne…

          Ensuite :

          « Alors sans doute oui, lobby gnagna, propagande gnagna… Mais vous oubliez le principal : l’humain, et sa dose d’humanité »

          Votre ton sarcastique sur la « propagande gnagna…… » qui vise à décrédibiliser mon discours pour rendre crédible la propagande est une imposture intellectuelle. Vouloir rendre l’individu coupable de sa propre dépendance quand on lui rabâche sur tous les médias que la nicotine est une drogue – ce qui est faux, mensonger et criminel – est une imposture.

          Vous ajoutez (sans rire) :

          « Je ne sais pas si j’étais addict à une « drogue«  ou à un « insecticide«  et je m’en fous »

          Vous voilà en train d’absoudre tous ceux qui vous ont menti, disant que leurs mensonges finalement n’ont eu aucune conséquence. Vous vous foutez que l’on vous ai menti sur la nicotine, que l’on vous ai enfermé dans la dépendance tout en disant

          « Ce que je sais c’est que j’en avais marre de me réveiller la nuit pour replonger dans le sommeil aussitôt 2 ou 3 clopes grillées… Marre d’être à cran au bout d’une ou deux heures maximum dans les cinés et les réunions… »

          Ce qui manque pour le moins de cohérence : si vous vous en foutez, pourquoi vous plaindre d’avoir été dépendant ? Préférez-vous que l’on vous mente ?

          Comment pouvez-vous absoudre ceux qui ont contribué à vous enfermer dans cette dépendance là tout en vous plaignant d’être dépendant ? Comment pouvez-vous ironiser sur la « propagande gnagna… » dont vous avez été (à vous lire) la première victime ? C’est à croire que finalement, vous aimez que l’on vous mène en bâteau, que l’on vous raconte des conneries.

          La propagande existe et nous sommes en plein dedans, cette propagande criminelle empêche, par l’écran de fumée qu’elle crée, de lutter efficacement contre la dépendance et enferme les fumeurs dans la dépendance aux additifs.

          Pendant qu’ils se croient dépendant à la nicotine, les fumeurs restent encore et toujours dépendant aux additifs et ne peuvent donc pas arrêter de fumer, toutes leurs tentatives sont de fait vaines. Il est impossible de lutter contre sa propre dépendance si on n’en connaît pas la source !

          Au travers de leurs tentatives d’arrêt (toutes vouées à l’échec, bien évidemment) les fumeurs engraissent les multinationales pharmaceutiques (avec le soutien actif du ministère de la santé) qui vendent des substituts inefficaces et coûteux. De plus, ces mêmes substituts sont remboursés par la sécurité sociale car qui les achèterait s’ils n’étaient pas remboursés ? PERSONNE bien évidemment !
          Le ministère de la santé veut-il la mort, la ruine de la sécurité sociale ? Pourquoi exiger d’elle qu’elle rembourse des soins inefficaces (donc voler nos cotisations sociales) ? Pour qui travaillent finalement nos politiciens ? On ne peut pas s’autoproclamer un gouvernement irréprochable et financer impunément les multinationales pharmaceutiques en ruinant la sécurité sociale.

          Vous tentez d’exonérer les différents gouvernements passés et présent ainsi que le ministère de la santé de toute responsabilité en rendant responsables et coupables les fumeurs de leur propre addiction. Tout ceci me fait douter de la sincérité de votre témoignage, mais comme vous ajoutez « Perso, j’ai fumé plus de 30 ans, dont les 5 dernières années sur du tabac à rouler sans additifs. Et malgré ça, l’arrêt n’a jamais été possible. Patch, gomme ou arrêt simple… rien à faire. »… ce qui confirme mon discours, voilà qui laisse perplexe !

          Vous avez donc été vous-même victime de la propagande criminelle du ministère de la santé et avez cru qu’avec les patchs et autres substituts vous pourriez arrêter de fumer !

          C’est tout le contraire, vous concernant, vous n’auriez pas du en prendre car l’arrêt du tabac sans additifs se fait en général facilement sans avoir besoin des patchs qui au contraire compliquent l’arrêt.

          Les additifs contenus dans ces patchs ont l’effet contraire à celui proclamé par le ministère de la santé. Ils rendent accro. Il existe de nombreux témoignages à ce sujet dans le forum « Arrêter de fumer » du site Doctissimo.

          Quant à votre arrêt simple, il mérite d’être explicité plus amplement, est-ce après avoir tenté les patchs ? Avant ? Qu’avez-vous fait lors de vos tentatives d’arrêt ? Quel tabac sans additifs fumiez-vous lors de l’arrêt simple ?

          Néanmoins, je remarque que d’avoir été abusé et trahi par cette même propagande criminelle gouvernementale en cours sur tous les grands médias ne vous dérange pas le moins du monde (vous avez dit étrange ?!).

          En effet, vous attaquez à nouveau la science gratuitement (on se demande bien pourquoi !) :

          « Alors peut-être que je suis une anomalie scientifique, mais humainement j’ai plutôt l’impression d’être dans les normes… »

            Dites-nous ce qui vous dérange dans les études scientifiques et puisque vous êtes dans les normes, répondez à ces quatre questions :
          • Trouvez-vous normal que le ministère de la santé persiste à tromper et abuser les fumeurs sur la cause de leur dépendance en proclamant de façon mensongère et criminelle que la nicotine est une drogue ?
          • Trouvez-vous normal de rembourser des patchs et substituts nicotiniques dont toutes les études scientifiques disent qu’ils sont inefficaces ?
          • Trouvez-vous normal que le ministère de la santé boycotte les recherches de Jean-Pol Tassin qui prouvent la dépendance à l’association IMAO+nicotine ?
          • Trouvez-vous normal que le ministère de la santé ruine la sécurité sociale et vole de fait nos cotisations sociales au profit des multinationales pharmaceutiques ?
          • Si cela ne se passait pas en France, on appelerait cela tout simplement une mafia

          Vous ajoutez :« Et pour moi, l’e-clope, ça n’a pas été un mensonge. » Alors, dites-nous, avez-vous arrêté de vapoter ?

          Vous concluez par : « A mon avis, cela manque un peu de " vécu "… » Mon vécu, vous pouvez le lire dans « Mon histoire de fumeur ».

          1. Vous pourriez préciser:
            Si on retire la responsabilité de la nicotine’ quels sont les produits qui en sont responsables, notamment dans la cigarette électronique ?

    2. Salut Jacques,
      Moi aussi je suis asthmatique vous. Je l’ai hérité de mon père. Et le docteur ma soulignement interdit de fumer. Je suis très sensible aux odeurs et encore moins à la fumée de tabac. Je me sens menacée d’une fumée dès qu’un fumeur ronde à environ 25 m de moi. Il est vrai que l’E-cigarette peut arrêter de fumer (bon selon les propos) mais je ne pense pas que l’asthme soit parti d’un coup comme ça.

  7. J’ai fumé des Camel Bleue pendant 25 ans. Jamais réussi à arrêter malgré plusieurs essais. Puis suis passé à l’électronique, 3 mois, en baissant la nicotine jusqu’à 0. Faisant du sport j’ai tout de suite senti la différence en passant à l’électronique, plus sur le muscle et son endurance que sur le souffle qui a mis plus de temps à venir. Et me suis débarrassé de la e-cigarette assez « naturellement » : les pannes de batterie ont aidées. C’était il y a 6 mois. Sinon j’ai pas trouvé que j’étais vraiment moins accro à l’électronique, du moins psychologiquement, mais physiquement la différence cardiovasculaire a été évidente.
    Paradoxalement je me suis remis à fumer, mais pour le plaisir de la même manière que je consomme de l’alcool. Rarement. À ce jour, un cigare en six mois, et probablement un autre pour Noël !

    1. Rien de surprenant à votre échec, les CAMELS avaient jusqu’en 2011 9% d’additifs puis sont passés à 7%.
      Avec ces taux là, l’arrêt est pratiquement impossible sauf pour de rares heureux.
      Et puisque vous vous êtes remis à fumer, c’est bien parce que vous n’avez pas été sevré par l’e-cig. Il n’y a eu aucun sevrage. Il y a eu substitution temporaire.

  8. Je suis fumeur depuis environ 15 ans maintenant, et je suis récemment passé à la cigarette électronique. Ma consommation de cigarettes été réduite à moins de 5 par jour, contre 20/j auparavant, et depuis 1 mois environ je ne fume plus du tout. Pour l’instant, je peux dire que la e-cigarette m’a permis d’arrêter de fumer, c’est un fait incontestable.

    Il est vrai aussi que maintenant, j’ai remplacé une addiction par une autre. Je ne fume plus, mais je vapote. Nous sommes donc là dans un logique de substitution, comme c’est précisé dans de nombreuses réponses ici. Mais doit-on réellement si critiques envers cette logique là ?

    Je ne crois pas que les gens soient si idiots pour penser que la cigarette électronique permettent de supprimer toutes nos addictions. On parle d’arrêter de fumer là, soyons précis, vapoter n’est pas fumer. Si on parle bien d’arrêter de fumer, la cigarette électronique est très efficace en ce qui me concerne. En attendant, je consomme un produit qui est est certes nocif à un certain niveau (études ou pas, ça serait illusoire de penser que de consommer ce produit serait totalement neutre), mais il y a de fortes chances que ça soit beaucoup moins nocif que la fumette, et termes de goudron déjà, et au sujet des 4000 substances que l’on trouve dans le tabac. J’ajoute aussi, la suppression des mauvaises odeurs, du tabagisme passif que j’occasionnais pour les autres, l’irritation des bronches et des poumons (la gorge serait pareillement irritée qu’avec le tabac, mais pas le reste).

    Je pense que c’est pas si mal de remplacer l’addiction à la clope par l’addiction à l’e-clope, compte tenu de tous ces arguments. Et en attendant de trouver la force d’arrêter complètement toutes ces addictions, mon corps sera moins maltraité qu’auparavant.

    La science est bon outil pour comprendre le pourquoi, que l’on va chercher après avoir observé des faits. Les faits, c’est que de plus ne plus de personnes témoignent de l’efficacité des cigarettes électroniques pour arrêter de fumer. Il ne faut ps oublier que le tabagisme, comme toutes les addictions, ne peuvent ps se résumer à des démonstrations scientifiques sur les actions des produits que l’on trouve dans la consommation de cigarettes, électroniques ou pas. Il ne faut pas négliger l’aspect psychologique, et je dirais même sociologique, qui rendent le sevrage bien plus complexe et individuel que ce que des expériences pourraient « prouver ».

    Arrêter de fumer, c’est difficile parce que c’est u départ un certain plaisir, auquel il est difficile de renoncer. Le plus dur quand on arrête de fumer, c’est quand on s’imagine qu’on ne devra plus jamais toucher à une clope de sa vie, ça met la pression, c’est angoissant. Je pense que la cigarette électronique permet déjà de descendre de quelques marches pour combattre son addiction… on devra sauter de moins haut lorsque l’on envisagera de tout arrêter, ça me semble moins difficile maintenant, ça me donne de l’espoir pour la suite, quand je songerai à arrêter de vapoter.

    Je pense qu’il faut être lucide sur ce qu’on fait. Les discours absolus dans un sens comme dans l’autre, ne m’interpellent pas. Je n’entends pas le discours de ceux qui me disent que la cigarette électronique ne sert à rien, j’en ai fait l’expérience et je sais que ce n’est pas vrai. Je ne crois pas non plus ceux qui disent que la cigarette électronique est une solution miracle pour arrêter de fumer … non, il faudra quoi qu’il arrive faire des efforts, et avoir de la volonté, le boulo ne sera jamais fait à notre place.

    1. Que fumiez-vous auparavant ?

      Ben les gens croient ce qu’on leur dit et il y a encore des gens qui pensent que la nicotine est une drogue. Il y a parmi eux des médecins, des journalistes qui pour des raisons obscures (vraiment obscures ou financières ?!) persistent à dire qu’un insecticide est une drogue, ce qui en soi est extraordinaire.

      En terme de tabac, on nage en pleine propagande et la majorité des gens croient tout ce qu’on leur dit, comment pourraient-t-il faire autrement d’ailleurs ?

      Le problème des sites et forums de vapotage, c’est qu’il racontent les mêmes conneries que le ministère de la santé et que les lobbys pharmaceutiques en chantant que « la nicotine est une drogue ». Ils ont créé tout un univers autour de ce mythe et l’assènent comme si cela était une vérité révélée.

      Heureusement, il existe quelque rares sites de vapotage qui ne participent pas de ce lavage de cerveau, mais si rares.

      Pour le reste, je ne sais pas de quoi vous parlez car je n’ai jamais été absolu. J’ai même relaté à d’autres fumeurs, il y a plus d’un an, l’expérience d’arrêt réussie d’une fumeuse, coca, débutée le 25 mai 2012 où la e-cig fut le dernier palier avant l’arrêt total du tabac ET du vapotage.

      Mais bon, cette fumeuse avait pris le soin de faire auparavant un SEVRAGE des ADDITIFS du TABAC et de choisir des e-liquides sans nicotine, elle !

  9. Je confirme, mon asthme est parti depuis que je fume la e cigarette. Avant je fumais des cigarettes sans additif (mais en vains). Je prenais les mêmes médicaments que Jacques plus de la cortisone. Grâce à la e cigarette, je suis me libérée des médicaments après 2 semaines de consommation.

    Maintenant, j en suis à un mois et demi et j’ai baissé à 5 mg de nicotine au ml. Sans l’ état de manque, sans angoisse ou nervosité. Et toujours capable de rester concentrée sur mon lieu de travail.

    Je me sens mieux, remplie d énergie, car je respire mieux. En ce qui me concerne les expérience et positive

    1. Guère surprenant que l’asthme disparaisse en vapotant, c’est pour cette raison que nombre de médecins y sont favorable.

      Le passage des sans additifs aux e-cigs est en général facile à vivre.

      Si vous n’avez pas ressenti d’angoisses, de manque, de nervosité, c’est tout simplement parce que vous étiez déjà sevré des additifs du tabac. Si vous aviez fumé des additifs, cela n’aurait pas du tout été aussi facile.

      Néanmoins, vous n’auriez pas du prendre des e-cig à la nicotine car les aldéhydes présent dans les liquides recréent le manque, ce qui va compliquer sérieusement votre arrêt des e-cigs. Si tant est que cela soit votre but^^

      Sur les forums de vapotage, il y a de nombreux vapoteurs ayant 5 ans de vapotage derrière eux. Autant dire qu’ils ont remplacé une addiction par une autre.

  10. J’étais fumeur depuis mes 16 ans (j’en ai 40).

    Je fumais un paquet par jour de Marlboro (et parfois plus en période de stress).

    Je me suis mis à la cigarette électronique depuis 13 jours sur conseils de mon médecin qui est un médecin très sérieux et efficace de secteur 2, donc très compétent, plus encore que les médecins de secteur 1.

    Je vapotte des cigarettes électroniques iGo4 à 11 mg de nicotine.

    Je suis la preuve que l’article ci-dessus est truffés de propos inexacts puisque je ne ressens pas de manque très fort concernant les cigarettes classiques. J’y pense parfois, j’aimerais par moment m’en allumer une petite, mais franchement, ça ne va pas plus loin. Au bout de quelques minutes et deux ou trois lattes sur ma cigarette électronique, et ma légère envie de fumer des vraies clopes disparaît comme elle est apparue et je me sens relax.

    J’ajoute que j’avais déjà essayé d’arrêter de fumer avec des patchs et des chewing gums à la nicotine, mais ça ne m’a pas du tout aidé à arrêter la cigarette… au contraire…

    Tout comme les NTB que j’avais essayées avant les patchs et les chewing gums à la nicotine, ces derniers m’ont surtout donné une très forte envie d’arrêter… de les prendre, et de revenir au plus vite à mes bonnes vieilles cigarettes ! Le manque était insupportable dès les premières 48h d’arrêt de la cigarette.

    Depuis que je prends mes cigarettes électroniques, c’est le pied ! Pas de manque dur (une légère et passagère envie, comme je l’ai expliqué plus haut), mais je suis très relax et ça fait 13 jours que je ne fume plus. Je n’avais jamais pu arrêté aussi longtemps auparavant. Je tiens, sans difficulté, 11 jours de plus qu’avec les patchs et les gommes à la nicotine…

    Quant aux NTB, dès les deux premières lattes, je les avais jetées pour filer chez le buraliste m’acheter un paquet de Marlboro…

    1. Vous êtes la preuve que ce que j’affirme est vrai !
      Les cigarettes électroniques rendent accros, comme dit dans l’article Des cigarettes électroniques qui rendent accro !.
      Vous n’avez pas ressenti de manque car les additifs du tabac sont présents dans les e-liquides et ont le même effet, rien de plus.

      De plus, comme je ne cesse de le répéter les patchs et autre substituts nicotiniques ne servent à rien, sauf à engraisser les multinationales avec la complicité active du ministère de la santé (qui oblige la sécurité sociale à les rembourser) ce qui montre une fois de plus que la corruption est généralisée dans ce ministère sous la présidence autoproclamée irréprochable de François Hollande.

      La compétence d’un médecin ne se mesure pas à son secteur 2 ou 1, son prix, oui.

      p.s : j’ai réunis vos 2 commentaires en un seul puisque le second complétait le premier.

  11. Mais c’est quoi le problème d’être accro Luciole? Si votre addiction ne vous fait pas de mal. quel est le problème? On sait très bien que les sportifs réguliers sont aussi accro à leur dose d’adrénaline quotidienne. Démontrez nous que cette addiction à l’e-cig nuit à la santé si vous le pouvez mais le fait de dire que les vapoteurs anciens fumeurs n’auront fait que remplacer une addiction par une autre n’est en rien un argument en soi. À moins d’y voir un jugement moral. Mais vous nous dites être scientifique alors…

    1. Le problème c’est que ces personnes se disent libéré d’une drogue, sevré, alors qu’ils ne sont sevrés de rien du tout, ils ont juste changé de came.
      Il faut en ce domaine un minimum d’honnêteté et de décence et appeler un chat, un chat.

      1. Il y a dans votre rhétorique une généralisation abusive, il me semble.

        Je suis vapoteur et je ne suis pas libéré ou libertin, mais j’ai arrêté de m’envoyer du goudron dans les poumons. Je suis non-fumeur depuis 5 mois.

        Et vous amalgamez dépendance et toxicomanie.

        Plouf

        1. Certes, vous avez arrêté d’envoyer du goudron dans vos poumons mais rien ne prouve que ce que vous envoyez à la place ne soit pas tout aussi toxique.

          La cigarette électronique est un peu la même histoire que l’essence sans plomb. Le plomb ajouté à l’essence rendait les murs des villes noirs, on l’a remplacé par du benzène qui lui laisse les murs en apparence propre. Seulement, le benzène est hautement cancérogène et on le respire désormais, est-ce mieux ?

          Chacun pense qu’en supprimant le symptôme, on supprime la maladie, c’est faux.

          Par exemple, on s’est rendu compte que les médicaments antitussifs massivement prescrits ralentissaient le processus de guérison. Ce n’est pas parce que l’on ne tousse plus que l’on n’est pas malade. Seulement, le symptôme a disparu, mais la maladie dure plus longtemps, est-ce un progrès ?

          1. Re-bonjour

            Rien ne prouve que la cigarette électronique n’est pas nocive, c’est vrais.
            Mais rien ne prouve non plus qu’elle est nocive.

            Sans preuve, on est innocent et non coupable.

            Il faudra encore 30 ans ou plus pour avoir un avis définitif.
            Faut-il continuer à fumer durant 30 ans en sachant qu’un fumeur sur deux en meurt ?

            Pour le moment les médecins sont d’avis que la nocivité de la e-cig est faible, voire négligeable.
            http://www.aiduce.fr/le-parisien-l-appel-de-100-medecins-en-faveur-de-la-cigarette-electronique/

            Quand à votre méthode, sans vouloir la critiquer parce que je la trouve intéressante et que je n’ai pas eu l’occasion de la tester, pouvez vous prétendre qu’elle a fait baisser les bénéfices des cigarettiers, comme c’est le cas de la e-cig ?

            Il est très difficile d’arrêter de fumer de façon conventionnelle.
            Mais pour moi comme pour beaucoup de vapoteurs ça a été facile.

            Cordialement

            1. Bonsoir,
              En matière de santé, c’est le fameux « principe de précaution » qui s’applique, il ne faut pas renverser la charge de la preuve. Ainsi, personne ne peut prétendre que les e-cigs sont inoffensives, elles semblent l’être, mais rien ne le prouve.

              Je ne propose pas de fumer pendant 30 ans, je propose un moyen de se libérer de la dépendance physique aux additifs du tabac, dépendance qui est la plus difficile à vivre et qui cause la majorité des reprises de la fume après l’arrêt.

              Concernant, les bénéfices des cigaretiers, pour eux, vendre du tabac ou vendre des e-cigs, c’est du pareil au même, ils ont racheté la plupart des entreprises du secteur.

              Vous n’avez pas arrêté de fumer, vous avez remplacé l’addiction aux additifs du tabac par l’addiction à la e-cig.

              Si vous n’êtes pas dépendant des e-cigs, pourquoi donc vapoteriez-vous aujourd’hui puisque votre désir premier était d’arrêter de fumer alors que finalement vous avez gardé la gestuelle de la cigarette en vapotant ?

              Cela pose la question suivante : Vouliez-vous vraiment arrêter de fumer ou alors désiriez-vous fumer sans danger ?

              1. Je n’ai pas désiré arrêter de fumer. C’est quelque chose que j’avais déjà fait il y a 18 ans et qui avait été extrêmement pénible.

                Donc j’ai juste commencé à vapoter par curiosité, pour voir et pour économiser un peu sur les clopes. J’aimais bien fumer et n’avait pas l’intention de cesser.

                Mais au final, sans le moindre effort, j’ai arrêté de fumer parce que vapoter c’est meilleur et que la clope, grâce à la e-cig, ne me manque absolument pas.

                Ce principe de précaution me fait penser à un type qui tombe d’un avion et qui, au lieu d’ouvrir son parachute, se dit qu’il y a beaucoup d’accidents de parachute et que ce serait donc très dangereux de s’en servir.

                Dans le pire des scénario, aucun scientifique n’a jamais prétendu que ce puisse être aussi dangereux de vapoter que de fumer. Tout comme le parachutisme, bien qu’étant un sport dangereux, ne se discute pas quand on est en chute libre. Et quand bien même ce serait le cas, il sera toujours temps pour recommencer de fumer ou pour arrêter le tout le jour où les médecins légistes donneront l’alarme.

                Pour un bon nombre de personnes remplacer la clope par la vape est facile. Il faut juste un modèle qui nous plaise, trouver des goûts sympa et une dose de nicotine assez forte pour ne pas subir le manque. Il ne faut pas se mettre la pression à se dire qu’on doit arrêter de fumer, il faut juste chercher LA e-cig qui nous plais tant qu’on ne trouve plus aucun intérêt à la clope.

                A vrais dire je pense que les gens qui ne parviennent pas à arrêter de fumer grâce à la e-cig sont ceux qui n’ont pas assez investit d’intérêt et de temps pour trouver leur matériel et leur jus. L’autre jour j’ai croisé un ami que je n’avais pas vu depuis longtemps. Il avait la clope au bec. Il a vu mon mod, gros et imposant, et a sortit une pauvre e-cig avec une batterie 650 et un clearo jetable. Le bec était plein de miettes de tabac. Il m’a dit que le gout ne lui plaisait pas mais il n’avait pas pris la peine d’essayer d’autres arômes. De toute manière son machin crachotait une si maigre vapeur que c’en était un calvaire. C’est ainsi que je conçoit que la e-cig peut ne pas marcher. C’est aussi avec ce genre de matériel que bon nombre d’études scientifiques ont lieu, d’où les maigres résultats.

                Je félicite toute personne qui parvient à arrêter de fumer, que ce soit avec votre méthode ou avec n’importe quelle autre. Mais je trouve imbécile, quand on est fumeur et qu’on a pas le courage ni la volonté de se sevrer, de ne pas essayer la vape.

                Bien sûr que je suis dépendant de la vape. Mais je ne suis pas certain que ce soit grave.

                1. Bonsoir,
                  Je pense que la plupart des vapoteurs est aussi dans votre cas. Les vapoteurs veulent fumer « sainement », mais ne veulent pas arrêter de fumer. Cette divergence de but crée une certaine incompréhension chez beaucoup de vapoteurs. Ils n’ont pas acté que leur but n’est pas nécessairement celui des autres et réciproquement.

                  Le principe de précaution n’a rien à voir avec la description que vous en faites. Le principe de précaution demande de prendre des mesures de précaution proportionnelles à la probabilité d’avoir un risque grave pour la santé, la parabole du parachute n’a rien à voir avec ce principe qui justement a pour but d’éviter de tomber sans parachute.

                  Personne à l’heure actuelle ne sait s’il y a un risque grave à vapoter ou non. Chacun y va de ses hypothèses sans avoir de certitudes. À défaut d’avoir effectué des tests sur des animaux, les vapoteurs servent eux-mêmes de cobayes ravis, motivés et prosélytes. Peut-être ont-ils raison, peut-être pas, c’est une loterie dont l’avenir nous donnera le résultat. D’ici une dizaine d’années, nous y verrons plus clair peut-être ?

                  1. Cela fait des années que le principal composants de e-liquide, le pg, est utilisés partout. On en mange, on en bois, on s’en badigeonne, on en respire. Si c’était mortel à respirer, les gens qui bossent en disco depuis des années seraient tous morts et on l’aurait vu dans les stats.

                    Pour les autres composants il y a moins de certitudes, d’autant que les dits composants ne sont pas une liste définitive mais généralement du vg et des aromes alimentaires de toutes sorte.

                    1. D’après les analyses du magazine 60 millions de consommateurs de septembre 2013, il y a des composants cancérogènes inhalés lors du vapotage.

                      D’où viennent-ils ? Est-ce la chaleur dégagée pour produire l’aérosol ( ou « vapeur ») qui les synthétise ou alors sont-ce des produits présents dans les fioles ?

                      Dans tous les cas, cet aérosol ( appelé aussi « vapeur ») mérite d’être étudié de près.

  12. Bonjour à toutes et tous,
    Quel est le but recherché ? Arrêter de fumer non ? Peu importe la méthode, seul le résultat compte.
    A mon tour, j’apporte mon témoignage. Je fume (ais) depuis une quarantaine d’années 1 paquet/jour. Je vapote depuis 3 semaines sans avoir fumé aucune cigarette classique. C’est mon plus long arrêt réussi. J’ai testé de nombreuses méthodes : patchs, acupuncture, volonté seule (pour arrêt brutal ou progressif), magnétiseur (!) , consultation tabacologue, plan de cinq jours…sans aucun résultat durable.
    Luciole, vous semblez promouvoir et défendre avec acharnement UNE SEULE méthode d’arrêt. Je ne dis pas qu’elle est contestable et je l’aurai sans doute essayée si je l’avais connue avant l’E-cigarette.
    E-cigarette, qui contrairement à la cigarette sans additif, ne contient pas de goudrons résultant du brulage du papier (quel qu’il soit…).
    Vous ne pouvez pas nier honnêtement que la E-cigarette est bien moins nocive que la cigarette classique.
    Ne rejetez pas les victoires (même temporaires) des fumeurs qui ont arrêté la cigarette en vapotant.
    Ils ont remplacé une addiction par une autre ? C’est possible mais combien moins dangereuse.
    Après avoir lu l’ensemble des post ci-dessus, j’ai l’impression que vous défendez une cause perdue.
    Promis, si je refume après avoir vapoter, je tenterai le tabac sans additifs..

    1. Votre témoignage ressemble à tous les autres, vous avez remplacé la clope par la cigarette électronique. Une drogue par une autre. Ce n’est pas un sevrage réussi. Vous êtes convaincu qu’il s’agit d’un moindre mal, je vous répond que l’on n’en sait rien du tout.

      Je ne défends pas une cause perdue ou non, je porte à la connaissance des internautes les dernières recherches scientifiques sérieuses sur la dépendance physique au tabac, les seules que corrobore l’expérience de la très grande majorité des personnes ayant arrêté après avoir fumé du tabac sans additifs.

      Elles n’ont pas l’heur de plaire au lobby pharmaceutique et sont de fait (comme c’est étrange) complètement ignorées par le ministère de la santé, La Haute Autorité de la Santé, les tabacologues et même par notre président de la République qui (oh quel hasard, juste avant les élections municipales !) demande à la sécurité sociale de mieux rembourser les patchs et autres substituts nicotinique qui ne servent strictement à rien.

      On croit rêver !

      Si une telle chose ne se passait pas en France, on crierait à la corruption. Seulement, le lobby pharmaceutique est si puissant qu’il a les moyens financiers d’imposer sa volonté même à celui qui prétendait être un président irréprochable pour n’être finalement que le laquais de la grande finance.

      Dans ce contexte, vos échecs d’arrêt de la cigarette ne sont pas surprenants, ils sont programmés. Toutes les études scientifiques sérieuses disent que les patchs et autres substituts nicotiniques sont complètement inefficaces. Ce qui n’empêche pas le ministère de la santé, la Haute Autorité de la Santé et même le Président de la République de ne jurer que par eux et même de demander que la Sécurité Sociale rembourse mieux ces traitements.

      On croit rêver et pourtant, non, on est parait-il en France !

      Vous n’êtes malheureusement que le n-ième cocu dans cette escroquerie scientifique, pharmaceutique et ce pillage de la sécurité sociale, beaucoup d’autres suivront (le cocufiage semble être la seule compétence de notre Président).

  13. Merci pour votre mine d’informations :)

    J’avais commencé à chercher des informations pour arrêter de fumer en cherchant à passer par la cigarette électronique. J’avais d’ailleurs regarder des guides d’achats de cigarette électronique pour savoir vers quoi me tourner.

    Mais en voyant toutes ces infos je m’avoue perdu et je ne sais plus vers où me tourner :/

  14. Je ne comprend pas les fumeurs de e-cig. Quand j’ai essayé de substituer mes malboros au e-cig j’étais vraiment pas bien. En faite je vapotais tellement que ça me rendait malade. Mon corps était surchargé de nicotine. J’ai eu bon insisté ça n’allait pas !

    Après quelque recherche j’ai fini par comprendre qu’il fallait ces fameux aldéhydes + nicotine pour se sentir bien. Or les aldéhydes sont obtenus qu’avec une combustion de 280°. Une e-cig aussi perfomante soit-elle n’atteindra pas cette températue. Je sais pas comment ils ont fait leur test à 60 million de consommateur mais moi malheureusement je n’ai vapoté que de la nicotine. Et j’ai détesté ça !

    1. Bonjour Cedric,

      Cela provient peut-etre de votre liquide. Je me suis senti mal pendant mes 2 premiers jours de vapote et apres plus aucun soucis. Je me suis renseigné et enfait c’est le temps d’adaptation vis a vis de l’ingestion de la nicotine qui se fait différemment qu’avec une cigarette classique.

  15. Ça, on n’en sait rien du tout !

    Ce sont des conjectures de médecins qui ne s’appuient sur aucune étude ni observation scientifique. Et pour cause : il n’y a aucun recul sur les effets à long terme de la vapote.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *