Témoignages de fumeurs

Mis à jour le

Vous avez arrêté grâce aux sans additifs, racontez votre fume et votre défume et envoyez votre histoire de fumeur et nous les publierons anonymement ou non selon votre désir dans une nouvelle page.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte et en appuyant sur Ctrl + Enter

34 réflexions au sujet de « Témoignages de fumeurs »

  1. Bonjour,
    j’ai 30 ans, je fume depuis l’age de 20 ans, je fume environ 6-7 cigarettes par jour, je me suis entièrement mis au tabac à rouler depuis 2 ans, exclusivement, qui plus est, sous les conseils de mon frère ainé, au tabac à rouler sans additif, « American Spirit » ou « Pueblo », difficile à trouver au début, depuis les ventes explosent chez mon buraliste….personnellement j’ai une préférence pour le pueblo….
    J’ai depuis, beaucoup moins de mal à limiter ma quantité de cigarette, j’en fume 6-7 par jour de semaine (boulot, pause café, habitudes etc…), le week end, je peux n’en fumer que deux dans la journée et même oublier de fumer (tiens j’ai pas fumé cette après midi) !
    Ce sont typiquement des cigarettes de plaisir ou de dépendance comportementale !
    Il m’est arrivé de refumer une ou deux blondes en soirée, car la flemme de rouler dans le noir et le froid, une horreur, un véritable dégout…

    J’aime beaucoup ce site et je confirme que je ne suis plus vraiment dépendant physiquement car plus d’additif ! Après c’est un choix de vie mais j’aime bien le pueblo, bon gout vraiment, qui arrache bien, je ne me prive pas de ce plaisir

    Bonne continuation à vous et merci pour ce site

    1. Oui, arrêter de fumer est un choix et on peut continuer de fumer des sans additifs pendant très longtemps tant que ce choix n’est pas fait. Peut-être un jour feras-tu ce choix ?
      Dans tous les cas ne plus avoir de dépendance physique est une libération !

  2. Je viens de lire quasi tous les commentaires de cet article, et il en ressort à peu près toujours les même choses, je vais quand même partager mon expérience personnelle !

    Avant, je fumais des cigarettes industrielles, d’abord Chesterfield, puis JPS Black (indiquées à 0% d’additif). Le passage d’une marque à l’autre à été assez compliqué les premiers jours à cause de la sensation de manque, mais aussi à cause du gout très différent des JPS. Mais tout s’est bien passé au bout de 2 semaines environ. Restait le problème des additifs du papier utilisé pour la fabrication des JPS.
    Depuis environ 2 mois, je suis passé au tabac à rouler Fleur du Pays, avec filtre et papier OCB Premium. Certains jours, parfois plusieurs jours d’affilé, j’en arrive même à « oublier » de fumer : aucune sensation de manque ressentie, rien de rien.
    Personnellement, je n’ai pas envie d’arrêter de fumer (ça fait passer le temps quand je sais pas trop quoi faire), mais je pense que si je décidais d’arrêter, je n’aurai pas trop de mal, enfin j’espère !
    J’ai montré ce site à un ancien fumeur, et il m’a dit que c’est comme ça qu’il avait arrêté définitivement. Donc, pour ceux qui le veulent, c’est à tester. Ce n’est probablement pas le remède miracle, mais ça peut aider grandement !

  3. Idées très intéressantes. Vraiment.

    Des idées reçues sont remises en cause de manière crédible. Un vent de fraîcheur.

    J’ai arrêté le tabac voici environ 12 ans, je ne sais plus bien. Je suis depuis resté persuadé dur comme fer de ne jamais refumer la moindre particule de tabac, de peur de retomber accroc, comme des tas de gens avant moi. Votre site, par l’intermédiaire de Tassin semble me donner raison.

    J’ai cru à l’époque devoir me désintoxiquer à la nicotine, mais j’apprend que c’était plus certainement aux additifs. C’est sacrément crédible. J’ai d’ailleurs essayé à l’époque de mâcher des gommes, mais ça n’était pas convaincant.

    J’ai fumé depuis l’age de 17 ans, pour faire bien (quel c.. alors !) des cigarettes toutes faites à la pelle (Camel, Peter Stuyvesant, Philip Morriss, cda en tout genre (cigarettes des autres), etc), puis Drum et Rizzla-croix pendant des années, jusqu’à ce que ça me fasse mal à chaque cloppe. Alors j’ai changé, de retour aux toutes faites light et à d’autres tabacs à rouler plus cools. J’ai fumé pendant 25 ans environ.

    Je me rappelle très bien de deux choses : je recherchais dans les débits au moment ou j’ai arrêté, ce tabac nouveau de l’époque (1998-1999), que j’aimais bien et qui avait une particularité dont on ne faisant alors pas grand cas : il n’y avait que du tabac dedans : c’était écrit dessus 100% tabac et c’est tout. Il ne me faisait pas mal et je me souviens d’une phase d’acclimatation à ce tabac un peu « léger ».

    C’était l’Intervalle, paquet jaune, qui ensuite avait changé et qui a encore changé aujourd’hui à lire ce blog. La deuxième chose dont je me souvienne, c’est que, faisant des cloppes assez fines, et suivant les conseils d’un ami marocain, j’arrachai la gomme de mes feuilles de Rizzla-Croix bleu : « c’est la déchirure qui fait que ça colle ». J’ai vu ça aussi ici dans les commentaires.

    Comme des fois je pouvais taper des « toute faites » aux amis, ou que le débitant n’avait pas d’Intervalle, je ne fumais pas que ça. Mon arrêt de la cloppe, je l’ai fait en connaissance de cause : deux jours de marche intense, isolement à la mer et pas de phase de forte concentration requise (boulot) pendant deux semaines au moins. Cette dernière fois où j’ai arrêté, je ne me souviens pas d’avoir galéré comme toutes les autres, où j’avais arrêté un mois ou quinze jours.

    Alors, en lisant ce que je lis ici, j’ai remonté le cours du temps et je me suis dis qu’involontairement j’ai du diminuer les additifs progressivement et que cela m’a servi à arrêter sans douleur quand j’étais prêt.

    Le jour de ma décision, j’étais fin prêt psychologiquement et j’avais la prescience que je n’aurais pas de difficulté, je me sentais fort : cette assurance venait, je me l’explique aujourd’hui comme ça, du fait que j’avais peut être en partie *déjà* décroché des additifs, le pire de l’addiction.

    Voilà.

    J’ai pas mal d’amis qui se débattent avec la cloppe et je crois que je vais répandre la bonne parole, merci Luciole pour cet utile travail.

    Et coucou depuis le site WP ou mon fil ne semble pas avoir de succès !

    Au plaisir
    Mumen

    1. Merci de ce témoignage émouvant.

      En effet, la dépendance aux additifs est au mieux ignorée, au pire niée, le pire étant que même avec les études scientifiques du professeur J.P Tassin et les nombreux témoignages confirmant ses études, nos tabacologues officiels persistent à nier l’effet des additifs pour mieux vendre les substituts nicotiniques qui comme l’ont remarqué tous ceux qui les ont essayé ne servent pas à grand chose.

      On peut légitimement s’interroger sur l’indépendance des tabacologues et des associations anti-tabac quand on constate qu’elles ne font pas le distinguo entre le tabac avec et sans additifs.
      Pourtant, la différence est énorme, arrêter l’un est un chemin de croix, arrêter l’autre est une simple décision.

      Oui, le fil de discussion du forum support de WordPress n’a pas beaucoup de succès, il n’y a pas grand monde qui est capable de vous répondre, attendons que les modérateurs le lisent…

      Cordialement,
      Luciole135

      1.  » On peut légitimement s’interroger sur l’indépendance des tabacologues et des associations anti-tabac quand on constate qu’elles ne font pas le distinguo entre le tabac avec et sans additifs.  »

        – Qu’est ce que vous dites ? hein ? c’est dingue on entend rien d’ici.

         » les tabacologues et les associations anti-tabac NE FONT PAS LE DISTINGUO ENTRE LE TABAC AVEC ET SANS ADDITIFS  » on vous dit !

        – Oh ! Eh ! arrêtez de crier hein ! vous avez un problème vous, ça ne va pas se passer comme ça !

        Bravo Luciole, c’est juste le constat qui touche au coeur du sujet, là ou ça va mal et où si on le pointe, c’est gênant.

        1. Il faut le dire bien haut car les tabacologues officiels sont les seuls à avoir le droit de raconter leurs inepties dans les grands médias (tv, radio).
          Ils bourrent le crâne des gens avec des âneries et on peut se demander pourquoi ils persistent à nier des théories scientifiques prouvées. Quel est leur intérêt dans cette histoire ?
          Pourquoi persister dans le mensonge et la propagande ?

          C’est quand même bizarre, non ?

          1. Je ne comprend pas votre surprise. Si ils persistent, c’est qu’ils ont à y gagner, et ce n’est pas en terme d’amélioration de la santé des gens que cela se compte.

            Tout le système de santé est profondément corrompu. Et pas que lui bien sur. Comment être naïf aujourd’hui là dessus ?

  4. Je découvre votre explication concernant les additifs et je trouve cela passionnant.
    Personnellement, après 30 ans de tabagie avec 1 paquet par jour de Peter Stuveysant rouge j’ai réussi à arrêter cette saleté du jour au lendemain.

    Mon envie d’arrêt total me travaillait depuis un bon moment (forcément après 30 ans de dépendance !) et la lecture du livre d’Allan Care m’a vraiment aidé à déclencher un déclic définitif.

    En période de rupture très difficile, j’ai décidé de me débarrasser au même moment de tous les « TOXIQUES » de ma vie, à savoir du tabac et de mon mari qui m’a fait vivre l’enfer…
    Je me suis mise en tête que si je recommençais à fumer mon mari reviendrais et cette « programmation mentale simpliste » à réussit à me couper l’envie définitivement.
    A la minute même de son départ définitif du logement familial (suite à une décision de justice de non conciliation) j’ai arrêté de fumer, jetant mon dernier paquet.

    La raison financière m’avait aussi bien motivé au même moment car je n’aurais pas pu continuer a assumer un budget tabac de 2000 € annuel ! Et oui c’est dingue quand on le réalise … Comment dire à notre fils « je ne peux pas te payer ceci ou cela car je dois garder 150 € /mois pour ma dépendance » ?

    C’était le 15 février 2010, je n’ai jamais retouché à une cigarette depuis et j’ai même été étonnée de la facilité avec laquelle j’ai tourné la page, ayant adopté la méthode radicale d’un arrêt brutal sans patch, sans diminution, sans aide extérieure pour me soutenir ensuite.

    Aujourd’hui je ne supporte plus du tout l’odeur alors qu’au tout début je humais avec plaisir la cigarette des autres. C’est un vrai bonheur de détester la cigarette, de ne plus la supporter même en odeur lointaine.

    Depuis je suis tombée dans la dépendance au chocolat noir et aux sucreries mais je considère que cela est moins grave et à 50 ans je ne suis pas la seule à être ronde…

    L’arrêt du tabac correspond à mon avis à un déclic très très personnel et quelque soit la méthode, ce qui compte est d’y arriver enfin. Toutes les techniques sont bonnes à essayer, chaque arrêt définitif étant une grande victoire sur cette super saleté.

    J’étais très très dépendante de la quantité de cigarettes fumées, pouvant ne pas fumer en public pendant une journée et rattraper ma « dose » en une soirée.

    Finalement avec le recul je dirais que la pire dépendance était ma dépendance psychologique qui me faisait penser à tort que la cigarette était une béquille indispensable pour moi alors que ce n’était qu’un boulet de plus qui me permettait de supporter l’inacceptable de ma vie !

    Une amie à qui j’ai passé le livre d’Alan Care m’a dit « je ne peux pas arrêter de fumer car la cigarette est ma meilleure amie » !!! c’est mal parti pour elle d’arrêter, elle n’a pas encore compris la réalité vicieuse de cette dépendance toxique.

    Bonne chance à tous et surtout mettez tout en œuvre pour déclencher votre déclic mental au bon moment pour vous, et vous serez ensuite très très heureux de vous être débarrassé de cette saleté de dépendance.

    1. Bonjour,
      Merci beaucoup de votre témoignage très touchant et émouvant.

      En 2010, sauf erreur de ma part, les Peter Stuyvesant rouges étaient à 6,5%-7,5% d’additifs, donc plus facile à arrêter que des Marlboros à 9% qui sont étudiées pour créer une dépendance physique totale.
      De plus, ce ne sont pas tous les additifs qui créent une forte dépendance physique, mais les additifs sucrés. Ainsi, ceci explique peut-être cette facilité à l’arrêt.

      Il est vrai qu’avoir un bon moral et pris une décision ferme est un plus, néanmoins, lors de mon premier arrêt, ma décision ferme ne m’a pas empêché de vivre l’enfer chaque jour, chaque instant avec des cigarettes à 9% et ce pendant 3 mois comme je le raconte dans Mon histoire de fumeur
      De même, Vali malgré une volonté de fer est restée 16 ans à continuer de fumer car la dépendance physique était plus forte que sa volonté comme elle le raconte dans son histoire de fumeuse : Le manque et la rechute permanents.

      Vous n’avez vraiment jamais souffert du manque physique à l’arrêt des Peter Stuyvesant rouge ?

      Personnellement, le pire a été de vivre l’enfer du manque physique, quand le manque physique n’est pas là, fumer ou ne pas fumer est une simple décision. L’arrêt est vraiment étonnamment facile.

      Personnellement, je ne suis (après un arrêt des sans additifs) tombé dans aucune dépendance, ni aux sucreries, ni à la nourriture et je n’ai pas pris un seul kilogramme !

      Félicitations pour votre arrêt et encore merci.

  5. Bonjour, et bravo pour votre site puisqu’il semble aider bcp de monde !
    je suis moi même en période d’arrêt de la cigarette : patch depuis 2 semaines…
    Alors une question : si je suis sous patch, en gros, cela équivaut à un sevrage d’additif pur et dur puisqu’il ne me reste que la nicotine et qu’a priori, ce n’est pas ça qui rend dépendant…
    Pourriez vous me le confirmer ? (que patch = sevrage d’additif ???)
    d’avance merci !!!!!!!!!!!!!!!
    je reviendrai alors vous faire part de mon ressenti sans additif…

    1. Ben,
      Pas vraiment, un patch = sevrage tabagique + sevrage comportemental + sevrage psychologique, ce qui entraîne beaucoup d’échecs.

      Il y a trop de sevrages qui se font en même temps.

      Le sevrage des additifs n’est ni comportemental (on continue de fumer comme d’habitude), ni psychologique.

      Il y a une seule dépendance à affronter et est beaucoup plus facile à vivre. C’est pourquoi il réussit bien mieux !

  6. Bonsoir,
    Voila mon expérience suite à une visite sur votre site
    Vieux fumeur (65ans) qui fume depuis l’age de 16 ans, j’ai fumé un peu de tout : de la Gitane, en passant par malboro et autres blondes (bien roulées..hein!!!), puis depuis pas mal de temps, une quinzaine d’années, je suis passé au tabac à rouler
    Je fumais des Camel roulées, sans filtre, et suite a ma venue sur ce site, en septembre, je me suis mis a fumer du tabac sans additifs : du Pueblo, et en plus j’ai rajouté un filtre (ocb) et je suis passé-strict-a 5 clopes par jour
    Voila t’y pas qu’environ 3 ou 4 semaines après,je choppe un mal de gorge et de bouche carabiné: l’impression d’avoir des épines dans la bouche et dans la gorge
    Je vais voir mon toubib qui me dit que « c’est tout rouge et irrité,la dedans !!! »
    Bref d’après lui stomatite, mais d’après moi, c’est une conséquence du changement que j’ai fait
    Avant j’avais la langue toujours « chargée » et comme de stries au milieu
    Maintenant j’ai une langue toute rose et nette….on en mangerai…
    En plus je toussais toujours le matin,ben fini…
    Bon j’ai pas arrêté (pas envie),mais bien réduit ma conso et cela sans manque ou mal etre
    Bonne chance a tous

    1. Bonsoir,
      Il est certain qu’en ayant réduit la consommation de tabac, la langue est moins chargée, donc plus propre. cela n’empêche que d’après les études scientifiques, même faible la consommation de tabac est nocive pour les système cardiovasculaire.
      Maintenant, « chacun voit midi à sa porte » -comme on dit- et fait comme il l’entend.

      Fumer ou ne pas fumer est désormais pour vous un choix, ce qui n’était pas le cas lorsque vous fumiez des additifs.
      Cordialement

  7. Après 50 (cinquante) ans de tabagie progressive (toujours une cartouche d’avance pour la semaine -oui à 6 kms du premier « bureau » de tabac, on prévoit), je ne clope plus.
    C’est une économie de plus de 20 000/6 ans (vingt mille) euros.

    Comment j’ai arrêté.

    Tout simple. Un jour, en me rasant, -tiens ça me rappelle quelque chose- je me suis trouvé un profil de biafrais.
    Ça a été radical. Et pas besoin de patchs ou autres adjuvant ou subterfuge. Et sans déprime ni mauvaise humeur, ni envie d’y retourner. Et cela a fait 6 ans à la St Valentin.

    Et que le buraliste/marchand de journaux ne me demande pas de signer une quelconque pétition de préservation de son activité.

    D’autant plus que depuis trois mois, suite à une perte de repères géographiques faisant craindre un AVC, les examens ont révélé un cancer du poumon (avec métastase au cerveau)! ! ! !
    Avec séances de radiothérapie et chimiothérapie avec les nombreux effets secondaires INDÉSIRABLES à la clé.

    Alors, regardez-vous en vous rasant avant qu’il ne soit trop tard ! ! ! ! !

    Et que les buralistes aillent pleurer ailleurs.

  8. Bonjour !

    Je fumais depuis 7 ans, un paquet par jour (philip morris) pendant plusieurs années, un demi-paquet la dernière année. J’ai arrêté il y a une semaine après avoir fumé pendant trois mois du tabac american spirit natural avec feuilles job non gommées (sans colle).

    J’ai eu l’impression de franchement ressentir ce passage au sans additifs, fatigue qui s’installe, pas d’énergie mais parallèlement, une consommation qui tombe rapidement à un paquet de 30g toutes les deux semaines. Ce n’était par contre pas une plaie de passer à ce tabac, puisque le fait de fumer quand même a un côté rassurant. Aussi, il m’était plus facile de ne pas fumer pendant plusieurs heures.

    Là à l’arrêt complet, une insomnie depuis une semaine qui semble déjà se résorber, mais pas de manque. J’approuve donc la méthode !

    Je précise que j’ai fait quelques conneries qui m’ont desservi, malgré les indications du site. Il m’est arrivé plein de fois de sortir volontairement sans tabac à rouler, mais du coup j’ai taxé des clopes normales, où ne prévoyant pas assez, obligé d’acheter des feuilles avec colle. Je pense sincèrement que ça entache sérieusement le processus (enfin surtout la clope industrielle).

    Donc à ceux qui voudraient aussi passer le cap, je pense que c’est bien de respecter à la lettre la méthode, pour pas se torturer plus longtemps.

    Mis à part ça, je conseillerais de se supplémenter en vitamine D et magnésium, la carence en vitamine D étant présente chez 90% des gens en France. Sachant que le manque de cette vitamine D augmente sérieusement le risque de dépression et l’anxiété, c’est un truc à prendre en compte quand on veut arrêter de fumer. Magnésium pareil, joue beaucoup sur le stress, on en manque plus volontiers si on fait beaucoup de sport.

  9. Bonjour, à tous
    Je vais faire court, vous lire tous m’aide beaucoup j’ai arrêté là cigarette depuis un mois suite à un AIT j’ai vraiment flippé. Je fumais depuis trente ans une quinzaine de Winston rouges par jour. Suis écoeurée par cet esclavage qui a failli me tuer. Déclic bizarre mais étonnamment facile.
    Pas plus de questionnement que ça juste un point final car quand on veut on peut ! ! !
    Bonne journée à tous

  10. Bonjour a tous

    j’aimerais poser une question à luciole ,depuis le 14 fevrier 2015 je suis passé de philip morris à 9% d’additif à des cigarettes JPS à 6.5%.
    Mais depuis hier ,je me sens pas bien, irritation, maux de tete, difficulté a respiré…!
    Et donc ma question est-il possible que ce que je ressents, qui est tres fort, est du à une diminution des additifs, ou au changement de marque de cigarette qui n’a pas forcement les memes additifs?
    Penses-tu que je devrais acheter des cigarettes philips morris avec des additifs a 6,5%.?

    Merci pour ta reponse…

    C’est dur …..

    1. Bonjour,
      Philip Morris est le spécialiste des dépendances extrêmement fortes, c’est même le pionnier avec sa marque phare Marlboro. C’est la première marque à avoir eu du succès car elle a réussi à rendre complétement dépendant physiquement les fumeurs. Au bout d’un seul paquet de Marlboro, les fumeurs étaient devenus dépendants. Cela a fait de Philip Morris le leader mondial du tabac.
      De plus, Philips Morris a investi dans les recherches sur l’addiction et les moyens de rendre les fumeurs encore plus dépendant qu’ils ne l’étaient au moindre coût.

      Philip Morris a donc une très grande expérience et un très grand savoir faire. Ainsi, il ne parait pas du tout stupide de penser que les 6,5% de Philip Morris sont bien plus addictifs que les 6,5 % de JPS.

      JPS n’a pas du tout le même savoir faire que Philip Morris en terme de dépendance, ce sont des novices en la matière. En effet, les JPS sont restées à 1,7 % jusqu’en 2011. C’est seulement en mai 2011 (deux ans après la publication des travaux du professeur Jean-Pol Tassin) que j’ai remarqué une augmentation du dosage des additifs des JPS (passant à 6,5 %) dans cette page : La valse des additifs !.

      Je pense comme vous que les additifs des deux marques ne doivent pas être les mêmes. Vous pouvez le vérifier ici : Des fabricants indiquent les additifs (ingrédients) utilisés dans la composition des tabacs pays par pays !

      Ainsi, oui, il est fort probable que votre ressenti soit du à la diminution des additifs, d’autres témoignages dans les pages du site (ou du forum ?) disent la même chose. Ainsi, passer aux Philip Morris à 6,5 % pendant 3 semaines minimum, puis aux JPS à 6,5 % ma parait une solution beaucoup plus sage.

      Cordialement.

  11. Bonjour a tous

    j’aimerais faire part de mon expérience et j’aimerai avoir le point de vue de luciole a ce sujet .
    Voila,cela fait prés de 1 mois que je roule mes cigarettes (joint cannabis) avec des filtres cigarettes.Et tout de suite j’ai senti la différence !
    la fumée était beaucoup plus légère et je ressentais moins l’effet du cannabis.Et donc ,j’ai continué sans augmenter la quantité du cannabis ,ni le nombre de joints.
    Sauf que depuis 4 jours ,je ressens les symptômes du sevrage ,tremblement ,irritation,mal de tête,gorge serrée ,vertiges,estomac qui gargouille ,sommeil délicat avec beaucoup de rêves etc……
    Donc je voulais savoir si le fait d’avoir mis des filtres a mes joints ,a fait chuté l’absorption des additifs et également du THC et donc créer cette souffrance du sevrage que je subis depuis 4 jours et si cela risque de durer longtemps?
    Car je précise ,je souhaite réellement arrêter tout cela avec le minimum de souffrance . Actuellement ,je prends depuis 2 jours des gélules de rhodiola ainsi que des infusions qu’un herboriste m’a prescris et je pense que c’est trop tôt pour que cela fasse effets.

    Qu’en pensez-vous?

    Merci pour votre réponse et je souhaite courage et persévérance a tous ce qui comme moi ont décidé de prendre leur vie en mains .

    1. Bonjour,
      Les filtres n’ont aucun effet sur l’addiction elle même. Leur principal effet est de contraindre le fumeur à tirer encore plus fort sur la clope afin qu’il ait sa dose. Au final le fumeur inhale encore plus de particules nocives qui se logent au plus profond des cellules du poumons. En utilisant un simple carton, il y a moins d’efforts pour avoir une taffe et la fumée n’est pas inhalée aussi profondément. Elle passe dans la gorge et l’irritation qu’elle engendre indique à l’organisme d’arrêter de tirer. Ainsi, la fumée ne pénètre pas autant dans l’organisme.

      Les symptômes que vous décrivez sont classique du manque des additifs. Je ne conseille pas de faire un sevrage total et brutal des additifs pour cette raison. Il est beaucoup plus facile à vivre de faire un sevrage progressif. À votre place je prendrai un tabac ayant moins d’additifs que ceux que vous fumiez habituellement, mais qui en contient quand même de façon à laisser le temps à votre organisme de s’habituer à une diminution de la dose de d’additifs reçu.

      Quel tabac fumiez-vous auparavant ? Quel tabac fumez-vous désormais ?

      1. Tout d’abords je vous remercie pour votre réponse.

        Ce que je fumais auparavant ce sont des philip morris a 9% additif et puis je suis passé au jps 6,5 %.

        Mais comme vous m’aviez conseillé sur mon message du 21 février ,de rester sur philips morris a 7% .Ce que j’ai fait durant 5 jours !
        Et comme je souffrais encore du sevrage ,je me suis dit autant changer complètement de marque de cigarette car de toute façon j’y serais contraint car il n’existe pas Philip moris en dessous de 7%.
        donc la je fume des JPS a 6,5 %.
        C’est étonnant que vous me disiez que le fait d’avoir mis un filtre a cigarette ,ne change pas grand chose .Car j’ai constaté que la seule chose qui change entre une cigarette philip morris a 9% et une philip morris a 7% c’est la longueur du filtre!D’ailleurs y en a 2 pour celle a 7 %.
        Vous pensez que cela va durer combien de temps avant de m’adapter au nouvelle cigarette JPS?

        Merci

        1. Aucune étude scientifique n’a jamais montré que les filtres avaient une quelconque efficacité à filtrer quoi que ce soit. Si les filtres étaient efficaces, cela aurait été démontré.
          En revanche, on sait que les filtres sont dangereux pour le fumeur lui même ainsi que pour l’environnement.
          C’est pour cela que je ne conseille pas les filtres dont la seule utilité est d’empêcher vos doigts d’avoir des traces jaunes, mais alors un simple carton fabriqué à la main fait l’affaire.
          Le nombre de filtres ne changera pas grand chose, sauf qu’il vous contraindra à tirer fort sur la clope pour au final respirer plus profondément la fumée qui devient ainsi plus nocive.

          Face à la dépendance aux additifs nous ne sommes pas tous égaux !
          En parcourant les commentaires laissés par les fumeurs dans les pages du site, vous verrez que certains fumeurs témoignent ressentir le manque un an après le passage aux sans additifs, d’autres disent que le manque n’a duré que quelques mois, d’autres quelques semaines, d’autres qu’il s’estompe au fil du temps. Ainsi, il est impossible de prévoir combien de temps durera ce manque.

  12. Bonjour à tous,

    Je suis actuellement étudiante de Master de Psychologie clinique à l’université de Nantes. Afin de mieux comprendre les déterminants de la régulation émotionnelle des fumeurs et anciens fumeurs et de proposer de nouvelles pistes dans le suivi psychothérapeutique, je mène une étude sur les capacités de régulation émotionnelles chez les fumeurs et anciens fumeurs.

    C’est dans ce cadre que je vous propose de participer à cette étude. Celle-ci est menée à partir de questionnaires évaluant les compétences de régulation émotionnelle et les habitudes tabagiques (actuelles ou anciennes).

    Ainsi, j’aimerais que vous acceptiez répondre à mon questionnaire en ligne :
    http://goo.gl/forms/MwYGXd1ZE6

    Un traitement des données recueillies par le questionnaire sera effectué pour permettre d’analyser les résultats de la recherche. Ce traitement des données se fera de manière anonyme et confidentielle, dans le respect des données personnelles transmises à l’expérimentateur.
    Vous êtes tout à fait libre d’accepter ou de refuser d’aider à la réalisation de la recherche. Si toutefois vous acceptez, vous serez informés des résultats globaux de la recherche (un lien internet présentant les résultats sera mis à votre disposition).

    Votre aide m’est précieuse et me permettra de mieux comprendre les difficultés et les besoins des personnes qui sont ou seront dans cette situation. Ainsi grâce à votre contribution et aux données que j’aurais pu collecter, j’espère optimiser la prise en charge globale des patients.

    Merci de votre collaboration!

  13. je fume depuis l âge de 15 ans . J ai arrêté une fois pendant 2 ans, d un coup, sur un pari, » chiche on arrête !  » c’est mon mari, fumeur lui aussi, qui a lancé ce pari parce qu il avait la flemme de prendre la voiture et de faire les 7 kms qui nous séparent du village, pour aller acheter des cigarettes…J’ai repris, car je travaillais à cette époque avec des fumeurs et j’étais stressée; puis j’ai arrêté de travailler , mais j’ai continué à fumer…mon mari n’a pas repris sauf un petit cigare de temps en temps. Il a définitivement arrêté (à 75 ans) à cause d’ une pneumopathie (légionellose). Moi j’ai continué parce que je N’AVAIS PAS ENVIE D’ARRETER. Puis est arrivé le problème voix de fumeuse: éraillée, rauque et des polypes sur les cordes vocales qui nécessitent une chirurgie et donc l’arrêt du tabac, TOTAL . La clope électronique me fait tousser et je n’aime pas ce truc. Alors , au 1er janvier 2016, à 57 ans, j’ai ARRETE DE FUMER. Comme ça, d’un seul coup, sans rien prendre à la place. D’une humeur de chien enragé quand j’avais trop envie, j’étais prête à me bagarrer avec tout le monde…mes proches ont fait le dos rond et attendu que ça passe. Après la chirurgie, je n’ai pas repris la clope mais au bout de peu de temps, j’ai commencé à grossir et j’en suis à 5 kgs de prise de poids. ET CA (pour moi) C’EST INSUPPORTABLE. Donc je cherche maintenant à arrêter de MANGER et de GRIGNOTTER …et c’est pour moi beaucoup plus difficile que d’arrêter de fumer. Donc si quelqu’un a un remède, je suis preneuse de tous les conseils de celles ,et ceux, qui ont eu le même problème et qui l’ont surmonté. D’avance merci!

  14. bonjour j’ai 16 ans. j ai commencer hier mai ke des petite taf et ce matin jen ai fumer une entière et depuis 10 h J’ai les jambes ki tremble et Jai envie den fumer une

    1. Bonjour,
      Si vous ne résistez pas à cette envie, vous allez devenir accro en l’espace de quelques jours. Les additifs du tabac sont bien plus addictif que les drogues dures (qui pourtant sont difficiles à arrêter) !
      Résistez, buvez un verre d’eau, tant que cela est encore possible.

  15. bonjour,
    c’est avec grand intérêt que je parcours ce site depuis quelques jours.

    c’est venu bêtement, je voulais ralentir la clope pour des raisons de santé et aussi parce que ça coûte une blinde.

    je suis donc allée au tabac après ma dernière clope industrielle (fortuna rouge, environ 26 clopes par jour, parfois plus bien-sûr) et j’ai demandé ce qui ressemblait le plus aux fortuna. la belle colle pour la vendeuse … elle m’a proposé divers tabac à rouler, dont un, qu’elle m’a dit « sans additif ». ça m’a interpellée, je l’ai pris, parce que je ne savais fichtrement pas ce que sont les additifs.

    bon au final yen a un peu, mais c’est pas grave.

    je cherche donc sur le net, et c’est comme ça que je suis tombée sur ce site. j’ai fini le paquet (philips morris green) et j’ai donc pris un tabac sans additif cette fois ci (fairgreen organic), je dois racheter des feuilles, je vais troquer mes ocb noires contre des ocb bio, on verra bien.

    petit bilan : je fume beaucoup moins (entre 12 et 14 roulées par jour), cela dit, il m’arrive de tirer juste quelques taffes et d’y revenir plus tard. et je ne les finis pas complètement (il reste un tiers de la clope environ). c’est déjà un bon début. ma respiration est moins pénible le soir, je fume ma dernière entre 20/21h, je ne fume plus juste avant d’aller me coucher. quand je me lève le matin, je ne saute plus sur mon paquet. j’arrive à attendre.

    cela fait un peu plus d’une semaine que je baisse les additifs (passé des fortuna, puis à 5% puis à 0%), je redoute un peu le sevrage dont il est question sur ce site. mais bon, on verra, hein.

    en tout cas, merci pour ce site, les infos, les témoignages, ça amène de l’espoir lol ! en effet après avoir essayé les patchs, les gommes, le champix (arrêt d’un an et demi) puis re champix qui cette fois n’a pas eu l’effet escompté, j’espère pouvoir me libérer de cette petite (grosse) cochonnerie.

    on verra pour la suite.

    bonne journée !

  16. Bonjour et merci pour ce site ! Je suis en train de passer aux sans additifs mais je peine à trouver une marque et depuis que tous les paquets sont devenus identiques, certaines marques n’apparaissent plus. Je ne trouve plus de lucky bleu sans additifs et je n’arrive pas à trouver d’american spirit mais je vais essayer d’en trouver en ville (je vis à la campagne). Les maya m’écœurent, les News ça passe. J’essaye des nouvelles marques tous les jours pour voir et je suis au lucky rouge sans additifs. J’ai auparavant diminué les winston bleu (8/10par jour au lieu de 15/17)).J’ai un paquet de benson silver pour au cas où j’aurais du mal sans additifs… Le truc qui m’embête c’est que je n’arrive donc pas à trouver de sans additifs avec le même taux de nicotine que les winston et je n’aime pas l’idée d’augmenter ma dose de nicotine et de goudron (je le ressens en bof). N’est-ce pas embêtant d’augmenter la nicotine (de 0,6 à 0,9 quand même….). Bref voilà. Je ne peux pas encore témoigner sur le manque, enfin un peu parce que parfois j’ai toujours de grosses envies de cloper à la chaîne… et j’ai l’impression que les lucky sans additifs sont pas nettes. Comme j’ai des problèmes de bronchites etc, j’espère parvenir à un arrêt total au 1er janvier ou avant !

    1. Bonjour,
      Depuis que les normes de la dictature européenne s’imposent à nous, on constate que l’information n’est plus donnée de façon claire. Cette dictature nous empoisonne tous les jours et nous tue lentement mais sûrement.

      L’UE supprime les informations sur les OGM, sur les pesticides qui deviennent autorisés dans le bio, etc. Plus vite nous sortirons de la dictature européenne et mieux cela sera pour notre santé et notre avenir.

      Qu’à fait l’UE pour nous aujourd’hui ? Combien d’usine a t-elle fermée ? Aujourd’hui elle nous prive d’une information essentielle : quelle est la composition du tabac ! On n’en saura plus rien au nom d’une harmonisation européenne…

      Imaginez lorsque les salaires vont être harmonisés sur les 100 euros mensuels de l’Ukraine !
      Mais passons et revenons à votre problème.

      Le manque est provoqué par les additifs, le simple fait de ne plus fumer de tabac trafiqué provoque un manque, le manque des additifs ! On ne s’en débarasse pas en un jour, c’est une drogue qui rend accro encore plus violemment que l’héroïne ! C’est pour cela qu’il est mieux de faire un sevrage progressif des additifs.

      La nicotine n’est qu’un simple insecticide qui n’a aucun effet sur la dépendance, elle rend juste le goût du tabac plus ou moins fort en bouche, rien de plus.

      Quant au problème de bronchite, les additifs ont été testé justement pour que les fumeurs ne ressentent rien du tout, le problème n’apparait pas, il se pose mais reste invisible. Lorsque le fumeur s’en aperçoit, le mal est déjà fait.

      Les additifs sont insidieux, traitres. Les cigarettes non trafiquées elles ne trichent pas, ça racle la gorge, ce n’est pas forcément agréable à fumer, ni d’un très bon goût, mais au moins on sait que l’on n’est pas accro à elles, on l’est aux additifs que l’on a fumé toute sa vie sans savoir que ce sont eux les vrais responsables de l’addiction.

      Courage !

      1. Oui, en effet, l’information reste la meilleure chose à trouver pour se prendre en main mais sur le tabac, c’est compliqué… D’ailleurs, depuis les paquets neutres, on ne trouve quasiment plus aucune composition de marquée et je trouve ça lamentable ! C’est soi-disant une volonté pour éviter aux fumeurs de comparer (en gros: on ne compare pas le mal avec le mal) mais bon, je pense qu’au fond, ces compositions devraient être obligatoires même si bien entendu il ne s’agit pas d’alimentation… Je regrette amèrement d’avoir abandonné mes craven A il y a un bail et je regrette d’avoir commencé si jeune avec des additifs… Ce qui me met en colère ce sont ces ajouts !!! C’est comme dans les aliments en fait sauf que je n’ai pas de problème avec la nourriture parce que je ne suis pas attirée par les trucs bourrés de sucre et d’exhausteurs, c’est dommage que je le sois pour les clopes ! Merci encore pour votre travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *