Pas de dépendance physique au cannabis !

Mis à jour le

Résumé : contrairement au tabac avec additifs, le cannabis ne crée aucune dépendance physique !

Cet article est extrait de l’interview de Jean-Pol Tassin par Marc Kirsch : Entretien avec Jean-Pol Tassin

Ecoutons Jean-Pol Tassin, je cite :

« Prenons l’exemple du tabac. C’est un découplant puissant, mais il présente l’avantage de ne pas modifier l’état de conscience. On peut fumer beaucoup sans que cela nuise à la vie sociale : on peut continuer à travailler, à conduire, etc. Et il n’y a pas d’overdose. Mais le découplage se produit malgré tout.
Au contraire, une personne socialement intégrée qui commence à prendre de la morphine ne peut pas continuer à vivre normalement. De même, l’alcool produit un état d’ébriété permanent et catastrophique. Le tabac permet de continuer à vivre normalement. »

Marc Kirsch : Ce qui explique aussi qu’il soit normalisé ou banalisé dans l’usage social. Qu’en est-il du cannabis ?

Jean-Pol Tassin :

« Le cannabis, lui ne découple pas. Tout comme la nicotine, le tétrahydrocannabinol, l’un des principes actifs du cannabis, ne produit pas de découplage, donc pas de dépendance, chez les animaux.
On le sait depuis longtemps et malgré tout, certains chercheurs continuent s’employer à prouver le contraire et essayent de rendre les animaux dépendants au tétrahydrocannabinol. »

Marc Kirsch : Il ne peut donc pas y avoir d’addiction au cannabis ?
Jean-Pol Tassin :

« On n’est pas addict au cannabis, mais en France où l’on prend du cannabis mélangé avec du tabac, on découple à cause du tabac. On croit être addict au cannabis, mais en fait on l’est au tabac.
C’est le tabac qui a créé le découplage et le cannabis qui permet de supporter le manque. L’alcool a le même effet : ajouté au tétrahydrocannabinol du cannabis, il produit un fort découplage. »

Conclusion : Les fumeurs de cannabis doivent utiliser uniquement du tabac sans aucun additifs pour ne pas en plus devenir dépendant des additifs du tabac.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte et en appuyant sur Ctrl + Enter

58 réflexions au sujet de « Pas de dépendance physique au cannabis ! »

  1. Voila tout d’abord je trouve votre site génial! je vais le recommander! je ne fume plus depuis 6 mois mais je suis une cannabi addict et le soir j’aime en consommer! c’est pourquoi je me contente d’un petit bedo avec une quantite de tabac qui equivaut a a peine 1 cm d’une cigarette! je deviens parano niveau dependance du au tabac de la cigarette! que mon conseillez vous?! Le tabac à rouler Pueblo jaune ou j’ai vu sur votre site les cigzrette Benson and hegdes Platinum 100% ss additif ki me semble tres interessant?!
    Je vous remercie!!! fortement pour votre site et pour votre future reponse lol
    Jessica

    1. Bonsoir,
      Merci des compliments.
      Pour répondre à votre question, tout dépend de vos moyens : le tabac des cigarettes sans additifs manufacturées est plus cher que le tabac à rouler.
      En tabac à rouler, American Spirit, Pueblo et Yuma ne donnent pas de dépendance physique.
      Dans tous les cas, utiliser exclusivement du tabac sans additifs pour ne pas devenir dépendant physiquement du tabac quand on a une dépendance psychologique au canabis.

    2. salut ce que je te conseille c’est d’investir dans un vaporisateur là tu peux consommer ta weed sans tabac ,moi je m’y suis convertit depuis peu et je ne rechangerais pour rien au monde ;)
      peace

  2. Je me permets d’ajouter un ptit commentaire de plus (sur un site dont la démarche est fort appéciable); le titrage de l’article me parait un peu « dangereux » sachant qu’il y a bel et bien une dépendance au cannabis, probablement uniquement pychologique certes mais pas AUCUNE. Sachant que beaucoup de jeunes gens se méprennent sur la réalité du cannabis et ses effets sur la santé (je pense à la combustion de la chlorophyle notamment et la production de goudron qui n’est pas à negliger).

    Sur ce, bonne continuation !

  3. aucune dépandance physique????
    non mais je croi que avant d’ecrire faudrai ce renseigné,
    cela detruit ma vie de jour en jour mentalement et physiquement,
    pfffff quelle connerie non la j croi pas

    1. Ce sont les résultats des études scientifiques du professeur Jean Pol Tassin, vous étiez sûrement dépendant psychologiquement, mais physiquement, ça non !

  4. Si l’association alcool-canabis provoque le découplage, qu’en est-il de l’association alcool-tabac sans additif? Car je bois pour supporter le manque d’additif de mon nouveau tabac (SAUVAGE)… Est-ce une bonne solution provisoire de transition (dans la mesure ou ma consommation d’alcool n’explose pas, bien sûr)? Merci d’avance!

    1. Cela provoque aussi le découplage d’après Jean Pol Tassin : Les substituts tabagiques
      Question de Marc Kirsch « Est-ce un moyen de faire disparaître la dépendance ?
      Réponse de jean pol tassin :

      Ce serait sans doute un moyen de supporter l’addiction, donc de supporter les conséquences de la prise répétée de drogues. Notre hypothèse est la suivante : la prise d’opiacés, d’alcool ou de tabac (avec additifs, ndlr) produit le même effet sur le cerveau, et induit un même état de dépendance.
      Si vous vous êtes habitué à prendre de la morphine, vous avez tendance à rechercher ce produit. Mais si on vous en donne un autre qui fait le même effet, très vite, vous serez capable de le substituer au premier.
      Ce n’est pas le produit lui-même – la morphine – qui vous est devenu indispensable : ce que vous cherchez, c’est à recoupler artificiellement les systèmes. Donc, si vous trouvez un produit qui opère artificiellement ce recouplage, chaque fois que vous êtes dans cet état désagréable de manque, vous prenez ce produit et le manque disparaît.

      1. Oui c’est juste, j’avais lu cela.
        Ca aurait été trop beau que l’alcool aide à arrêter de fumer!…

        A propos, il parait que statistiquement, il est très rare de trouver des alcooliques qui ne fument pas.
        On pourrait penser que les alcooliques sont faibles et ne savent pas dire non à un plaisir… mais je me demande si ca ne serait pas le contraire: il faut être drogué aux additifs du tabac pour supporter de boire beaucoup d’alcool!!!
        Depuis 3 semaines que je fume sans additif, l’alcool a un goût infâme!

  5. oh mon Dieu si Jean Pol Tassin peut répondre si mon fils 40an peut se resprtit de dependence !!!il est deçu par medecine car ils ont donner methadone et valium et antidepresseur!!il est dans une etat depressive chomage ,arret maladie etc sufraence pour lui pour moi car je besoin savoir est qui il y a un centre ou il peut se resortir!!Là il a pris rdw APTE Boucy le long et avant il devrais faire sevrage hopital et directement centre!!mr tassin croyer vous que cet centre v reussir les liberer de monstre ‘dependence’ des jour reste au lit et dfors dors dors mage pas marche pas 186 et 68kg!!Je suis une mere deesesperer je vie plus ,plus enorme probleme famille et ça il prends trés mal !!AIDER MOI!! Reponder moiavec VRAIS CONSEIL !!!ou je peut parler avec dr jean pol tassin????
    Merci Merci

    1. Bonsoir,
      Jean Pol Tassin n’est pas médecin, c’est un chercheur, ainsi je doute qu’il vous conseille quoi que ce soit.
      En cherchant, sur le net vous devriez finir par trouver son adresse mail, mais je ne crois pas qu’il vous réponde, car vous lui demandez de faire de la médecine et de la voyance, ce qui n’est pas son métier.
      Bonne soirée et courage !

    2. Votre commentaire me touche, j’ai connu comme beaucoup les traitements psys après une décompensation liée à une addiction depuis l’âge de 15-16ans au cannabis, on m’a gardé un mois en hôpital avec 3 médicaments psys déclenchant des addictions physiques et psychiques à vie, je n’ai jamais pu décrocher des médicaments psys car quand je n’ai pas le droit d’arrêter, je suis surveillé et si je le fais on m’interne d’office même si je reste calme. Je ne fais que dormir et encore je fais des cauchemars où on m’interne très souvent, ce qui fait qu’au réveii je me jette sur le solian le dépamide et le tranxen…Merci la psychiatrie française, au départ j’étais juste resté perché parque que j’avais trop fumé ça aurait pu se régler avec du temps et du dialogue, avec de l’amour tout simplement, mais les drogues des psychiatres, sont dans 100% des cas, mortelles.

    3. Et que font les malades mentaux sous traitement toute la journée au moins quand ils ne dorment pas ? Ils fument des cigarettes à la chaîne, boivent du café et de l’alcool. Les hôpitaux psys, c’est le paradis des toxicos, on est sûr d’y trouver des amis.

    4. bonjours nat je connais ce problème sa été ma vie pendent des années !
      je vous conseille de vous renseigner sur l’iboga et le traitement de la dépendance il y a beaucoup d’étude sur le sujet ,cette plante agis comme un « reset » de la dépendance sur les récepteur du cerveau et fait prendre conscience au consommateur le pourquoi de sa recherche de prise « drogue » ,une psychothérapie de 20 ans en 24h quoi :
      https://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=en&u=http://www.ibogaine.co.uk/ibogaine6.htm&prev=search
      si vous avez d’autre question j’y répondrais sans problème :
      alcaloiddeveil@gmail.com

  6. Pouvez-vous m’expliquer ce que veut dire exactement « découpler »? La définition du dictionnaire ne m’éclaire pas concernant le tabac.
    Merci

    1. Découpler est le verbe correspondant du substantif « découplage » choisi par le professeur Jean Pol Tassin pour illustrer le mécanisme de la dépendance dans sa nouvelle théorie de la dépendance (qui comble les insuffisances des théories précédentes sur la dépendance).
      En gros, il existe dans le cerveau deux systèmes (noradrénergique et sérotoninergique) qui sont normalement couplés (c’est à dire dépendant l’un de l’autre), lorsqu’ils sont découplés (c’est à dire indépendant l’un de l’autre), la personne est alors dépendante.
      Vous aurez des explications plus détaillées ici : Pas de dépendance à la nicotine et la théorie du découplage
      et ici : Vidéo : Jean-Pol Tassin « Qu’est-ce qu’être addict ?« 

      Pour des explications complètes, reportez-vous à l’interview de Jean Pol Tassin dans la lettre du collège de France : Entretien avec Jean-Pol Tassin

  7. Séparer la dépendance physique de la dépendance psycho-comportementale n’est pas toujours aussi évident qu’on le suppose.
    En effet, la dépendance psychologique, si elle est puissante, peut engendrer des effets très physiques.
    Inversement, il n’existe pas, je pense, de dépendance physique « pure ».

    On voit bien en regardant la psychologie de l’addiction que certaines personnes souffrent au préalable d’un « terrain mental » défavorable, et qu’elles sont plus vulnérables que d’autres.

    De plus, il faut voir que la consommation change beaucoup de choses.

    Entre 3 personnes dont :
    – 1 fume 1 joint de manière irrégulière et peu fréquente, comme en soirée avec des amis
    – le fumeur invétéré qui fume 1 joint par jour depuis plusieurs années
    – celui qui s’envoie régulièrement des « bangs » de cannabis
    Il y a trois profils différents et 3 manières de s’en sortir différentes.

    Quoi qu’il en soit, dans une démarche constructive, séparer le corps et l’esprit me parait contre-productif. Mieux vaut voir à les rassembler, à les faire dialoguer !

    1. A la question de Marc Kirsch :

      « Est-ce un effet temporaire ou peut-on se débarrasser de la dépendance ? »

      Jean-Pol Tassin répond :

      « (…) Il faudrait au moins parvenir à donner à la personne qui se trouve en état de manque – c’est un état psychique et non physique – le moyen de supporter ce manque lorsqu’il se manifeste, c’est-à-dire pendant un temps très bref, de l’ordre de quelques minutes. (…) »

      Ainsi, parler de dépendance physique est inapproprié, la dépendance est toujours un état psychique. Néanmoins, comme les effets du manque se font ressentir dans le corps, dans la chair, je me permets de continuer à parler de dépendance physique selon la trilogie dépendance physique/psychologique/comportementale car cela à le mérite, à mon avis, d’être parlant.

      Jean-Pol Tassin, précise aussi, que selon les individus, leur environnement, leur histoire, la dépendance est variable, ici : Dépendance, une histoire d’individu, de contexte et d’environnement

      et ici : Variabilité de la dépendance selon les personnes

      1. hahaha lol je peux te dire luciole135 qu’il y a une grosse meme tres grosse diffenrence entre la dépendence physique et psychique:
        la dépendence psychologique n’a pas forcement de répercutions sur le physique meme si sa peux arriver en cas de stress ou d’anxiété lié au manque psychologique extrême mais le manque physique il est toujours accompagné par le manque psychologique je dirais qu’il le précède même,
        je peux te dire cela car je consommais de grosse quantité de weed et j’arrivais pas a m’en détaché et un médecin a eu la bonne idée de me mettre sous discernement qui provoque des symptôme de sevrage(manque physique) quand on en prend pas pendent une journée je peux te dire que le choc a été énorme de comprendre et expérimenter la différence a l’époque !
        désolé mais il faut bien connaitre le sujet pour pouvoir le défendre comme tu le fait …
        peace

  8. Je suis bien content d’être tomber sur ce site et la mine d’information qu’il contient.

    J’ai fumé le cannabis durant 8 années (j’en suis a ma troisième semaines de sevrage) de manière assez intensive (on peut facilement tabler sur une dizaine de « pétard » par jour) et je roulais toujours en utilisant des cigarettes industrielles, cigarettes que je ne fumais généralement pas telle quelle.

    Pour m’aider a tenir le coup face à ce sevrage, je me suis mis a rouler des cigarettes à la manière d’un join, sur la quelle je tire une bouffée ou deux lorsque je ressens un stimuli nerveux puis le laisse s’éteindre.

    Je pensais cette technique valable mais après lecture de la théorie décrite sur ce site, je commence a fortement en douter.

    Mon but en arrêtant de fumer le Cannabis, n’était pas d’en finir définitivement avec cette substance mais de me sevré suffisamment longtemps pour pouvoir reprendre une consommation bien plus contrôlée et occasionnelle, parce que franchement, je préfère cet effet à celui de boire un verre d’alcool (Alcool avec le quel je n’ai aucun problème de dépendance)

    Or après avoir lu le chapitre expliquant le principe de découplage et son caractère irréversible me perd un peu dans ce que je croyais savoir de ma dépendance.

    Ayant travaillé en thérapie sur les problèmes psychologiques qui m’ont fait tomber dans le cannabis dans ma jeunesse, je me suis rendu compte que j’en était arrivé a fumer mes joints dans des cas où je m’ennuyais, sous le coup du stress, et d’autres stimulus, et beaucoup moins pour les raisons de mal-être qui furent à la base de ma dépendance. Est-ce là l’influence de ce fameux effet de découplage dont vous parlez?

    Deuxième question, ce découplage étant irréversible, cela signifie t-il qu’il que si, disons dans 5 mois, je décide de fumer un join roulé au tabac sans additif, mon comportement compulsif risque-t-il de repointer le bout de son nez?

    Parce que j’avoue être dans le flou vis a vis de ce phénomène. Il est dit que ni la Nicotine ni le THC seul ne provoque cet effet de découplage, mais une fois que cet effet est présent, a-t-il un effet sur ces deux molécules?

    1. Bonjour,
      Je ne suis pas un spécialiste du sevrage cannabique et je vous invite à rejoindre un forum spécialisé dans un tel sevrage.
      Ce qui est dit ici, c’est que les fumeurs de cannabis sont dépendant physiquement de l’association additifs+nicotine présent dans le tabac.

      A titre personnel, je ne crois pas qu’un ancien gros fumeur de cannabis puisse devenir un fumeur occasionnel. Cela relève plus du désir que de la réalité. Mais comme je vous l’ai déjà dit, concernant le sevrage cannabique, il est préférable de regarder auprès des spécialistes de ce problème.
      Le problème que vous avez est ici d’avoir deux dépendances :
      – une dépendance physique aux additifs du tabac
      – une dépendance psychologique aux effets du cannabis.
      Vous pouvez déjà diminuer les doses d’additifs de votre tabac pour atteindre petit à petit (c’est largement préférable d’aller lentement) un tabac sans additifs et ainsi vous libérer de la dépendance physique aux additifs du tabac.

    2. salut oui tu peux retomber dedans si tu n’arrive pas a t’en tenir au limite que tu t’es fixer genre:
      j’en fume un ce soir mais plus jusqu’à la semaine prochaine ,
      si tu ne peux pas te FIXER DE LIMITE là a coups sur tu retombera dedans parole d’ancien accros ;)
      mais il y a le deuxième problème lier a la LIMITE c’est d’impatiemment d’arriver au jour de la limite que tu t’es fixer si tu fait que y pensé la aussi tu est redevenu accros,
      peace ;)

  9. Il ne découple peut être pas comme les additifs présents dans le tabac industriel, mais il est tout de même considéré comme une drogue et pour de bonnes raisons.

  10. Salut a tous :
    Premièrement je trouve ce site très intéressant et clair ,beau travail :
    Bref je fume du cannabis a raison de 2 a 3 joint par semaine .Lorsque j’ai commence a fume (vers 16 ans)
    je melangais mon herbe avec du tabac depuis plus de deux ans j’ai arrêté cette consomation de tabac je n’en achete plus c’est presque aussi cher que mon herbe maintenant .Je fume donc beaucoup moins car le cannabis coûte asser cher en France malgré tout , j’utilise des feuilles À rouler ocb slim ou des feuilles de cigare de la marque blunt wrap .je voulais savoir si il y avait des additifs qui rendais dépendant dans les feuilles tel que les ocb slim que l’on trouve quotidiennement dans les tabac .Existe t’il un marque de feuille sans additifs qui me permeterai de ne plus avoir une dépendance physique ,parce que malgré les nombreuses études qui disent que le cannabis ne procure pas de dépendance physique il n’en reste pas moin que je suis assez addict il faux que j’ai mon joint du soir

    1. Bonsoir,
      Les feuilles de BLUNT sont bourrées d’additifs.
      Pour supprimer les additifs des feuilles de tabac à rouler, il suffit de découper la bande de colle ou d’acheter des feuilles sans gomme arabique (sans colle).
      Le fait qu’il n’y ait pas de dépendance physique ne veut pas dire qu’il n’y a pas de dépendance comportementale ou psychologique.
      Ensuite, il faut savoir que d’après le professeur Jean-Pol Tassin, une fois que l’on a été dépendant physiquement au tabac, on reste dépendant à vie.

      La différence, c’est qu’en fumant du tabac sans additifs (après avoir fumé du tabac avec additifs), on est en permanence en état de manque physique, donc lors de l’arrêt de ce tabac, on ne ressent aucune différence physique.

  11. Bonjour,
    Bravo pour votre site qui m’a beaucoup éclairé.

    J’ai arrêté depuis bientôt une semaine de fumer, auparavant je fumais du Fleur Du Pays blond .

    Je suis un consommateur occasionnel de cannabis, et je me demandais comment pouvoir continuer a en fumer, sans pour autant retomber dans le tabac ( le schéma classique, on refume de plus en plus de joints puis on recommence le tabac pour fumer moins de joints … )

    Merci d’avance pour votre réponse.

    1. Bonjour,
      Personnellement, si vous devez consommer du cannabis, si vous ne pouvez pas faire autrement, je vous conseille de le prendre d’une autre façon qu’en le fumant avec du tabac.
      Cherchez une alternative à cette façon d’en consommer, je crois qu’il en existe, mais je ne suis pas un spécialiste de la question.

      Sinon, si vous fumez du tabac sans additifs avec du cannabis, vous allez réactiver les dépendances psychologique et comportementale au tabac.
      Bonne journée.

    2. salut machado je te conseille le vaporisateur de cannabis là tu consommera sans tabac et tu verra l’effet et bien meilleurs et moins lourd ,plus agréable et mental ;)

  12. Merci, c’est rare d’entendre ce point de vu, surtout en France. Sinon pour éviter le tabac, il y a des vaporisateurs, il y en a même des portables, un peu comme des cigarettes électronique, mais pour l’herbe. On ne rajoute pas de tabac et la fumée ressemble à de la vapeur ce qui est beaucoup moins agressif pour la gorge.

    Bonne journée.

  13. salut a tous

    Tout d’abord merci a luciole pour ce site .

    Ensuite je voulais faire part de mon histoire qui a été un enfer sur terre durant des mois et qui perdure encore aujourd’hui mais beaucoup moins fort.
    En 2005, j’ai arreté le cannabis (10 par jours) et pour m’aider j’ai continué a fumer la cigarette ,alors que je n’enfumais pas.
    Et en 2007 j’ai decidé d’arreter la cigarette avec l’aide d’un specialiste qui m’avait prescrit du champix .Tout se passé bien durant les 2 semaines jusqu’a ce que mon moral chute,deprime ,mal etre et plus grave .Envie de suicide !!
    De là ,le medecin m’a stoppé le champix directement .Et durant mois ,j’ai souffert mais sans jamais reprendre la cigarette .
    Ensuite j’ai consulté une psychologue et un psychiatre pour comprendre pourquoi je me sentais pas bien .Et en 2011 ,mon psychiatre me prescrit un antidepresseur le ZOLOFT,tout allait plutot bien sauf la prise de poids.
    Et en 2013 ,je me suis remis a fumé de l’herbe occasionnellement ,jusqu’a se que cela devient quotidient (4 a 5 par jours);
    Et je ne sais pas ce qui c’est passé le 28/12/2013,gros malaise avec de gros tremblements dans tous les membres et avec des sensations de froideur aux extremes .Je croyais que je faisait un arret cardiaque et que j’allais y passer!
    les pompiers sont intervenu avec hospitalisation aux urgence.
    Et malgres les calmants qu’on m’avait donné ,je sentais toujours des montées avec des tremblements qui duraient 20 minutes et revenaient a nouveau!
    Je suis rentré chez moi et a nouveau cela m’a repris !!
    Donc j’ai decidé de tout arreté joints,antidepresseur …
    Et mon état n’a fait qu’empirer.
    Cela a duré 2 mois comme ça ,avec les urgences les premieres semaines . ensuite j’essayé de courrir et faire du sport pour calmer ses crises ,mais rien y faisait .. Mon psychiatre etait navré et ne savait plus quoi faire!! internement??
    Donc je me suis remis a fumer des joints pensant que cela calmerait mes tremblements,crise d’angoisse ,insomnies….
    Mais se fut une erreur ,car apres des mois de consommation de haschich ,je constate que ces tremblement et palpitations sont surement du au joints ,car j’ai contasté que dés que je fumais un peu trop;Je resssentais un mal etre .Et meme des jours des palpitations.
    Et donc depuis 3 semaines ,j’ai pris la decision de mettre des filtres pour fumer mes joints et ça va beaucoup mieux , avec de temps en temps des mauvaises sensations dans le corps .Cela est surement dù au manque d’additifs vu que j’ai mis des filtres .
    Et donc apres avoir decouvert ce merveilleux site ,je me suis mis a fumer avec du tabac sans additif 0% depuis 3 jours et j’espere que je ne souffrirais pas car j’ai vraiment envie de tout arreter et reprendre le controle de ma vie .

    Pour finir ,j’aimerais poser une question a Luciole ,en esperant que j’ai pas été trop confut dans mon histoire;
    Pensez-vous que toutes les crises que j’ai subi ne sont elles pas dù a la reprises du tabac ?? tabac + antidepresseur+cannabis
    les medecins et psychiatre ne savent pas et d’ailleurs ne savent pas grand chose a part prescrire et servir les labos pharmaceutique.

    merci pour votre reponse

    1. Bonsoir,
      Merci pour ce témoignage.
      Passer directement du tabac bourré d’additifs au tabac sans additifs n’empêche pas le manque physique d’additifs. En général, ce manque est ressenti au bout de 15 jours – 3 semaines, voire avant. On ressent alors exactement les mêmes symptômes que lors de l’arrêt brutal du tabac. C’est pour cela que je conseille de faire un sevrage progressif des additifs comme indiqué dans cette page Le sevrage des additifs qui étant progressif est beaucoup plus facile à vivre qu’un sevrage total.
      Je trouve que vos symptômes ressemblent beaucoup à ceux décrit par STOPTABAC2009 dans son témoignage ici : L’enfer du sevrage des Marlboros.
      Ainsi, personnellement, je commencerai par faire un sevrage progressif des additifs quitte à fumer du tabac ayant des additifs encore pendant quelque temps afin d’éviter des souffrances inutiles et invivables.
      A+

  14. Bonjour,

    Je me permet de vous faire remarquer un détail qui me semble important à la lecture de nombreux commentaires : le chanvre produit des cannabinoïdes exactement pour la même raison que le tabac produit de la nicotine, pour se protéger.

    Le cannabis « ce n’est qu’un insecticide ».

    1. Bonjour,
      Il y a une nuance de taille : la nicotine est un insecticide, mais le tabac n’en est pas un !

      En ce qui concerne les cannabinoïdes, quelles sont vos sources permettant d’affirmer que ces derniers sont des insecticides ?

      Dans tous les cas, ne pas confondre les cannabinoïdes et le cannabis, ce n’est pas la même chose, les premiers sont un composé du second, la partie n’est pas égale au tout.

      1. Désolé, j’ai effectivement utilisé un raccourci dans le but de rendre le message percutant. Mon objectif, un peu hors-sujet ici, étant de signaler qu’une substance qui agit sur les insectes peut aussi avoir un effet psycho-actif sur l’homme.

        Les cannabinoïdes sont très majoritairement contenus dans les trichomes du chanvre, qui constituent un système de défense périphérique de la plante. Il est probable qu’ils agissent plus par effet répulsif que létal sur les insectes, mais il est à noter que la culture du chanvre ne nécessite pas l’utilisation de produits phytosanitaires, les rares insectes parvenant à attaquer cette plante ne créent pas de dégats importants.

        Un haschich de grande qualité, que l’on pourra communément désigner par «du cannabis», est constitué presque exclusivement de trichomes.

          1. Bonjour,

            Mes sources sont diffuses, mais je viens de trouver ce document qui fait la synthèse de nombreuses études sur cette question : http://www.druglibrary.net/olsen/HEMP/IHA/jiha4210.html

            Vous constaterez à sa lecture qu’il n’a pas pu être clairement attribué d’effet insecticide aux seuls cannabinoïdes, il serait plutôt question d’un effet synergétique avec les nombreuses autres substances que produit le chanvre. Parallèlement, il a été montré que l’effet du THC seul sur l’homme est bien moins intéressant que quand il est associé aux différentes substances du cannabis (source : http://cannabis-med.org/index.php?tpl=journal&id=228&lng=fr ).

            Sur le rôle des trichomes, je vous conseille l’article de Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Trichome_%28botanique%29

            Sur le fait que les substances psychoactives du chanvre sont concentrées dans ses trichomes, l’information est relayée dans tous les ouvrages et sites traitant de ce sujet.

  15. c’est faux ,archi faux ,sérieux j’ai été addict a la weed pendent des années (10 ans mais je ne le suis plus)et je peux dire que oui le tabac et ses additif(surtout) on un effet catalisateur sur le thc mais non certainement pas c’est pas juste au tabac que l’on est accros ,sérieusement le nombre de fois ou je me suis retrouver sans herbe a fumer et que je fumais clope sur clope si c’etait juste au tabac que j’était accros le « manque » se serais estomper mais non donc je trouve cette affirmation très légère et pas du tout en accord avec la réalité physiologique et psychologique d’un addict !!!
    peace

    1. Si j’ai bien compris ce que nous explique Marc Kirsch, le tabac produit le découplage qui rend accro au cannabis. Quand c’est fait, la prise de tabac seul ne comble pas le manque, alors que la prise de cannabis seul, ou avec du tabac, oui.

      Il pourrait être intéressant que tu t’offres une consommation forcenée au vaporisateur, sans fumer de cigarette juste avant ni pendant les effets, mettons pendant une période de vacances, pour constater si l’arrêt provoque les mêmes symptômes que quand tu le fumais.

      Quand je fumais du cannabis, je n’avais jamais senti les sympômes que tu décrits, mais je ressentais bien le « craving », tant que j’en avais j’en fumais, jusqu’à ce que le stock s’épuise. Depuis que je ne fume plus je ne ressent plus du tout la même envie d’y retourner dès la déscente, après en avoir vaporisé, mon rapport à cette drogue est nettement adoucit.

      1. En tant qu’ancien alcoolique et suivi par une addictologue, celui m’a dit qu’elle préférait que je fume un joint plutot que de boire un verre. Cela vient d’un médecin addictologue donc bien au fait de tout ce que l’on appelle drogues ou d’une manière plus générale substances psychoactives.
        Sachez mesdames que dans les régimes , ceux-ci contiennent de nombreuses substances psychoactives tels que des amphétamines qui sont des coupes faim.

  16. Bonjour! Bravo pour votre site!J’ai une question. Mon médecin m’a diagnostiqué un cancer (celui-ci est externe et je n’ai pas besoin de chimio ) et il me dit que c’est dû au tabac. C’est la nicotine je crois mais si je fume que du cannabis? Y a-t-il aussi de la nicotine dans le cannabis?

    1. Bonsoir,
      Non, il n’y a pas de nicotine dans le cannabis. Quant à l’origine du cancer, il n’est pas du tout évident que la nicotine en soit la cause. Il y a beaucoup d’autres éléments hautement cancérigènes qui sont ajoutés avec les additifs du tabac.

  17. Les fumeurs de canabis doivent le consomer avec du tabac sans additif pour eviter la dependance ?
    Mais je crois savoir que l un des principaux additif qui crée la dependance est le sucre , et dans le tabac meme sans additif , il y a du sucre deja naturellement ….
    les additif en rajoutes de facon a augmenter la dependance .
    en fait la nicotine ne rend pas dependante , mais le tabac avec ou sans additif rajouter , lui crée une dependance
    ne faite pas croire au gens que fumer du tabac sans additif rajouter artificiellement ne crée pas de dependance , c induire les gens dans l erreur , puisque deja a l etat naturel l existence du sucre dans le tabac + la nicotine cree une dependance

    1. Le sucre naturellement présent dans le tabac est infinitésimal en rapport de celui ajouté par les industriels.
      Ayant arrêté deux fois le tabac, j’ai vécu la différence dans ma chair et il n’y a pas photo : en arrêtant le tabac avec additifs, j’ai vécu un véritable calvaire, alors que sans additifs, je n’ai ressenti aucun manque.

      1. Expérience similaire. Pour arrêter de fumer définitivement il y a des années je suis passee par une période de transition de quelques mois par un tabac sans additifs. Je ne savais pas par contre que le sucre pouvait jouer un rôle et c’est une piste interessante.

  18. Bonjour,

    Je suis vraiment heureuse d’être tombée par hasard sur votre site, ce qui me redonne un grand espoir…..
    J’ai été une grosse fumeuse de cannabis depuis au moins 20 ans, pour les connaisseurs un 25grammes me faisait durer environ 1 petit mois. Lorsque je n’en avais pas, j’étais terriblement en sensation de manque et les Marlboro seules me paraissaient fades, je pouvais aller jusqu’à en fumer 4 d’affiler

    Et puis, j’ai réussi à me motiver pour arrêter le cannabis du jour au lendemain avec une bonne motivation et beaucoup de fierté !

    Par contre je suis restée une grosse fumeuse de Marlboro rouges

    Je me doutais bien qu’il y avait des ingrédients « accorcheurs » dedans car je ne suis pas capable d’arrêter, à lire votre site maintenant j’en suis convaincue et ça me donne beaucoup d’espoir de pouvoir arrêter de fumer.

    En effet je suis suivie par un pneumologue, car je fais bronchite sur bronchite depuis plusieurs années

    Résultat 20% d’enphysème sur mes poumons et un nodule qui apparemment ne bouge pas et ne parait pas très inquiétant aux dires de mon pneumo. Mais elle me demande de stopper les cigarettes, sinon je vais me retrouver avec un bouteille d’oxygène oubien un cancer rapidemment, je fais des scanner tous les 6 mois

    Alors pleine de bonne résolutions j’ai réussi à diminuer les Marlobro rouges durant 2 mois , j’arrivais à me stabiliser autour de 12 par jour

    Et puis un arrêt total pendant 4 jours.
    Le 5ème jour, une dispute avec mon compagnon m’a offert une bonne excuse pour aller me racheter un paquet de Marlboro rouge, et bien j’ai fumé le paquet en 24h00, je précise 24h00, car je fume de jour comme de nuit

    Et depuis ce jour là , je continue à courir au tabac chaque jour pour assouvir le plaisir de fumer et le manque et j’en fume plusieurs d’affilé bien souvent

    Depuis hier je suis tombée sur votre site, j’y ai lu des informations et des témoignages qui m’on redonné un espoir incommensurable

    Après être restée une matinée complète sans cigarette, j’ai couru en début d’après midi acheter du tabac à rouler sans addictif, du Pueblo jaune, du papier à rouler OCB noir prenium et des filtres OCB. J’ai bien compris que les 3 prochaines semaines allaient être un peu compliquées pour me désintoxiquer des additifs, mais comme je peux tout de même tenir une cigarette dans les mains, je pense pouvoir m’en sortir

    J’espère bien réussir mon objectif à 0 cigarettes par jour mais une question me taraude :
    Puisque le tabac est sans addictif, est il utile de mettre des filtres ?

    1. Bonsoir,
      Le problème c’est que les additifs du tabac sont une drogue très dure, encore plus dure que les drogues dites dures. Un sevrage total de ces additifs est aussi difficile à vivre qu’un arrêt net du tabac. Il est plus facile de faire un sevrage progressif en passant par une période avec 4 à 6 % d’additifs, le temps que votre corps s’habitue à ces nouvelles doses de drogue dure et ainsi de suite.
      En voulant aller vite, vous choisissez la voie la plus difficile, mais avec votre problématique médicale vous seule savez ce que vous pourrez supporter.

      Concernant les filtres, c’est à votre choix, vous pouvez aussi bien les remplacer par du carton car des études scientifiques ont montré que les filtres pouvaient créer des problèmes aux poumons, voir les liens suivants :
      LES FILTRES DE CIGARETTE FAVORISERAIENT LA SURVENUE DE CANCERS

      Toxicité des filtres de cigarettes : ce que Philip Morris a caché aux fumeurs pendant 40 ans….

      1. Bonjour,

        Je vous remercie vivement pour votre prompt réponse, et vos conseil
        Je suis consciente que je choisis la solution la plus difficile, mais comme il est urgent que j’arrête de fumer, et que le tabac à rouler contient une forte dose de goudron, et que c’est le goudron qui encombre les bronches, ce que certainement provoque les nombreuses bronchites que je déclare, j’ai tout de même envie de tenter cette voie. Si au fil du temps je m’aperçois que c’est ingérable et intenable, alors je prendrai du tabac avec additifs à 4 ou 6% comme vous me le conseillez

        Pour en revenir aux filtres, il est vrai que les articles que vous m’avez recommandé de lire sont inquiétants, du coup, je n’ai plus du tout envie d’en utiliser. Lorsque vous me parlez de filtres en carton, parlez vous des lamelles de carton rectangulaires à rouler ? ces filtres en carton ne filtrent rien du tout à mon sens, mais peut êreqe c’est un fausse déduction, c’est pourquoi je vous demande votre avis ? Qu’elle est la différence entre les filtres en carton et 0 filtre après tout?

        1. Bonjour,
          Si après être avoir fait le sevrage total, vous craquez pour des additifs, faites la démarche inverse : c’est à dire prendre un tabac ayant des additifs, mais le moins possible (2 à 3 %) et augmentez si cela n’est pas supportable.

          Quant aux filtres en carton, oui, ils ne servent pas à filtrer, ils empêchent simplement d’avoir des traces jaunes sur les lèvres et sur les doigts. Ce sont ceux que font les fumeurs de shit pour se rouler un joint. Ne pas avoir de filtre à l’avantage de ne pas contraindre le fumeur à inhaler profondément. Les cigarettes sans filtres sont ainsi moins nocives car le fumeur n’inhale pas profondément dans les poumons et n’inhale pas d’acétate de cellulose.

          1. Re-bonjour,

            Je vous remercie encore une fois pour votre prompte réponse.
            Franchement, cela rassure et fait plaisir de rencontrer une personne virtuellement aussi impliquée et efficace comme vous l’êtes, Bravo

            Si je vous ai contacté, c’est pour avoir des conseils avisés, alors je vais, comme vous me le conseillez changer de tabac pour un autre avec très peu de substance addictives, j’ai vu dans votre tableau que le PALL MALL Red Spécial à tuber jusqu’à 100 cigarettes ALLROUND For American cigarettes en boite de 47 grammes ne contient que 2% d’agent addictifs et moins de goudron que le Pueblo, au final c’est mieux pour mes bronches
            Par contre je vais garder mon papier OCB et continuer de rouler avec une rouleuse plutôt que d’acheter des tubes dont le papier semble être plus nocif.

            Je vous remercie vivement pour tous vos conseils et vous donnerai de bonnes nouvelles dans quelques temps.

            Bien à vous

  19. Bonjour je comprend pas bien l’histoire du découplage. Si j’arrête le cannabis mais continue le tabac, est ce que le manque physique sera réduit ? J’ai 40 ans, je fume du cannabis depuis l’âge de 16 ans et une consommation quotidienne depuis 18 ans. J’en suis a 3 ou 4 gr/jours depuis au moins 15 ans. On m’a diagnostiqué un emphyseme sévère et je dois impérativement arrêter de fumer tabac et weed… ca fait un an que j’essaie mais rien a faire… La dernière fois j’étais en déplacement pour le boulot, ca a duré plus longtemps que prévu et j’avais pas assez de weed, impossible de m’en procurer sur place… j’ai pas dormi pendant 3 jours, je suais à grosse goute, je fumait clope sur clope, j’étais stressé à tel point que le dernier jour mes collègues se sont aperçu que j’allais pas bien, en plus ça me fait maigrir, je ressemblait à un gros tox alors que je prenais rien. Je refais en ce moment une tentative après avoir réduit ma consommation quotidienne de moitier durant 15 j, ca fait 24h que je tiens mais je commence a serrer, je me demande si fumer un tout petit joint quand ca va vraiment mal pourrait pas m’aider à me sevrer plus en douceur parcecque la comme c parti, demain je rentre chez moi et je replonge… Un autre pb c que je connais que des fumeurs et growers qui limitent m’en veulent d’arrêter… Pas facile de zapper des amis qu’on fréquente depuis des années. Bref c la merde… si vous avez n’importe quel conseil n’hésitez pas. Désolé pour le pavé, a bientôt ;)

    1. Bonjour,
      Le découplage est la théorie du professeur Tassin pour expliquer le mécanisme de la dépendance. Les autres théories de la dépendance (encore admises aujourd’hui par la plupart des professionnels et des institutions) échouent à expliquer le mécanisme de la dépendance correctement.
      La théorie du professeur Tassin est la seule qui explique ce que les autres théories n’arrivent pas à expliquer, notamment qu’il n’y a pas de dépendance à la nicotine, ni au cannabis.

      Il l’explique sa théorie dans une conférence donnée à l’École Normale Supérieure et visible en vidéo ici : Vidéo : Jean-Pol Tassin « Qu’est-ce qu’être addict ? ».

      Concernant le cannabis, il n’y a pas de dépendance physique au cannabis, mais aux additifs du tabac que vous fumez.

      Quel tabac fumez-vous ? Quels pourcentage d’additif a t-il ?

      1. Merci pour votre réponse et les liens. J’ai bien compris maintenant le principe du decouplage. Je suis suivi par une tabacologue et elle ne m’a jamais parlé de cette théorie. Pour l’arrêt du tabac elle prescrit des patch a la nicotine, qui ne fonctionnent pas sur moi, elle me dit que l’envie de fumer sous patch vient de l’habitude du geste, j’ai donc essayé la cigarette electronique sans plus de succes… maintenant je sais pourquoi. Pour le cannabis, elle traite seulement les symptômes du sevrage à coup d’anxiolytiques et anti depresseurs que je ne supporte pas. D’après la théorie du prof. Tassin elle a donc tout faux…

        Je fume du tabac à rouler camel:
        Tabac 94%
        Agent de texture et saveur (additifs?) 6%

        1. Bonsoir,
          Un trop grand nombre de tabacologues est au mieux « crétin », au pire « criminel ». La tabacologie a été fondée par le professeur Molimard et ces derniers ignoreraient qu’il n’a jamais cessé d’affirmer que la nicotine n’est pas une drogue ?

          Son raisonnement (à lire ici  La nicotine, ça sert à quoi ?) est aussi simple que lumineux, je cite :

          « Pas de toxicomanie à la nicotine
          Il y a en effet un grand paradoxe entre la puissance de l’addiction au tabac, et le fait qu’on connaît la nicotine depuis près de deux siècles, qu’on peut l’acheter pour rien dans les firmes de produits chimiques, que jamais un toxicomane n’a eu l’idée de se shooter avec, et qu’elle n’a jamais été l’objet d’aucun trafic »

          Quant aux patchs, ils ne servent à rien puisque la nicotine n’est pas une drogue. Ainsi un tabacologue qui ne le sait pas est un crétin (dangereux) et celui qui tout en le sachant continue de prescrire des patchs est criminel. Au mieux cela fait augmenter les profits des multinationales de la pharmacie, au pire cela condamne les fumeurs à échouer le sevrage (des additifs) du tabac…

          La cigarette électronique n’est pas efficace puisque la nicotine n’est pas une drogue. Les ayatollahs de la vapote (qui sont légions sur le net) n’ont in fine qu’un seul but : vendre des e-cigs. Si vous désirez vapoter, j’explique comment se sevrer des additifs du tabac en vapotant dans cette page : Le sevrage des additifs.

          Le cannabis peut créer un manque psychologique (mais pas physique). Le problème des antidépresseurs, c’est qu’ils peuvent avoir le même effet que les additifs du tabac et rendre complètement accro lorsque l’on fume ou consomme de la nicotine. En effet, les additifs sucrés ajoutés au tabac se transforment en aldéhydes (qui sont des antidépresseurs IMAO très puissants) lors de leur combustion et leur consommation simultanée avec la nicotine rend complètement addict. Ainsi, ces derniers ne doivent surtout pas être arrêté net, mais diminué progressivement sous peine de symptômes violents.

          Dans tous les cas, vous devez choisir soit la vapote, soit fumer.

  20. Merci infiniment pour ce site je suis fumeuse et aujourd’hui j’ai acheté un paquet de pueblo est il vraiment sans additifs si il y a du goudron?
    Je suis malheureusement fumeuse de thc fumer du pueblo et chite cela va til créer le découplage ?
    Merci beaucoup pour votre réponse

    1. Bonjour,
      Depuis que les paquets de tabac sont neutres, la composition n’est plus donnée conformément à la directive européenne (L’Europe vous empoisonne, c’est sûr !).
      Lorsque la règlementation française existait encore, la composition était obligatoire. Désormais, on peut supposer que les fabricants de tabac sans additifs continuent de faire du sans additifs, mais on n’en sait rien.
      Vous pouvez écrire au fabricant des PUEBLO ici PÖSCHL TABAK

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *