Tabac et dépression

Mis à jour le

Dans ce document de l’académie de la Réunion intitulé « Composition chimique du tabac  » , on peut lire, je cite :

«Les propriétés IMAO (antidépressives) de la fumée de cigarette pourraient contribuer à expliquer l’attirance de certains fumeurs, en particulier ceux présentant des antécédents de dépression, l’association entre tabagisme et dépression étant très fréquente

Dans ce document de l’institut des Neurosciences de Bordeaux, intitulé « Dépendances en tout genre « , on peut lire :

« Outre l’acétaldehyde (qui est un antidépresseur IMAO des plus puissants qui soit) produit par la combustion des additifs sucrés (miel, sucre, cacao, etc), il y a d’autres antidépresseurs IMAO dans la fumée de cigarette, je cite :
« Parmi les produits synthétisés par pyrolyse et contenus dans la fumée de cigarettes on trouve l’harmane et la norharmane qui sont des IMAO puissants, surtout quand ils sont consommés continuellement. »

Rappelons que :

« la pyrolyse est la décomposition d’un composé organique par la chaleur (sans flamme, pour éviter l’oxydation et la combustion) pour obtenir d’autres produits (gaz et matière) qu’il ne contenait pas. »

Toujours dans le même document de l’académie de la Réunion « Composition chimique du tabac  » , on peut lire, je cite :

On sait que l’harmane et le norharmane ont été mis en évidence dans la fumée de cigarette par Carpenter et Poindexter (1962), avec une teneur de l’ordre de 10 à 20 µg par cigarette, ce qui est cohérent avec la composition chimique du tabac et de sa fumée. Ces quantités observées (…) sont cependant extrêmement faibles(…). Toutefois, divers travaux ont mis en évidence la présence de l’harmane et du norharmane à des concentrations plus élevées dans le plasma des fumeurs. Ces concentrations plus élevées d’harmane et de norharmane s’expliqueraient par la synthèse in vivo (c’est à dire synthétisé par l’organisme lui-même) à partir de l’acétaldéhyde(synthétisé par la combustion des additifs sucrés) ou du formaldéhyde (appelé aussi formol) de la fumée de cigarette.

Dans ce livre intitulé  » ‘Information Psychiatrique. Volume 83, Numéro 2, 129-36, Février 2007, Question ouverte « , on peut lire :

« Les harmanes (IMAO-A) et norharmanes (IMAO-B)sont des antidépresseurs qui ont une action sur l’autorégulation de l’humeur, le maintien de la dépendance, l’augmentation de la dépense énergétique et de la lipolyse expliquant le poids plus faible chez le fumeur. »

Une question se pose alors : Fume-t-on parce que l’on est dépressif ou est-on devenu dépressif à l’arrêt du tabac (et de ses additifs) car l’on ne fume plus d’antidépresseurs ?

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte et en appuyant sur Ctrl + Enter

41 réflexions au sujet de « Tabac et dépression »

  1. Perso, je pense que les fumeurs ont un terrain d’angoissés, souvent ceux qui arrêtent, rechutent lorsqu’il y a un coup dur (sous-entendu un coup à déprime=: Mort d’un animal, enfant hospitalisé, burnout au travail…D’où cet attrait pour le tabac!
    Mais je ne pense pas qu’on déprime quand on ne fume plus.
    Je pense plutot que le tabac enfonce dans la dépression, dans un état second, où on ne se sent compris de personne…D’où une plus forte envie de fumer pour combler cela, un cercle vicieux, un faux médicament…

  2. Bonjour et merci pour votre intéressant site. J’ai été fumeuse (+ou- 20 cigarettes/jour) durant plus de 20 ans. Je ne fumais pas énormément en quantité mais j’ai toujours ressenti une très forte dépendance entre moi et le tabac, donc au niveau du lien. Il y a très certainement un terrain angoissé chez moi mais jamais la dépression ne m’a semblé à ma portée. Je suis tombée enceinte il y a peu, et j’ai donc bien entendu envisager l’arrêt total très rapidement. 1er arrêt, brutal : 3 jours d’insomnie, mal au corps, besoin de fumer intense, sensation de sombrer et un vide que je ne connaissais pas, crainte de débuter une dépression réelle. Reprise du tabac limitée. 2ème tentative en sevrage progressif, diminution de 1 ou 2 cigarettes tous les 4 jours et arrêt total au bout de 25 jours. Les symptômes les plus lourds ne sont plus présents et mon mental tient la route cette fois. J’ai le sentiment qu’un arrêt brutal peut faire basculer une personnalité dans la dépression ou peut-être alors dans un moment de la vie où l’on se sent plus fragile (?). Voilà pour ma part d’expérience. Bonne continuation

    1. l’arrêt brutal c’est le drame… je viens d’arrêter le cannabis et j’ai réduis considérablement le tabac ( a rouler Interval ) 5 rouler par jours.
      En vu d’un arrêt définitif mes quesque c’est dure… alors passer a 0 cigarette directement je pense que c’est dangereux !

    2. Je suis tout à fait d’accord avec ce ressenti, je viens d’arrêter de fumer brutalement, après 40 ans de tabac et je suis actuellement dans une passe de dépression énorme.
      Tempérament anxieux de nature, je souffre terriblement en ce moment.
      L’arrêt du tabac doit ce prévoir a l’avance et en étant bien informé et sur tout bien accompagné
      Cordialement Michel

  3. Mon experience personnelle me fera dire que l’arret du tabac provoquera chez certains individus une légére depression …On peut la combattre si l’on prend conscience que l’on est dans un etat Capricieux du au fait que l’on se prive de notre bonbon ou joujou preféré (appelez çà comme vous voudrez) …Comme pour un enfant que l’on prive de ce qu’il aime .

  4. Bonjour !
    je découvre votre site… Plusieurs remarques me viennent à l’esprit.
    J’ai arrêté des dizaines de fois de fumer. À chaque fois, je retombe dedans, c’est souvent pour des raisons diverses mais surtout j’ai remarqué que le manque de tabac me déprime, j’ai envie de pleurer, alors soit je laisse aller (et au bout de quelques jours ça va mieux si on peut se permettre d’être dans cet état bien sûr…) soit je file dans un bureau de tabac pour calmer tout cela et camoufler mes émotions avec de la fumée… je reprends j’arrête je reprends j’arrête …
    J’en suis encore là maintenant mais j’essaie de limiter un maximun. Je fume du Yuma (mais c’est pareil, en état de manque je suis méconnaissable !). Je vais essayer de trouver un papier sans additifs, c’est peut être là le pb, j’utilise les rizla, ça n’a pas l’air d’être sans additifs… si votre site dis vrai dans 6 semaines je pourrais être libérée !
    sinon, je voulais aussi dire que les allégations des fabricants de tabac, ne sont pas à prendre au premier degré. je suis d’accord avec la personne qui dit que dans le pueblo et le camel essentials, y’a des trucs pas clairs, c’est aussi ce que j’ai remarqué et pourtant ils sont annoncés avec zéro additifs… bizarre ?! du coup, je me demande si les produits de traitement utilisés pendant la culture et non pendant la transformation des feuilles de tabac sont prises en compte. C’est pour cela que je fume aujourd’hui du Yuma (assez difficile à trouver) car le fabricant annonce pas d’additifs et pas de pesticides. reste que je n’ai pas encore trouvé comment vérifier leur label…
    bref, un jour j’espère y arriver..; je vais jeter un oeil sur le papier sans additifs, c’est peut être là que j’arrive pas à arrêter car le tabac que je fume me semble le moins mauvais du lot !
    à la prochaine
    merci de vos réactions !

    1. Bonsoir,
      Malheureusement, tous les fumeurs non sont pas égaux devant la dépendance. Il existe un très petit nombre de fumeurs de sans additifs qui n’arrivent pas à arrêter comme dans le commentaire de Pat.
      Néanmoins, la majorité des fumeurs de sans additifs arrêtent facilement (sans manque physique).

      De plus, si le Yuma crée un manque, essayez l’American Spirit, le Pepe. Il existe de plus en plus de marques de sans additifs et il ne faut pas hésiter à les essayer une par une pour voir si ce phénomène est lié à la marque ou alors à ce que Jean Pol Tassin décrit comme étant une « dépendance à vie ».

      Dans la page Des tabacs avec ou sans additifs qui donnent moins de manque que d’autres ?, vous trouverez et pourrez noter vos observations sur la dépendance selon le tabac fumé et offrir ainsi de précieuses informations à d’autres personnes dans le même cas que vous.

      Concernant le papier, faites-nous savoir sur la page Les papiers à rouler si vraiment le papier, sa marque, le collage utilisé change quelque chose, enfin, tout ce qui pourra aider les autres personnes à faire un choix dans cette difficile épreuve du sevrage.

  5. J’ai profité d’une hospitalisation en mars dernier pour m’arrêter de fumer. Cette hospitalisation n’avait aucune relation avec le tabac. J’ai 65 ans et fumait un paquet par jour de cigarettes légères, voir un peu plus, . Depuis 3 mois, je ne fume donc plus et ceci sans effort à ma grande surprise. Les deux paquets que j’ai conservés sont toujours dans ma bibliothèque, devant moi et ne constituent pas une tentation.
    Par contre … je dors moins et mon sommeil est hâché. Mais surtout, je suis très angoissée et sujette à de grosses crises de larmes. S’il est vrai que je viens de prendre ma retraite et que ma vie sociale s’est brutalement rétrécie, je suis normalement quelqu’un de dynamique et d’entreprenant. Maintenant, je me sens très seule et un peu désespérée… J’ai consulté un psy pour la première fois de ma vie : il voulait me donner des anti-dépresseurs mais j’ai refusé. Combien de temps cet épisode « dépressif » va-t-il duré ? Je ne me supporte pas dans cet état . Ma fille non plus d’ailleurs qui depuis je suis fragilisée semble me rejeter.
    Merci de vos réponses

      1. Bonjour,
        J’ai oublié de vous demander ce que vous fumiez avant d’arrêter ?

        Ensuite, étant à la retraite vous devriez aussi certainement enrichir votre vie sociale par de nouveaux amis, de nouvelles sorties comme celles que l’on peut faire sur ce site : On va sortir !
        Bonne journée

        1. Désolée pour le temps mis à vous répondre. Je fumais des winston blanche et parfois bleue , pas très fortes . Dans le passé, j’ai fumé des brunes sans filtre puis des blondes style Malboro, Camel … J’ai commencé vers 20 ans et ai 65 ans.
          Je ne fume pas depuis plus de 4 mois et ceci sans difficulté particulière, à ma grande surprise. En ce qui concerne mon état psychique, j’ai retrouvé un sommeil quasi normal et j’ai beaucoup moins d’angoisses. Je n’ai pas pris d’antidépresseurs. Si je sens l’anxiété monter, je prends ponctuellement un cachet d’alprazolam (0,25) et cela me détend. C’est de plus en plus rare. Le psy que j’ai consulté m’a apporté un éclairage peu complaisant mais intelligent sur ce que je vivais. J ‘ai besoin d’un nouveau projet de vie pour rebondir : je vais certainement aller m’installer dans un village du Sud où j’ai amis et copains . Donc pour le moment, tout va mieux. Merci de votre écoute.

          1. Bonsoir,
            Pas de problème pour la réponse tardive.
            Oui, le manque dépend beaucoup des personnes, certaines vivent le manque de manière difficile, d’autres non.
            A changer de vie, autant changer de cadre de vie si vous avez des amis dans le Sud, c’est une bonne idée, rester seul n’est pas facile à vivre.
            Ainsi, vous n’avez pas eu vraiment une dépression, un coup de déprime peut-être ? Car une dépression passe rarement toute seule.
            Au plaisir de vous lire

      2. j’ai arrêté de fumer il y a 23 jours et au bout de 17 jours, patatra, humeurs tristes, larmes, irritabilité : j’ai pris du millepertuis, produit à mes yeux miracles, sans effets secondaires ni dépendance : super j’ai le moral malgré une tonne d’« emmerde » qui me tombe dessus ! si cela peut vous servir : bonne chance .

        1. Bonjour … Merci de transmettre aux autres votre expérience avec le Millepertuis … Je souhaitais l’essayer pour les mêmes raisons que vous mais très rapidement découragée par mon pharmacien et médecin généraliste qui l’estimait « trop faible » et lui préférait de  » réels antidépresseurs  » que je me refuse totalement de prendre due à l’accoutumance et autres raisons … Je vais donc essayer le millepertuis bio en espérant être aussi chanceuse que vous .

    1. j’ai arrêté de fumer il y a deux ans, je fumais un paquet voir un paquet et demi par jour. j’ai pris ma retraite à ce moment là. Depuis j’ai des sortes d’angoisses plusieurs fois par jour, mon médecin voulez me donner des antidépresseurs que j’ai refusé. je dois reconnaitre que cela m’empêche de vivre normalement. Mon médecin dit que ce n’est pas l’arrêt de la cigarette moi je pense que oui. Je prends depuis 1 mois du millepertuis et du magnésium marin, je trouve que cela me fait un bien fou

      1. Le millepertuis est l’antidépresseur le plus utilisé en Allemagne, il faut faire attention aux contre-indications ainsi qu’aux interactions médicamenteuses : Le millepertuis : un antidépresseur au banc d’essai

        Quant au magnésium, je ne connaissais pas son rôle dans le cas de dépression mais de fatigue passagère. Me concernant, la prise de magnésium marin n’a d’effets sur moi que les 3 premiers jours.
        Le premier jour, en effet, je ressens un vrai effet dynamisant qui s’estompe au bout de 3 jours. Au bout de 3 jours, je ne ressens plus aucun effet, alors comme je préfère éviter les additifs de toutes sortes, j’arrête.

        De plus, le magnésium est contesté : Jean-Marc Dupuis : Complément d’info important sur le magnésium, je vous laisse juger par vous-même.

  6. Bonjour,
    J’ai également arrêter de fumer brutalement suite a une hospitalisation !! Et je pensais que ça serai bien pire que ça parce que j’étais très dépendante 30 a 35 marlboro/jour !! Après cela faisait quelques années que je voulais arrêter sans être très motivé !! Et cette hospitalisation m’a servi de déclic et depuis je tiens le coup !! Et même ceux qui fume a côté de moi ne me tente pas plus que ça pourtant je suis très nerveuse a la base et la cigarette me calmai mais bon j’essaie de gérer !! Mais je pense que quand je pourrai reprendre le sport ça va me détendre !! Je trouve que je suis de meilleur humeur et pas dépressive du tout !! Comme quoi y a pas forcément du mauvais a l’arrêt du tabagisme !! Je pense qu’il ne faut pas se sentir obliger d’arrêter et ni se mettre la pression en se posant un interdit mais se dire que l’arrêt durera le tps qu’il durera !!
    Donc voilà !!
    Très intéressant le site merci !!

    1. Bonjour,
      Avoir un déclic est un atout considérable.
      C’est aussi suite à une hospitalisation que j’ai fait mon premier arrêt des additifs. Mais, me concernant cela a été une vraie épreuve. Il m’a fallu un an complet pour ne plus ressentir le moindre manque. Les 3 premiers mois ont été un vrai calvaire.
      Alors, si vous n’avez pas de manque physique à l’arrêt des Marlboros, on peut dire que vous avez beaucoup de chance !
      Cela fait combien de temps que vous avez arrêté ?

      1. Je ne fume plus depuis la 14 décembre 2012 !! J’ai parfois des petites envies (le soir) mais pas au point de craquer du moins pour le moment !! Après je dis pas que ce sera un arrêt définitif peut être ds qq mois ou qq année je reprendrai !! Je me suis pris une e-cigarette au cas ou parce que le manque est plus psychologique que physique pour ma part !! On verra bien !!

  7. je fume depuis environ 25 ans et dernières années, tabac à rouler american spirit, pas bio mais 100% tabac. j’ai arrêté le 28 avril, il y a une dizaine de jours. j’ai acheté des nicotinell gommes fruit 2Mg : étonnant dosage qui correspond en gros à 3 cigarettes, effectivement ça calme l’envie de fumer après 6 heures d’abstinence ! rentrée chez moi, j’ai coupé en 4 les gommes. résultat : 1er jour d’arrêt : 3 mg ; 2è j : 2 mg en quatre prises ; 3è j : 1 mg en deux prises ; 4è j : 0,5 mg qui correspond à la clope du soir, difficile à oublier ! plus aucun substitut depuis, aucune réaction caractérielle (pas irritable, pas de colère, pas plus ni moins d’appétit – cela dit, je ne ressens plus le goût du sucre « ? » j’ai donc arrêté le sucre dans mes boissons chaudes).
    j’aimerais tousser en signe de nettoyage des bronches mais je ne tousse pas.
    par contre hier, j’ai eu une envie de fumer obsessionnelle et j’ai fais des crises de larmes : déprime (en même temps, j’ai repris le travail et ça me rend folle, j’ai arrêté de fumer pendant mes vacances). on m’a dit qu’il me fallait du magnésium, (ça me speed le coeur, je n’en prends pas) car la déprime serait normal chez certaines personnes et peut durer environ 2 mois. je porte des pierres (lithothérapie) « positives » depuis ce matin et sinon je ferais de l’acupuncture… aujourd’hui c’est férié, c’est mieux.

    1. Bonjour,
      Vous n’auriez pas du prendre des substituts nicotiniques après avoir fumé des cigarettes sans additifs car la dépendance à la nicotine n’existe pas. De plus, ces gommes contiennent des additifs qui compliquent le sevrage et réduisent à néant le sevrage des additifs que vous aviez déjà réalisé.

      Ce sont ces gommes qui ont causé tous les effets secondaires que vous ressentez.
      Vous n’êtes malheureusement qu’une des nombreuses victimes de la propagande du lobby pharmaceutique encouragée par le très corrompu ministère de la santé.

      Sans ces gommes, vous n’auriez pas ressenti tous ces effets comme vous pouvez le lire (entre autre) dans ce témoignage : Le manque et la rechute permanents et sans retomber en dépression comme raconté dans celui-ci : Un arrêt sans retomber en dépression !

  8. Salut a vous tous !!!
    Voilà , moi je pense que la cigarette me plonge ds la dépression et de l’anxiété contrairement a la plupart d’entre vous…après une longue réflexion je m’en suis rendu compte…je suis tombé en dépression et anxiete en fin 2007 et depuis je traine avec ..mais entre temps j’avais arrêté de fumer pendant 2 ans pendant lequelles j’avais commencé un sevrage de mon antidépresseur ce qui n’était pas le cas avant, quand je fumais et je prenais l’antidépresseur .après j ai commencé a fumer de la chicha presque chaque jours pendant trois mois et sans me rendre compte j étais en train de rechute de nouveau ds une dépression mais j’ai pas fait de lien…alors je suis aller voir mon médecin qui m’a réprescrit la même dose que je prenais auparavant mais cela ne fesait plus le même effet car mon corps la rejetais , alors j’ai eu un nouveau médicament. en même temps j ai recommencé a fumer de temps a l’autre deux à trois cigarettes par jours pendant trois mois apeurés plus de la chicha chaque samedi pour en fin me retrouver avec la cigarette électronique et je me sentais toujours mal…et c est la que je me suis rappelé que la seule période ou je me sentais moi même et celle ou je fumais pas !! Il y’a une semaine maintenant j’ai tout arrêté et je me sens dejas mieux !!!
    Enfin j’espère que j’ai raison et que mes problèmes de dépression et d’anxiété vont disparaître une fois pour toute.
    Voilà je voulais partager mon histoire avec vous !

  9. Bonjour. Voici mon témoignage. J’ai 38 ans, j’ai deja arrêté de fumer pendant 6 ans il y a qq années, ça s’était très bien passé.
    Il y a environ 4 ans on a mis une clope dans la bouche et j’ai repris, un million de fois plus qu’avant.
    Là ça fait 3 semaines que j’ai enfin réussi à arrêter de nouveau, je sais me connaissant que je ne reprendrai pas, c’est gagné.
    Sauf que depuis une semaine j’ai envie de pleurer souvent, surtout le soir, je me sent énervée, irritable, mais seulement depuis une semaine.
    Je me sent vraiment triste à mourir, envie de rien, complètement déprimée quoi.

    Et surtout j’ai ce sentiment que ça ne dépend pas de moi, que je ne controle pas cet état, que c’est indépendant de ma volonté.

    Donc j’ai fait des recherches sur internet et je découvre donc que je ne suis pas la seule dans ce cas là. Ouf ça va déjà mieux lol !!!

    Donc depuis ce matin je prend des ampoules de magnésium puis 2 sortes de granules homéopathiques sur les conseils de mon pharmacien.

    On vera les effets dans qq jours. Affaire à suivre.

    Mais vraiment, pour moi en tous cas, le fait de savoir que je n’y suis pour rien, enfin que ça ne viens pas de moi, me déculpabilise énormément et du coup je sais que je vais pouvoir combattre ça plus allègrement, rapidement et sereinement.

    A tout bientot !!
    Linda.

    1. Bonjour et merci du témoignage.
      En effet, le discours officiel au lieu d’aider les personnes dépendantes des additifs du tabac à arrêter, d’une part culpabilise et d’autre part ment sur la vraie nature de leur dépendance.
      Ce mensonge criminel n’a pour but que de vous vendre les inefficaces patchs et substituts au profit des multinationales pharmaceutique.
      C’est en effet à partir de 15 jours/ 3 semaines de manque d’additifs que les symptômes de manque se font sentir ainsi que la dépression.
      Que fumiez-vous ? Quel pourcentage d’additifs ?
      Cordialement.

  10. Bonjour à tous,

    J’ai arrêté de fumer pour la siexieme fois, Je fume depuis environ 18 ans, depuis que je suis traité pour l’hypertension et aillant que 30ans et deux enfants j’ai décidé de stopper cette saloperie de clope, Je fumais 50grammes de tabac tout les trois jours, j’ai donc racheté des patchs pour 3 mois de traitement, j’en suis à un peu plus d’un mois d’arrêt et je commence à être très déprimé, mare de tout femme enfants travail, des pensées suicidaires… Je ne sais pas si ça vient du tabac… Pas envie de voir des psy… Que me conseillerez vous ? Merci

    1. Votre dépresssion est causée par le manque des additifs du tabac depuis que vous avez arrêté de les fumer. Quel tabac fumiez-vous ?

      Les patchs ne servent à rien, lisez les articles du site à ce sujet, vous comprendrez pourquoi. À l’heure actuelle, vous devez prendre un traitement antidépresseur.

  11. De ressentes études ont prouvé que le tabac était fortement anxiogène pour des personnes anxieuses à la base; pouvait être à l’origine d’une dépression grave, et même de suicides et tentatives de suicides. je considère le tabac comme une drogue dure, fortement dangereuse.

  12. Bonjour
    Voila 2 mois que j’ai arrêté net de fumer, je fumais entre 12 et 15 cigarettes par jour des roulées. J’utilise des substituts gommes nicorettes 4 mg. Au bout de 6 semaines de sevrage tabaggique j’ai décidé d’arrêter ces gommes remplacées par des chewing gums classiques. Je me suis vue m’enfoncer de jours en jours vers un état de déprime. J’ai repris les substituts pensant les avoir arrêté trop tôt. Je ne veux pas prendre d’antidépresseurs que me conseillez vous. Bravo pour votre site j’y suis en boucle depuis hier soir.

    1. Bonsoir,
      Il y a un fort risque de devenir dépendant des gommes, ce qui est souvent pire. Quel tabac fumiez-vous auparavant ?
      Avez-vous lu le forum « Arrêter de fumer » de Doctissimo ?
      Il y a des gens dans votre cas, parlez-en aussi là-bas, en parler avec plusieurs personnes est une aide appréciable : Forum Santé : Arrêter de fumer

  13. J ai arrêtée la veille du 01 07 2016 avec des patche 14 pendant 6 jours et je n est pas mis le dernier le reste sans rien et je pense tombée en dépression envie de rien mes enfants me tape sur le sysrem et je pleure sans raison pourtant je coure 20 km par semaine et c le seul truc qui me botte je fumais des fortuna une 15 enne par jour et je me demande quand es ce que je vais retrouvée une vie normal et est ce que c que je n ai pas à c de volonté? ???

    1. Les patches ne servent à rien dans l’arrêt du tabac car la nicotine n’est pas une drogue malgré ce qu’en dit la propagande mensongère du ministère de la santé et des multinationales.

      Ce sont les additifs du tabac qui rendent accros. Et se sevrer de ces additifs là est bien plus difficile que ce qu’en dit la propagande dont vous êtes victime (une de plus).
      J’ai écrit un article à ce sujet : Le sevrage des additifs

      Un forum permet de raconter son sevrage ici : Forums

    2. Moi aussi Je suis dans le meme cas deprime,anxiete,plus envie de rien faire et c la que tu voit Ta vrai personne.2 mois que Je fume plus Je tousse un peu evacuation de salete.meme si cette deprime s’est installe Faut la combatre mentalement pas de Pach ni de gomme et surtout ne pas reprendre de cigarette.bon courage je suis sur que ça ira mieux dans quelque temps.

  14. Bonsoir
    J ai arrêté le 5 août 2016….
    Pas d envie mais de l anxiete et des réveils nocturnes….
    Et vous c est quoi vos symptômes?

    Merci pour vos reponses

  15. Bonjour à tous, ce n’est pas mon genre d’écrire un commentaire sur un site mais partager mon ressenti et lire le votre m’apaise. C’est la deuxième fois que j’arrête de fumer : la première fois à l’aube de mes 30 ans : succès pendant 6 mois puis reprise. A l’aube de mes 35 ans cela fait donc 18 jours que je ne fume plus…. comme ça du jour au lendemain mais je me rends compte que si je bois de l’alcool, l’envie de fumer devient terrible…. je dois donc arrêter l’alcool également. Physiquement, je me sens beaucoup mieux, meilleure respiration, plus d’énergie… mais malgré cela je me sens très seule, très fragile et j’ai des crises de larmes comme une vraie dépressive…. je n’ai aucune envie de reprendre: je recommence le sport et je me dis que je veux vire longtemps donc que j’essaie de faire au mieux pour préserver ma santé…. mais comment sortir de ma torpeur et de mes larmes sans passer par des médicaments et des substituts? je précise que ma situation professionnelle aujourd’hui est compliqué car je cherche un travail et j’ai l’impression que l’arrte de la cigarette me fait prndre conscience de la diificulté de la réalite…. comme si la cigarette auparavant anestésiait ma vision des choses….. bref si qqn a des tips naturels et des petites techniques pour continuer sur une lancée positive, je suis preneuse…merciiii

    1. La cigarette ma anesthésier aussi la vision des choses comme tu dit. Par exemple je bossait comme un tarer dans le batiment du lundi au samedi et je charbonner, mal au dos ? Mal au genoux ? T’arrête pas tu a soif d’argent, c’était sa ma vision des chose, ensuite vient un arrêt de tabac pendant 4 mois avec des patch est tout mes envie on changer que se soit psycho ou phisyque je ne voulait plus me salir les main, je voulait monter en grade bref, mon cerveau à Peter un plomb, cest les effet indésirable, mais ensuite tu te pose est remonte la pente, est continue dans ce que tu sait faire, mais c’est impressionnant comment la clop agit comme un dopant, filtre, sur la psycho… Va consulter un psychologue pour percer le ballon de baudruche de manque .

  16. Bonjour,cela faisait 2/3ans que l’envie de fumer me trottait à raison de 15/20 marlhboros de consommation par jours depuis 25 ans.Un jour une amie me dit moi je fume des sans additifs…je me dis donc simplement cela fera des cochonneries en moins ,c’est pas plus mal mais sans penser arrêt tabac ou quoi que ce soit.Et bien aujourd’hui me voilà dans la m….,avec crise de manque qui a commencé au bout de 2 semaines avec attaque de panique des le reveil,sueur froide,pleurs,fatigue extreme,essoufflement,maux de têtes,raideur musculaire ..etc.
    Et comme la bouche me piquait,en cherchant la relation avec le tabac sans additif ,je viens de comprendre mon état, d,autant que j’ai une maladie chronique déjà en font…c ‘était difficile pour moi de percuter.j’ai donc été me racheter des malboros mais le problème c’est que maintenant je trouve ça dégueulasse donc je ne peux même pas reprendre à fumer ces merdes pour un sevrage moins violent….Avez vous un Conseil? Et merci de votre site….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *